[Séminaire Archives manquantes #2] Christa Baumberger: Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball (INHA & Zoom, 17 mars)

Images des archives Hennings Hugo Ball

Pour sa deuxième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Christa Baumberger (Galerie Litar, Zurich): « Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball » La séance sera animée par Agathe Mareuge (Centre André Chastel / REIGENN & Philomel).

Le séminaire s’inscrit également dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et le genre organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3), par Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / REIGENN) et Elise Petit (Université Grenoble Alpes).

Le compte rendu de la séance est à lire ici.

Affiche séance 2 du séminaire Archives manquantes

Quand? 17 mars 2023, 14h-16h30

Où? Galerie Colbert (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Ingres (2e étage)

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à l’INHA, cependant vous pouvez aussi vous connecter par zoom: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/84533401158 (ID de réunion : 845 3340 1158).

Résumé

Les archives sont fondamentales pour la mémoire culturelle; et pourtant, elles renvoient toujours à une “politique de l’archive”: que collectionne-t-on, qui est oublié? Comment les archives marquent-elles le canon culturel et littéraire? Et dans quelle mesure la dimension genrée joue-t-elle un rôle lorsque des œuvres et des collections sont rendues publiques au moyen d’éditions ou d’expositions?

Le fonds double consacré à Emmy Hennings et à Hugo Ball aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse constitue un cas emblématique. Hennings et Ball figurèrent tous deux parmi les fondateurs du mouvement Dada à Zurich, mais à la différence de Ball, Hennings fut rapidement – et rigoureusement – oubliée. Le centenaire de Dada en 2016 fut l’occasion de la sortir de cet oubli, grâce à une édition de ses œuvres, une exposition et la parution d’un volume de textes et d’images/très richement illustré intitulé Emmy Hennings Dada.

Continuer la lecture de « [Séminaire Archives manquantes #2] Christa Baumberger: Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball (INHA & Zoom, 17 mars) »

Publication: Dossier “Réseaux poétiques. Postmodernité continuée dans la poésie de langue allemande depuis 1980” (Études germaniques 77/2022, n°4 [308])

Réseaux poétiques. Postmodernité continuée dans la poésie de langue allemande depuis 1980. Dossier coordonné par Françoise Lartillot (Université de Lorraine / CEGIL), Bernard Banoun (Sorbonne Université / REIGENN), Achim Geisenhanslüke (Goethe-Universität Frankfurt/Main), Werner Wögerbauer (Nantes Université / CRINI). Études germaniques 77 (2022), n°4 [308].

Couverture de la revue Études germaniques n°308
Couverture de la revue Études germaniques n°308

le numéro sur Cairn

La notion de réseau, prise au sens large et pour partie métaphorique, s’impose durant les années quatre-vingt-dix du XXe siècle comme outil pour penser la modernité. Elle permet de saisir à la fois l’organisation interactionnelle donnant lieu à des structurations de sens à une époque donnée et la manière dont cette époque articule sa compréhension d’elle-même à travers le mode d’organisation établie, voire construite en miroir d’époques précédentes.

Cette approche permettrait-elle de surmonter l’image de désolation que l’on peut retirer de réflexions récentes sur l’histoire de la poésie à partir de la fin des années quatre-vingt du XXe siècle? Suivant ces dernières, la poésie formerait durant cette période un ensemble chaotique et bigarré n’offrant aucune prise ni lisibilité. Pourrait-on toutefois trouver le moyen d’établir des sémantiques partagées en se fondant notamment sur le carrefour déjà énoncé du sociologique et de l’épistémologique auquel on ajouterait l’esthétique? C’est l’hypothèse poursuivie par les auteurs représentés dans notre volume, qui voient en outre dans l’ouvrage de Christian Metz sur plusieurs poétiques contemporaines une exploration pionnière de cette question.

Continuer la lecture de « Publication: Dossier “Réseaux poétiques. Postmodernité continuée dans la poésie de langue allemande depuis 1980” (Études germaniques 77/2022, n°4 [308]) »

Publication: Stephan Pabst, Sylvie Arlaud, Bernard Banoun und Bénédicte Terrisse (Hrsg.), Wolfgang Hilbig und die (ganze) Moderne

Stephan Pabst, Sylvie Arlaud, Bernard Banoun und Bénédicte Terrisse (Hrsg.), Wolfgang Hilbig und die (ganze) Moderne, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021
Broschur, 336 Seiten

Wolfgang Hilbig ist ein Autor der literarischen Moderne. Aber welcher? Literaturkritik und Literaturwissenschaft stellten ihn immer wieder in die Tradition der westlichen Moderne und leiteten seine Gedichte von Rimbaud und seine Prosa von Kafka her. Das trug ihm manchen Preis ein, aber auch manche Kritik, weil die Moderne in den 1980er und 90er Jahren längst unter Anachronismusverdacht stand. Zum Verständnis seiner Texte trug es ohnehin nur eingeschränkt bei. In dem Maße, in dem man sich nur unzureichend über die Einseitigkeit dieses Modernebegriffs im Klaren war, verstellte er einen Teil der Moderne, die für Hilbig nicht weniger prägend war. Zu ihr gehört Welimir Chlebnikow ebenso wie der russische Formalismus. Die Beiträge des Bandes versuchen, einen ost-west-transzendenten Modernebegriff wiederzugewinnen, und konfrontieren ihn mit Hilbigs Texten.

MIT BEITRÄGEN VON Stephan Pabst, Carsten Gansel, Wolfgang Emmerich, Wolfgang Engler, Michael Ostheimer, Marie-Luise Bott, Carola Hähnel-Mesnard, Françoise Lartillot, Michael Opitz, Joanna Jabłkowska und Stefan Matuschek.

Leseprobe

Zum Verlag

Publication: Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud und Stephan Pabst (Hg.), Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition

Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud und Stephan Pabst (Hg.), Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021
Broschur, 480 Seiten

Expeditionen in Wolfgang Hilbigs Lyrik bietet der vorliegende Band, der sowohl Bilanz, Experiment mit neuen kritischen Ansätzen und Anregung/Aufforderung zur weiteren Auseinandersetzung mit einem anspruchsvollen Werk und seiner abgründig faszinierenden Sprache sein möchte. Wolfgang Hilbig (1941–2007) wurde durch sein Prosawerk berühmt. Der Roman »Ich« (1993) dieses Dichters zwischen Ost und West ist eine der herausragenden literarischen Auseinandersetzungen mit dem deutsch-deutschen Literaturstreit kurz nach dem Mauerfall. In der Lyrik liegt jedoch der Kern seines Werkes. Der Band ist die erste Publikation, die ausschließlich der Lyrik Hilbigs gewidmet ist.
Die Texte des Bandes, die auf ein deutsch-französisches Forschungsprogramm über Wolfgang Hilbig / Ost-West-Moderne zurück gehen, enthalten sowohl einen Überblick über Hilbigs lyrisches Schaffen als auch Einzeluntersuchungen: Hilbig und die deutsche Romantik, Hilbig in der Moderne (Bezüge zu Rimbaud, Baudelaire, Hofmannsthal …), Hilbig und Leitfiguren der Lyrik des 20. Jahrhunderts (Celan, Huchel, Pound, H. Müller und V. Braun) und nicht zuletzt drei Untersuchungen zu Hilbigs Langgedicht »prosa meiner heimatstraße«. Der Band bietet außerdem erstmals eine Bibliografie zu Hilbigs Lyrik, die auch die zu Lebzeiten verfassten, aber in keiner der Sammlungen veröffentlichten Gedichte einbezieht.

MIT BEITRÄGEN VON Anne Lemonnier-Lemieux, Marie-Luise Bott, Sylvie Arlaud, Florence Baillet, Bénédicte Terrisse, Werner Wögerbauer, Maryse Jacob, Hiroshi Yamamoto, Françoise Lartillot, Stephan Pabst, Heribert Tommek, Nadia Lapchine, Michael Opitz, Bernard Banoun und Sibylle Goepper.

Leseprobe

Zum Verlag

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search