Article mis en avant

Prendre part à l’art et à la culture. Pratiques, théories et politiques de la médiation culturelle aujourd’hui (Aix-Marseille Université, 7, 8 et 9 octobre 2021)

Partant du constat général d’un certain échec des politiques de diversification des publics, le colloque, — qui a rassemblé trois journées durant enseignants-chercheurs et professionnels venant d’Allemagne, de France, du Maroc, de Suisse et des Etats-Unis comme des étudiants en licence et master de la Sorbonne Nouvelle, Sorbonne Université, Aix-Marseille Université et Hildesheim –, a été l’occasion de faire un état des lieux et de proposer des pistes de travail en médiation artistique et culturelle (MAC) comprise comme domaine d’activité, de recherche et d’enseignement face aux défis actuels.

Continuer la lecture

Colloque « Prendre part à l’art et à la culture » (Marseille & en ligne, 7-9 octobre 2021)

Assister au colloque en ligne sur la chaîne YouTube de Turbulence, c’est ici!

Ce colloque international, organisé par Judith Dehail (E.A. 3274 LESA) et Agathe Mareuge (REIGENN), s’intéresse à la question de la « participation », aux facteurs de son évolution dans le champ de l’art et de la culture (en particulier depuis les années 1970) et à la façon dont elle interroge le rôle de la médiation culturelle.

Il accorde une place importante à la question des droits culturels et, dans ce contexte, à la réflexion sur les mécanismes à l’œuvre dans la répartition de la participation à (et de l’exclusion de) l’élaboration, l’interprétation et la réception du patrimoine culturel et artistique collectif. Il vise enfin à ouvrir un espace de réflexion autour des enjeux de l’enseignement de la médiation culturelle aujourd’hui (à l’échelle internationale) et des façons dont celui-ci peut rendre compte des débats actuels qui traversent ce domaine situé au croisement de la théorie et de la pratique.

Pour en savoir plus, c’est par ici!

Ancelin Mabon (Sorbonne Université) : Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand (Klinger, Grillparzer, Hebbel), 1791-1861

Séance du séminaire doctoral organisée par Bernard Banoun le 6 mai 2021

Ancelin Mabon (Sorbonne Université) :

Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand (Klinger, Grillparzer, Hebbel), 1791-1861

À travers le théâtre de Friedrich Maximilian Klinger (Medea in Korinth, 1786 ; Medea auf dem Kaukasos, 1791), Franz Grillparzer (Das goldene Vließ, 1821) et Friedrich Hebbel (Die Nibelungen, 1855-1861), Ancelin Mabon propose d’analyser trois générations d’auteurs dramatiques de langue allemande dans une période qui marque l’éclosion de la modernité et que l’historien Reinhart Koselleck nomme Sattelzeit. Trois points caractérisent le sujet :

  • Une analyse sur le temps long qui permet d’étudier l’évolution du genre tragique pendant un demi-siècle en se focalisant plus particulièrement sur la Spätaufklärung, les années 1820 et les années 1855-1861.
  • Le lien entre théâtre et civilisation ainsi que la remise en question au XIXe siècle du rôle civilisateur du théâtre de l’Aufklärung et du classicisme de Weimar.
  • Une tension entre une forme dramaturgique classique et la modernité dans le contexte historique des nationalismes, et la première apparition sur scène d’un moi échappant à la conscience.

Tout d’abord, Ancelin Mabon dresse un bilan critique et méthodologique. Ainsi sont dégagés deux types d’approches du mythe dans la littérature : la première, de type essentialiste, qui cherche une définition universelle à travers les œuvres (Mircea Eliade, Claude Lévi-Strauss) et la seconde école de type empiriste qui est axée sur l’histoire des avatars d’un mythe en s’épargnant l’hypothèse d’une forme originelle en raison du fait de sa réécriture (Philippe Lejeune, Claude Calame). Pour Hans Blumenberg, il y a historicisation du mythe car chaque époque le réinvente. Selon le philosophe, son origine sacrée n’existe pas et procède de la peur. Il lui oppose la science et se demande alors ce qui fonde sa persistance.

Dans un premier temps, en adaptant au théâtre allemand du XIXe siècle le « principe de variation dans la répétition » théorisé par Manfred Fuhrmann – qui décrit le rapport au mythe dans le théâtre -, Ancelin Mabon part du principe qu’il existe un double rapport au mythe : soit un rapport direct, soit un rapport plus éloigné et allusif. Continuer la lecture

Guillaume Reussner (Sorbonne Université): « Théâtres documentaires à l’ère de la brutalisation des sociétés : le représentable et le politique »

Séance du séminaire doctoral organisée par Bernard Banoun le 6 mai 2021

Guillaume Reussner (Sorbonne Université):

« Théâtres documentaires à l’ère de la brutalisation des sociétés : le représentable et le politique »

Guillaume Reussner est doctorant à la Sorbonne Université dans l’équipe REIGENN (U.R. 3556) sous la direction de Bernard Banoun. Sa thèse porte sur deux œuvres de théâtre documentaire : Die letzten Tage der Menschheit (1915-1922) de Karl Kraus et Die Ermittlung (1964-1965) de Peter Weiss.

Ce corpus à double focale n’est pas une étude d’influence. L’Instruction de Weiss sur les procès d’Auschwitz, fragment publié d’un projet inachevé de réécriture de la Divina commedia de Dante, n’a pas d’inspiration directe dans les Derniers Jours de l’Humanité de Kraus, qui a pour thème les errements politiques et journalistiques de la société austro-allemande lors de la Première Guerre mondiale. Guillaume Reussner adopte néanmoins une approche comparatiste et veut montrer les enjeux théâtraux et historiques de deux pièces de théâtre documentaire racontant l’horreur du monde. Ces deux pièces sont emblématiques des formes prises par les dramaturgies documentaires et interrogent la tension entre authenticité revendiquée des sources documentaires et création littéraire par la mise en fiction. Continuer la lecture

Soutenance de thèse de Bastian Spangenberg (25 mai, 14h)

Bastian Spangenberg soutiendra sa thèse consacrée à Stefan Zweig (« Le problème identitaire d’un Habsbourg. Étude des expériences interculturelles et migratoires de Stefan Zweig ») le mardi 25 mai 2021 à 14h, par Zoom (lien ci-dessous).

Le jury sera composé de Mmes et MM. Annegret Pelz (Wien), Ulrike Vedder (HU Berlin), Maria de Fatima Gil (Coimbra), Arturo Larcati (Salzburg), Marc Lacheny (Université de Lorraine/Metz) et Bernard Banoun (Sorbonne Université – REIGENN, directeur de la thèse).

Il est souhaitable  d’arriver peu avant 14h (13h55 à 14h00). Nous vous demandons de faire figurer vos prénom et nom.
Participer à la réunion Zoom: https://us02web.zoom.us/j/8258654097 (ID de réunion : 825 865 4097).

Prochaine séance du séminaire doctoral de l’U.R. REIGENN: Ancelin Mabon et Guillaume Reussner

Le prochain séminaire doctoral de l’unité de recherche REIGENN de Sorbonne Université aura lieu le jeudi 6 mai prochain de 17h à 19h, en visioconférence. Ancelin Mabon et Guillaume Reussner, doctorants de REIGENN, présenteront leurs travaux:

Ancelin Mabon: Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand de 1791-1861 (Klinger – Grillparzer – Hebbel), thèse dirigée par Sylvie Le Moël.

Guillaume Reussner: Théâtres documentaires : le représentable et la politique à l’ère de la brutalisation des sociétés – Karl Kraus, Peter Weiss, thèse dirigée par Bernard Banoun.

La vidéoconférence sur Zoom: https://us02web.zoom.us/j/81309939533?pwd=akNwVDJRMCtybFIxMzBISEZOV0s1UT09 (ID de réunion : 813 0993 9533 | Code secret : 405514).


Sebastian Naumann (King’s College / HU Berlin): Serial Sovereigns. Power, Play and the Imaginary in Contemporary Television Series (CR séminaire doctoral, 11 mars 2021)

Séance du séminaire doctoral organisée par Bernard Banoun le 11 mars 2021

Sebastian Naumann (King‘s College London – Humboldt-Universität zu Berlin) :

Serial Sovereigns.
Power, Play and the Imaginary in Contemporary Television Series

Sebastian Naumann est doctorant en cotutelle à King’s College (Londres) et à la Humboldt-Universität (Berlin). Ses recherches portent sur la figure du pouvoir souverain dans des séries télévisées contemporaines. Il s’intéresse plus précisément aux relations qu’entretiennent le pouvoir, le jeu d’acteur et l’imagination dans ces dernières. Son corpus d’étude est composé de onze séries – sud-coréennes (Chief of Staff et Designated Survivor: 60 Days), françaises (Baron Noir), anglaises (The Crown), ukrainiennes (Servant of the People), allemandes (Eichwald, MdB) et américaines (House of Cards, Veep, Madam Secretary, Designated Survivor, The Politician). Continuer la lecture

Vincent Platini (U Kassel): Enquête sur une littérature méprisée: le Krimi du Troisième Reich (CR séminaire doctoral, 11 mars 2021)

Séance du séminaire doctoral organisée par Bernard Banoun le 11 mars 2021

Vincent Platini (U Kassel):
Enquête sur une littérature méprisée: le Krimi du Troisième Reich

Vincent Platini est romaniste à l’université de Cassel (Universität Kassel). Après son doctorat en littérature comparée à Paris-Sorbonne en 2010, il s’est consacré à l’étude du divertissement populaire et du roman policier sous le IIIe Reich, à la Freie Universität de Berlin. Il présente les résultats de ses travaux publiés en 2014 sur le genre policier (Kriminalroman ou Krimi).

L’étonnement de Vincent Platini face à une lacune sur l’étude du Krimi après la période de Weimar fut le point de départ de ses travaux. En tant que littérature ‘de divertissement’ (Unterhaltungsliteratur) associée à la culture de masse, le Krimi est parfois considéré avec dédain, mais le Krimi du IIIe Reich est aussi regardé avec méfiance. Très peu documenté après 1933 voire présenté comme inexistant, il se trouve dans un angle mort de la recherche, qui a pu être aggravé par une suspicion de contamination idéologique. En effet, il fut souvent soupçonné de diffuser une propagande implicite du régime nazi. Continuer la lecture

Bienvenue sur le carnet « Ailleurs germaniques, nordiques et néerlandophones » de l’U.R. REIGENN!

Le carnet de l’équipe de recherche REIGENN (UR 3556 – Représentations Et Identités. Espaces Germanique, Nordique et Néerlandophone – Sorbonne Université, Faculté des Lettres) a pour but de présenter les activités de l’équipe et de ses membres: billets de recherche, points d’étape (recherches individuelles, projets collectifs, programmes « Formation-Recherche » du CIERA, programmes européens 4EU+, etc.), annonces et comptes rendus de séminaires, journées d’étude, colloques et publications. Les doctorantes et doctorants seront particulièrement mis en avant, ainsi que les travaux collectifs et en réseau.