Soutenance de thèse de Margot Damiens: Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815), Sorbonne, 12 novembre 2022

Le samedi 12 novembre 2022 à Paris (salles de Actes, Sorbonne), Margot Damiens soutiendra sa thèse de doctorat intitulée Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815).

Le jury sera composé de Mme Anne Lagny, Professeure à l’École Normale Supérieure de Lyon (rapporteuse), M. Gérard Laudin, Professeur émérite à Sorbonne Université (co-directeur de thèse), M. Thomas Mohnike, Professeur à l’Université de Strasbourg (rapporteur), M. Clemens Räthel, Professeur à l’Université de Greifswald (représentant M. Michael North, Professeur à l’Université de Greifswald, co-directeur de thèse), M. Joachim Schiedermair, Professeur à la Ludwig-Maximillians-Universtiät München, et M. Ralph Tuchtenhagen, Professeur à la Humboldt-Universität zu Berlin.

La soutenance aura lieu le 12 novembre 2022 à 14h en Salle des Actes à la Sorbonne (1, rue Victor Cousin – 75005 Paris). Afin de faciliter l’organisation de la soutenance, merci de bien vouloir signaler votre présence (en personne ou par visioconférence) par courriel d’ici la fin du mois d’octobre.

Continuer la lecture de « Soutenance de thèse de Margot Damiens: Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815), Sorbonne, 12 novembre 2022 »

Publication : Frédérique Harry, La foi militante (2021)

Frédérique Harry, La foi militante, Protestantismes contemporains en Norvège et en Suède, Paris, Sorbonne Université Presses, 2021.

Cet ouvrage interroge la modernité du fait religieux dans les sociétés du Nord de l’Europe, et invite à l’étude de ses formes contemporaines au sein de sociétés réputées pour leur fort degré de sécularisation. Ce sont ici les expressions militantes des protestantismes suédois et norvégien qui sont explorées, à travers une perspective historique qui s’étend des premiers réveils jusqu’à l’établissement d’une sous-culture religieuse mondialisée. À la fois acteurs et critiques de la modernisation religieuse, les protestantismes engagés prouvent leur capacité d’adaptation à l’aube d’un nouveau millénaire, réfutant, s’il le fallait encore, la thèse d’une disparition du religieux. Croyances et pratiques se recomposent dans un univers pluraliste et diversifié où les codes se mondialisent et où le pouvoir des religions et les repères confessionnels traditionnels s’atténuent. Des initiatives novatrices, entre cultes alternatifs, mises en place de véritables stratégies sociales et projets missionnaires esquissent une nouvelle architecture religieuse. L’évolution convictionnelle que motive notre horizon contemporain confirme une évidence : le fait religieux ne meurt pas. Mais de quoi est-il fait aujourd’hui ?

Lien vers le site de l’éditeur

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search