[CanFac] Quatrième journée du projet “Canon Factory” (CanFac) (8 juin 2024, Campus P. et M. Curie)

L’équipe du projet Émergence Canon Factory (VALE UR 4085 et REIGENN UR 3556, Sorbonne Université) vous invite à la dernière de ses quatre journées d’étude de l’année universitaire, samedi 8 juin, 9h-17h45, salle 24-34-107, Campus Pierre et Marie Curie (4 place Jussieu, 75005 Paris).

Le programme de cette quatrième journée:

9h-9h15 : accueil des participants 

09h15-10h45 (intervention et échanges): Jayrôme C. Robinet, Universität der Künste, Berlin, doctorant, auteur, artiste spoken word, traducteur et Bernard Banoun, Sorbonne Université / REIGENN : Performance “Das Tuch de Babel” et discussion autour de “Sonne in Scherben” (texte présenté au Prix Bachmann, 2023) : plurilinguisme, réalité, fiction, marge et centre. 
Le texte “Sonne in Scherben” est disponible ici.

10h45-11h15 : pause café

11h15-12h45 (intervention et échanges): Christine Meyer, Amiens / CERCLL : « Vers un canon transnational de l’exil et des migrations? »

12h45-14h15 : pause déjeuner

14h15-15h45 (intervention et échanges): Cécile Beaufils, Sorbonne Université / VALE : ” ‘This is a book of spells to be spoken aloud’ (The Lost Spells): Literary Events and Contemporary British Nature Writing.”

15h45-16h15: pause café

16h15-17h45 (intervention et échanges): Soizick Jaffré, Sorbonne Université, autrice, et Eric Chevrel, Sorbonne Université / REIGENN : Le “graphic memoir” A Good Sport (2024), présentation et discussion. 

Les abstracts des communications et les références bibliographiques sont consultables  ici.

tous les renseignements ici.

[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #6 (17 mai 2024)

Le séminaire V&V, organisé un vendredi par mois à la Bibliothèque Nordique (6 rue Valette, Paris, entrée libre) de 10h à 12h, accueillera le vendredi 17 mai 2024  Corinne François-Denève (Professeure en littératures comparées, UHA/ILLE) et Frédérique Harry (MCF en Études nordiques, SU/Reigenn). Cette séance sera la dernière de ce premier cycle.

« Open bar » ? réécritures genrées/alcoolisées du canon ? – Corinne François-Denève 

Cette communication se propose de traquer le vice, la vertu, et les boissons, dans les pièces du théâtre scandinave que nous avons eu l’occasion de traduire en français (Le Gant de Bjørnstjerne Bjørnson, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, L’Ensorcelée de Victoria Benedictsson et La Lioncelle de Frida Stéenhoff, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2022, Théâtre complet d’Anne Charlotte Leffler, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2016, Sauvé, d’Alfhild Agrell, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, 2016,  La Comédienne d’Anne Charlotte Leffler, suivi de La Juliette de Roméo de Victoria Benedictsson, L’avant-scène théâtre, numéro double 1382-1383, mai 2015).

Souvent présentées comme des répliques « féminines » ou « féministes » aux pièces des pairs masculins (en particulier Ibsen), les œuvres de Leffler, Benedictsson, Stéenhoff ou Agrell font-elles un usage différent des boissons qui, théâtre oblige, deviennent des accessoires, souvent propices à des jeux de scène (ébriété, nervosité) ? Sont-ce en ce sens des pièces plus « morales », relevant de la littérature d’indignation ? Si on voit passer dans une pièce de Leffler une référence explicite aux mouvement de tempérance (Le Moyen de faire le bien), force est de constater que les buveurs de café, de bière, ou d’alcools plus forts sont légion, et que leurs apparitions ne sont jamais le fruit du hasard.

Sauvé d’Alfhild Agrellen ce sens, souvent présenté comme une version alternative d’Une maison de poupée, place explicitement la pièce sous le signe du champagne mal digéré (scène du début) et de la cirrhose (la mystérieuse maladie de Milde, là où Rank, chez Ibsen, avait hérité des folies de son père, sans boire lui-même). Chez Ibsen, le bal, qu’on ne voit pas, laisse imaginer que Torvald a bu, ce qui exacerbe son désir pour Nora : chez Agrell, la chère est triste, et la boisson encore plus. On ira aussi voir du côté du « matrimoine » porté par un homme, Bjørnson. Dans notre édition, Le Gant est présenté dans ses deux versions, l’une jouée et presque non publiée, l’autre publiée et presque non jouée. De l’une à l’autre s’opèrent de subtils déplacements et changements de ton – et aussi une scène avec… du champagne, bu au petit matin, vers la scène finale – mais là encore, le boire est triste et tragique. De l’importance du (petit) canon pour « secouer » le canon ?  Telle est la piste que nous nous proposons d’explorer.

La tempérance : archéologie d’une vertu – Frédérique Harry

En prenant pour objet d’étude le royaume dano-norvégien, nous examinerons le rôle de la boisson (et de son rejet) à la période moderne. Revenant sur la législation de l’époque et sur le contexte économique, il s’agira d’analyser ce que la consommation d’alcool dit de l’organisation sociale (Hauge, 1996) – et plus particulièrement des relations de pouvoir entre villes et campagnes, entre noblesse, bourgeoisie et paysannerie, et entre partisans du mercantilisme et adeptes de la physiocratie. La boisson, qui révèle toute une organisation normative de l’excès et de la maîtrise, manifeste les rapports de force qui modèlent la société dano-norvégienne jusque dans les corps. 

Verre produit par l’atelier de Nøstetangen (Norvège, 1771).
Villas Vinter / Photo : Nasjonalmuseet

Mais quid de ceux qui refusent un gobelet ? S’ils sont rares, dans la Scandinavie moderne, à remettre en question les pratiques de consommation, l’idée fait toutefois son chemin à la fin du XVIIIe siècle, passant d’une question politique et centralisée (on régente la production et la consommation pour préserver l’économie et l’ordre public) à une revendication plus individuelle et “décentralisée” qui place la sobriété et l’abstinence sur la voie de l’émancipation personnelle – voire nationale, comme on l’observe en Norvège (Engelhardt, 2010). Ne pas boire est alors un geste bien plus subversif qu’il n’en a l’air, qui rompt avec les conventions, ébranle la doctrine luthérienne officielle (il n’y aurait en effet qu’un pas de la tempérance à la doctrine du salut par les œuvres) et oblige l’individu à s’extraire des pratiques sociales habituelles.

Il n’est pas anodin que les pratiques tempérantes novatrices de la fin du XVIIIe siècle, qui prennent la forme de “contrats” librement consentis entre individus ou membres d’une même paroisse (Try, 2020), se développent initialement dans les périphéries géographiques, notamment en Norvège. Ces territoires, éloignés des centres que sont Christiania et Copenhague, sont à bien des égards des lieux d’innovations associatives, religieuses et politiques qui confirment l’importance de ces périphéries dans le renouvellement des normes culturelles (Seland, 2020). 

Bienvenue / Velkommen !

Journée d’étude: Lessing, Nathan der Weise (Maison Heinrich Heine, 13 janvier 2024)

Portrait Gotthold Ephraim Lessing

Le 13 janvier 2024 à la Maison Heinrich Heine (Cité Internationale Universitaire de Paris), Sylvie Le Moël et Gilles Darras organisent une journée d’étude consacrée à Nathan der Weise. Ein dramatisches Gedicht de G. E. Lessing.

Portrait Gotthold Ephraim Lessing
Programme

9h45 : Ouverture et présentation de la journée par Sylvie Le Moël et Gilles Darras (Sorbonne Université)

(Modération : Sylvie Le Moël, Sorbonne Université)
10h-10h45 : Tristan Coignard (Université Bordeaux-Montaigne) : Tolérance et éducation. Les processus d’apprentissage dans Nathan le Sage.
10h45-11h30 : Anne Lagny (ENS Lyon): Les attitudes religieuses dans Nathan le Sage.

(Modération Gérard Laudin, Sorbonne Université)
11h45-12h30: Cord Friedrich Berghahn (TU Braunschweig): « Nur scheint es schwer, das sonderbare Werk zu rubriciren…. » Stoff und Form in Lessings Nathan (mit Seitenblick auf Voltaire)

Pause déjeuner

(Modération : Anne Lagny, ENS Lyon)
14h-14h45 : Alain Muzelle (Université de Lorraine) : L’image du Juif dans Nathan le Sage.
14h45-15h30 : Sonia Goldblum (ENS Lyon): La réception de Nathan der Weise dans le contexte judéo-allemand.

(Modération : Gilles Darras, Sorbonne Université)
15h45-16h30 : Gérard Laudin (Sorbonne Université) : « Betrogene Betrüger » : qui trompe qui et pourquoi ?

[Colloque] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde, Paris, 18-19 janvier 2024

Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde / Judith Schalansky oder das Buch als Gedächtnis der Welt

Colloque international organisé par Mandana Covindassamy (ENS PSL / UMR 8547 Pays germaniques), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / U.R. REIGENN / Bergische Universität Wuppertal) et Bénédicte Terrisse (Université de Nantes / CRINI / UMR 8547 Pays Germaniques)

Paris, Maison Heinrich Heine et École Normale Supérieure, 18-19 janvier 2024

Formée à l’histoire de l’art et au graphisme, Judith Schalansky (née en 1980 à Greifswald) crée des livres qui sont autant d’objets, une œuvre qui s’écrit et qui se lit à partir de l’histoire du livre et que Monika Schmitz-Emans classe parmi ce qu’elle appelle la « littérature du livre » (Buchliteratur). Ses ouvrages lui ont déjà valu de nombreux prix prestigieux en Allemagne comme à l’étranger, le dernier en date étant, tout récemment, le Wortmeldungen-Literaturpreis für kritische Kurztexte.
En prenant appui sur une conception du livre comme réceptacle de savoir et emblème de la mémoire, les livres de Judith Schalansky renouvellent les questionnements qui traversent la littérature contemporaine de langue allemande : le rapport entre fiction et non fiction, la question de la mémoire, les relations entre texte et image, les liens entre littérature et science, les formes de l’éco- et de la ‘zoopoétique’ (Anne Simon).
Ce primat accordé au livre réorganise l’histoire générale de la littérature : il y fait entrer de plain-pied ce qui en était exclu ou situé dans ses marges, des insulaires de la Renaissance au manuel d’écolier en passant par les écrits de scientifiques du XVIIe siècle – ravivant ainsi la première acception du terme « littérature » au sens « de tout ce qui est écrit ». Schalansky semble renouer avec le projet littéraire d’explorer la nature en l’écrivant. Ce geste si typique de ce moment de la littérature où science et littérature ne s’excluaient pas encore, comme en témoignent encore les œuvres d’un Stifter, d’un Raabe, d’un Storm ou d’un Novalis, s’avère plus actuel que jamais.
Alors que l’histoire de l’édition fait l’objet d’une attention accrue dans les travaux universitaires en littérature, les livres de Judith Schalansky, qui sont aussi ceux qu’elle édite au sein de deux collections, « Naturkunden » et « Wildes Wissen », aux éditions Matthes & Seitz, nous ramènent une nouvelle fois vers la question des conditions pragmatiques de l’écriture. Faut-il voir dans la collaboration avec Matthes & Seitz une forme actualisée, voire exacerbée, d’« auctorialité éditoriale », selon le terme forgé par Tobias Amslinger ?
Ce colloque, le premier consacré à l’œuvre de Judith Schalansky en France, explorera les différents enjeux de sa création à partir de l’objet livre. Les enjeux relatifs à la matérialité du livre soulèvent en outre des questions spécifiques en termes de réception de l’œuvre, qui seront également envisagées lors du colloque.

Continuer la lecture de « [Colloque] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde, Paris, 18-19 janvier 2024 »

Parution: D. Meyer & E. Rothmund (dir.): Der Dreißigjährige Krieg in Literatur und Kunst im 20. u. 21. Jahrhundert (2023)

Daniel Meyer & Elisabeth Rothmund (Hrsg.): Der Dreißigjährige Krieg in Literatur und Kunst im 20. und 21. Jahrhundert. Vandenhoeck & Ruprecht, 2023. (Gesellschaftskritische Literatur – Texte, Autoren und Debatten, Band 018)

Présentation
Couverture du livre

Aus einer inter- und transmedialen Perspektive geht dieser Band den verschiedenen semantischen Ordnungsprozessen nach, die in der künstlerischen Auseinandersetzung mit dem Dreißigjährigen Krieg während des 20. und 21. Jahrhunderts stattfinden, indem ihr jeweiliger Deutungsrahmen rekonstruiert wird. Die Beiträge versuchen dabei als Ganzes einen Bogen zwischen der Vielzahl an Vereinnahmungen und ihren spezifischen künstlerischen Modalitäten zu spannen. Der Schwerpunkt liegt auf deutschsprachigen Werken, es wird jedoch auch der europäische Rahmen berücksichtigt.

In an inter- and transmedial perspective, this volume attempts to trace the various semantic ordering processes that take place in the artistic treatment of the Thirty Years’ War during the 20th and 21st centuries by reconstructing their respective interpretive frameworks. The contributions as a whole attempt to draw a bow between the multitude of appropriations and their specific artistic modalities. Although the focus is on German-language works, the European context is also taken into account.

Le livre sur le site de l’éditeur

Parution: Carry van Bruggen, “Les femmes dans l’espace littéraire moderne” (trad. Sandrine Maufroy)

Portrait Carry Van Bruggen

Carry van Bruggen: Les femmes dans l’espace littéraire moderne. Traduit du néerlandais, annoté, illustré et postfacé par Sandrine Maufroy. Paris: Éditions Rue d’Ulm (Collection « Versions françaises »), 2023 (parution le 6 octobre 2023).

Couverture de l'ouvrage de Carry van Bruggen: Les femmes dans l'espace littéraire moderne (2023)
Couverture de l’ouvrage de Carry van Bruggen: Les femmes dans l’espace littéraire moderne (2023)

Parus en feuilleton au cours de l’année 1916 sous le titre Littérature moderne, ces articles inédits en français analysent ce que les œuvres et la vie littéraires font comprendre de la place des femmes dans la société. Consacrés pour l’essentiel aux XVIIIe et XIXe siècles – Germaine de Staël et George Sand, Friedrich Schlegel et Heinrich Heine, Walter Scott, Shelley et Byron, Dickens et Thackeray, Charlotte Brontë… –, ils offrent un premier aperçu de la réflexion stimulante développée ensuite par l’écrivaine dans Prométhée, son grand essai sur l’histoire intellectuelle européenne et le développement de l’individualisme à l’époque moderne.

Continuer la lecture de « Parution: Carry van Bruggen, “Les femmes dans l’espace littéraire moderne” (trad. Sandrine Maufroy) »

[Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 : sociabilités, esthétiques, mémoires

12-14 octobre 2023, université Lyon 3 Jean Moulin

Ce colloque international pluridisciplinaire, qui constitue l’aboutissement d’un projet ayant déjà donné lieu à trois séminaires de recherche préparatoires (voir ici, ici et ), se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours.

Le « prisme du genre », qui constitue l’angle d’attaque de ce projet, se conçoit dans une optique large : il concerne les questionnements sur la place réservée aux femmes, sur les rapports femmes-hommes, sur les catégorisations et hiérarchisations symboliques entre féminin et masculin ainsi que sur les réflexions concernant le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires. Ce prisme comprend en outre l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

La période étudiée s’étend de 1945 à nos jours, afin d’appliquer les analyses déjà menées sur les avant-gardes dites historiques (1ère moitié du XXe siècle) à la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, peu étudiée – alors même que les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague féministe », puis par la troisième, et même tout récemment par la quatrième, ont indéniablement prédisposé les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein.

Continuer la lecture de « [Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023 »

[Séminaire Archives manquantes #4] Table ronde et séance collective: Archives manquantes, perspectives pour un projet pluriannuel (Maison de la Recherche & Zoom, 2 juin 2023)

Tiroirs d'archive vides

Pour cette séance conclusive de sa première saison, le séminaire “Archives manquantes” n’accueillera pas d’intervenant·e·s extérieur·e·s. La séance sera consacrée à un premier bilan du séminaire ainsi qu’aux perspectives pour la saison 2: nouvelles thématiques, périodicité, résultats que nous visons. Nous serons également amené·e·s à discuter de la création d’un groupe de chercheurs et chercheuses intéressé·e·s. Venez donc nombreux et nombreuses avec vos idées de formes et propositions de thèmes. Vous pouvez nous en faire part avant la séance si vous le souhaitez.

Tiroirs d'archive vides
@degimages/deposit

Quand? 2 juin 2023, 14h-16h30.

Où? Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris), salle D323.

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à Nantes, cependant vous pouvez aussi vous connecter par zoom: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/81710107748.

Si vous pouvez être parmi nous, sur place (de préférence!) ou par zoom, nous vous prions de nous l’indiquer par un petit courriel à Jean-François Laplénie. Merci!

Le programme du séminaire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search