[CR] Sibylle Goepper: “Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene?” (CR séminaire Archives manquantes #3, 12 mai 2023)

Séance #3 du séminaire « Archives manquantes? Archives et construction de l’histoire culturelle dans l’espace depuis 1945 » le 12 mai 2023.

Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

La troisième séance du séminaire des archives manquantes est présentée par Sibylle Goepper et porte sur le fond des archives Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin.

Avant de problématiser davantage la question du travail avec les archives, Sibylle Goepper présente le contexte de l’émergence des subcultures dans le quartier du Prenzlauer Berg à Berlin-Est durant les années 1980. La destitution de Wolf Biermann de sa nationalité en 1976 précipita l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes et d’intellectuels à qui l’on donna le nom de leur quartier de prédilection à Berlin-Est, le « Prenzlauer Berg ». Plusieurs photographies prises par Helga Paris montrent les appartements de Wilfriede Maaß / des époux Maaß ? qui recevaient à l’époque des peintres, sculpteurs, poètes, écrivains etc. du quartier berlinois. Ils développèrent leur art dans les marges de la société, en semi-clandestinité, ne publièrent pas leurs œuvres et n’exposèrent guère. Le Prenzlauer Berg était un quartier laissé à l’abandon, et l’accès libre aux cours intérieures des immeubles favorisait les rencontres entres artistes et écrivains dont témoignent encore quelques photographies aujourd’hui. La production de revues non officielles en dessous de cent exemplaires permettait d’échapper à la demande de licence/ d’autorisation de publication. Leurs travaux se définissent par un dialogue entre différentes disciplines/ différents arts et médias. Sibylle Goepper insiste particulièrement sur l’aspect matériel de ces objets parfois très fragiles et difficiles à conserver. Elle montre un certain nombre de travaux, dont les céramiques de Christiane Schlegel, le travail collaboratif des Künstlerbücher entre Ekkehard Maaß et sa femme Wielfriede Maaß, ou encore des photographies de la danseuse Fine Kwiatkowski. Les rencontres entre artistes se passaient dans des lieux en dehors de la société mainstream et à l’abri du régime. Leurs productions n’étaient pas explicitement politiques, mais inquiétèrent tout de même l’État. Au début, la frontière entre espace privé de création et l’espace public (et politique) fut maintenue. Cependant, en 1988/1989 eut lieu un défilé de mode dans une église qui marqua la sortie des cercles étroits des subcultures à travers l’investissement de l’espace public. L’étude de ces mouvements dont la pratique artistique se caractérise par l’éphémère présente certaines difficultés méthodologiques pour la recherche. Ceci s’applique à tous les arts vivants, mais dans le cadre des archives de la RDA d’autres problématiques s’ajoutent, notamment du fait de la tendance à ne pas immortaliser les œuvres et à en effacer toute trace pour des raisons de sécurité.

Continuer la lecture de « [CR] Sibylle Goepper: “Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene?” (CR séminaire Archives manquantes #3, 12 mai 2023) »

[Séminaire Archives manquantes #3] Sibylle Goepper: Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? (Nantes Université & Zoom, 12 mai)

Bandeau avec un détail de la carte d'invitation de Jan Faktor

Pour sa troisième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » La séance sera animée par Bénédicte Terrisse (Nantes Université, CRINI).

Carte d'invitation de Jan Faktor à une lecture
Carte d’invitation de Jan Faktor à une lecture

Quand? 12 mai 2023, 14h30-17h.

Où? Château du Tertre (rez-de-chaussée), Campus Tertre, Chemin de la Censive du Tertre, 44300 Nantes.

Comment y aller? Tram ligne 2, arrêt “Audencia”.

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à Nantes, cependant vous pouvez aussi vous connecter par zoom: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/81710107748.

Résumé

Si elle suscite depuis plusieurs décennies l’intérêt des études germaniques françaises et de nombreux autres pays, en Allemagne, la production des écrivains et artistes de RDA a toujours occupé un statut à part, à la fois dans la société et dans la recherche. Depuis 1989 et la chute du Mur, on ne compte plus les polémiques dénonçant le mauvais sort réservé à l’« autre Allemagne » et à ses artistes dans la société réunifiée : ainsi « querelle littéraire » (Literaturstreit) et « querelle des images » (Bilderstreit) se réenflamment-elles à intervalles réguliers dans l’espace public.

Plus encore que d’autres peut-être, les fonds de l’ancienne RDA font l’objet d’une « politique » d’exposition, de conservation et d’archivage (y compris dans sa version négative) qu’il convient d’interroger. De l’analyse des critères adoptés et des choix opérés dans ce domaine découle en effet la mise en lumière d’enjeux et de mécanismes de canonisation, dans un champ culturel contemporain qui reste surdéterminé par les champs sociétal, politique et par l’Histoire.

En matière de visibilité et de postérité de certains fonds d’archives, les angles d’attaque peuvent être démultipliés et complexifiés à l’extrême : Berlin/Province, artistes restés en RDA ou passés à l’Ouest, hommes/femmes, littérature/arts plastiques. Dans le cadre de ce séminaire, on se concentrera toutefois sur les pratiques intermédiales des subcultures artistiques de RDA, actives du milieu des années 1970 à 1989, afin de mettre au premier plan une autre dichotomie, tout aussi pertinente pour la problématique des « archives manquantes » : celle existant entre archives matérielles et archives éphémères. Les différents médiums employés par les artistes de la Prenzlauer Berg-Szene et parmi eux par Jan Faktor, ancrés aussi bien dans le texte, que dans les arts plastiques, la musique et la performance, placent le chercheur face à des œuvres qui se distinguent par leur caractère fugace et volatil, phénomène renforcé par la censure partielle, voire complète à laquelle ces productions restent soumises dans la RDA finissante. Le processus de réunification enclenché quelques années plus tard, qui marque l’avènement d’une sphère culturelle réunifiée dont le fonctionnement est largement calqué sur le modèle ouest-allemand, achèvera de renforcer le péril pesant d’emblée sur ces sources : de clandestines, elles deviennent fantômes, disparaissant avant même d’avoir émergé dans l’espace public. Telle est la double invisibilisation, et les défis qu’elle représente pour le/la chercheur.se, que nous nous proposons d’explorer.

Continuer la lecture de « [Séminaire Archives manquantes #3] Sibylle Goepper: Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? (Nantes Université & Zoom, 12 mai) »

Publication: Stephan Pabst, Sylvie Arlaud, Bernard Banoun und Bénédicte Terrisse (Hrsg.), Wolfgang Hilbig und die (ganze) Moderne

Stephan Pabst, Sylvie Arlaud, Bernard Banoun und Bénédicte Terrisse (Hrsg.), Wolfgang Hilbig und die (ganze) Moderne, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021
Broschur, 336 Seiten

Wolfgang Hilbig ist ein Autor der literarischen Moderne. Aber welcher? Literaturkritik und Literaturwissenschaft stellten ihn immer wieder in die Tradition der westlichen Moderne und leiteten seine Gedichte von Rimbaud und seine Prosa von Kafka her. Das trug ihm manchen Preis ein, aber auch manche Kritik, weil die Moderne in den 1980er und 90er Jahren längst unter Anachronismusverdacht stand. Zum Verständnis seiner Texte trug es ohnehin nur eingeschränkt bei. In dem Maße, in dem man sich nur unzureichend über die Einseitigkeit dieses Modernebegriffs im Klaren war, verstellte er einen Teil der Moderne, die für Hilbig nicht weniger prägend war. Zu ihr gehört Welimir Chlebnikow ebenso wie der russische Formalismus. Die Beiträge des Bandes versuchen, einen ost-west-transzendenten Modernebegriff wiederzugewinnen, und konfrontieren ihn mit Hilbigs Texten.

MIT BEITRÄGEN VON Stephan Pabst, Carsten Gansel, Wolfgang Emmerich, Wolfgang Engler, Michael Ostheimer, Marie-Luise Bott, Carola Hähnel-Mesnard, Françoise Lartillot, Michael Opitz, Joanna Jabłkowska und Stefan Matuschek.

Leseprobe

Zum Verlag

Publication: Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud und Stephan Pabst (Hg.), Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition

Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud und Stephan Pabst (Hg.), Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021
Broschur, 480 Seiten

Expeditionen in Wolfgang Hilbigs Lyrik bietet der vorliegende Band, der sowohl Bilanz, Experiment mit neuen kritischen Ansätzen und Anregung/Aufforderung zur weiteren Auseinandersetzung mit einem anspruchsvollen Werk und seiner abgründig faszinierenden Sprache sein möchte. Wolfgang Hilbig (1941–2007) wurde durch sein Prosawerk berühmt. Der Roman »Ich« (1993) dieses Dichters zwischen Ost und West ist eine der herausragenden literarischen Auseinandersetzungen mit dem deutsch-deutschen Literaturstreit kurz nach dem Mauerfall. In der Lyrik liegt jedoch der Kern seines Werkes. Der Band ist die erste Publikation, die ausschließlich der Lyrik Hilbigs gewidmet ist.
Die Texte des Bandes, die auf ein deutsch-französisches Forschungsprogramm über Wolfgang Hilbig / Ost-West-Moderne zurück gehen, enthalten sowohl einen Überblick über Hilbigs lyrisches Schaffen als auch Einzeluntersuchungen: Hilbig und die deutsche Romantik, Hilbig in der Moderne (Bezüge zu Rimbaud, Baudelaire, Hofmannsthal …), Hilbig und Leitfiguren der Lyrik des 20. Jahrhunderts (Celan, Huchel, Pound, H. Müller und V. Braun) und nicht zuletzt drei Untersuchungen zu Hilbigs Langgedicht »prosa meiner heimatstraße«. Der Band bietet außerdem erstmals eine Bibliografie zu Hilbigs Lyrik, die auch die zu Lebzeiten verfassten, aber in keiner der Sammlungen veröffentlichten Gedichte einbezieht.

MIT BEITRÄGEN VON Anne Lemonnier-Lemieux, Marie-Luise Bott, Sylvie Arlaud, Florence Baillet, Bénédicte Terrisse, Werner Wögerbauer, Maryse Jacob, Hiroshi Yamamoto, Françoise Lartillot, Stephan Pabst, Heribert Tommek, Nadia Lapchine, Michael Opitz, Bernard Banoun und Sibylle Goepper.

Leseprobe

Zum Verlag

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search