[Séminaire Archives manquantes – Saison 2 #4] Nicole Haitzinger: “Le registre de l’”exotique” dans les archives de danse de la modernité en France et dans l’espace germanophone. À propos de la pertinence d’une mise en perspective décoloniale.” (Maison de la Recherche & zoom, 14 juin 2024)

Bandeau séance 4 saison 2

Pour la quatrième et dernière séance de sa deuxième saison, le séminaire “Archives manquantes” accueillera Nicole Haitzinger, professeure en arts du spectacle (szenische Künste) à Paris Lodron Universität Salzburg (PLUS), pour une intervention intitulée: “Le registre de l’”exotique” dans les archives de danse de la modernité en France et dans l’espace germanophone. À propos de la pertinence d’une mise en perspective décoloniale.”

Salle d'exposition consacrée à la danse
Archivraum Tänze anderswo. Ausstellungsansicht Kunst-Musik-Tanz. Staging the Derra de Moroda Archives. Museum der Moderne Salzburg, Salzburg 2016

La séance sera animée par Katharina Jobst (doctorante, Sorbonne Université, U.R. REIGENN).

Quand? vendredi 14 juin 2024, 14h-16h30

Où? Maison de la recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente, 75006 Paris), salle S001. Entrée libre.

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à la Maison de la recherche (entrée libre!), cependant vous pourrez aussi vous connecter par Zoom. Lien: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/83124156608

Résumé

Dans cette séance conçue comme un dialogue, nous nous intéresserons à la période de création des archives de la danse à l’époque moderne: configuration paradoxale si l’on considère qu’à cette époque, on attribuait à la danse la plus grande fugacité.

Fiche d'un fichier d'archives, manuscrite
Système de fichiers de Derra de Moroda

Le début du XXsiècle est marqué par le geste de collection d’artefacts liés à la danse en Europe et “ailleurs”; mais quand, où, par qui, et pourquoi des archives de la danse sont-elles créées en Europe centrale et en France ? Quelles petites utopies (ou hétérotopies) y sont associées? Quelles correspondances entre les fondations d’archives et les ouvrages de référence de l’histoire de la danse peuvent être mises au jour lorsque l’on adopte une perspective décoloniale?

Notre dialogue se concentrera en particulier sur le registre de “l’exotique” dans les Archives de la Danse Derra de Moroda et les Archives Internationales de la Danse à Paris. L’accent sera mis sur les “pièces manquantes” dans l’historiographie et sur les interrogations méthodologiques que suscite le travail dans les archives. À cet égard, nous souhaitons discuter d’autres méthodes d’archivage qui existent ou qui pourraient exister, comme le “Reenactment”, les “Oral Histories” sous forme de performance, ainsi que le “hosting the re-appearance”?

Organisation: Jean-François Laplénie, Agathe Mareuge, Bénédicte Terrisse.

[Colloque] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde, Paris, 18-19 janvier 2024

Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde / Judith Schalansky oder das Buch als Gedächtnis der Welt

Colloque international organisé par Mandana Covindassamy (ENS PSL / UMR 8547 Pays germaniques), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / U.R. REIGENN / Bergische Universität Wuppertal) et Bénédicte Terrisse (Université de Nantes / CRINI / UMR 8547 Pays Germaniques)

Paris, Maison Heinrich Heine et École Normale Supérieure, 18-19 janvier 2024

Formée à l’histoire de l’art et au graphisme, Judith Schalansky (née en 1980 à Greifswald) crée des livres qui sont autant d’objets, une œuvre qui s’écrit et qui se lit à partir de l’histoire du livre et que Monika Schmitz-Emans classe parmi ce qu’elle appelle la « littérature du livre » (Buchliteratur). Ses ouvrages lui ont déjà valu de nombreux prix prestigieux en Allemagne comme à l’étranger, le dernier en date étant, tout récemment, le Wortmeldungen-Literaturpreis für kritische Kurztexte.
En prenant appui sur une conception du livre comme réceptacle de savoir et emblème de la mémoire, les livres de Judith Schalansky renouvellent les questionnements qui traversent la littérature contemporaine de langue allemande : le rapport entre fiction et non fiction, la question de la mémoire, les relations entre texte et image, les liens entre littérature et science, les formes de l’éco- et de la ‘zoopoétique’ (Anne Simon).
Ce primat accordé au livre réorganise l’histoire générale de la littérature : il y fait entrer de plain-pied ce qui en était exclu ou situé dans ses marges, des insulaires de la Renaissance au manuel d’écolier en passant par les écrits de scientifiques du XVIIe siècle – ravivant ainsi la première acception du terme « littérature » au sens « de tout ce qui est écrit ». Schalansky semble renouer avec le projet littéraire d’explorer la nature en l’écrivant. Ce geste si typique de ce moment de la littérature où science et littérature ne s’excluaient pas encore, comme en témoignent encore les œuvres d’un Stifter, d’un Raabe, d’un Storm ou d’un Novalis, s’avère plus actuel que jamais.
Alors que l’histoire de l’édition fait l’objet d’une attention accrue dans les travaux universitaires en littérature, les livres de Judith Schalansky, qui sont aussi ceux qu’elle édite au sein de deux collections, « Naturkunden » et « Wildes Wissen », aux éditions Matthes & Seitz, nous ramènent une nouvelle fois vers la question des conditions pragmatiques de l’écriture. Faut-il voir dans la collaboration avec Matthes & Seitz une forme actualisée, voire exacerbée, d’« auctorialité éditoriale », selon le terme forgé par Tobias Amslinger ?
Ce colloque, le premier consacré à l’œuvre de Judith Schalansky en France, explorera les différents enjeux de sa création à partir de l’objet livre. Les enjeux relatifs à la matérialité du livre soulèvent en outre des questions spécifiques en termes de réception de l’œuvre, qui seront également envisagées lors du colloque.

Continuer la lecture de « [Colloque] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde, Paris, 18-19 janvier 2024 »

[Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 : sociabilités, esthétiques, mémoires

12-14 octobre 2023, université Lyon 3 Jean Moulin

Ce colloque international pluridisciplinaire, qui constitue l’aboutissement d’un projet ayant déjà donné lieu à trois séminaires de recherche préparatoires (voir ici, ici et ), se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours.

Le « prisme du genre », qui constitue l’angle d’attaque de ce projet, se conçoit dans une optique large : il concerne les questionnements sur la place réservée aux femmes, sur les rapports femmes-hommes, sur les catégorisations et hiérarchisations symboliques entre féminin et masculin ainsi que sur les réflexions concernant le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires. Ce prisme comprend en outre l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

La période étudiée s’étend de 1945 à nos jours, afin d’appliquer les analyses déjà menées sur les avant-gardes dites historiques (1ère moitié du XXe siècle) à la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, peu étudiée – alors même que les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague féministe », puis par la troisième, et même tout récemment par la quatrième, ont indéniablement prédisposé les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein.

Continuer la lecture de « [Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023 »

Sophie Taeuber-Arp parle de l’Aubette (Strasbourg, 16 septembre 2023)

Lecture commentée de lettres de Sophie Taeuber-Arp

Les Journées européennes du patrimoine-matrimoine 2023 sont l’occasion de revenir sur l’histoire de l’Aubette et de mettre à l’honneur la contribution de Sophie Taeuber-Arp.

Depuis sa construction par Jacques-François Blondel entre 1765 et 1778, le bâtiment de l’Aubette est passé par bien des vicissitudes. En 1922, les frères Paul et André Horn, respectivement architecte et pharmacien, louent l’aile droite du bâtiment avec l’intention d’en faire un complexe de restauration et de loisirs. Amateurs et collectionneurs d’art moderne, ils rencontrent Jean Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp en mars 1926 et décident de leur confier la décoration de l’appartement privé d’André Horn et de l’hôtel Hannong, qu’ils avaient construit rue du 22-Novembre. Dans la foulée, ils leur proposent de s’attaquer à l’Aubette et d’en concevoir la décoration et l’aménagement intérieur. Devant l’ampleur de la tâche, le couple fait appel à leur ami Theo van Doesburg, pilier du groupe hollandais De Stijl. Ensemble, ils pensent l’Aubette comme une œuvre d’art totale où tout est intrinsèquement lié, les peintures murales, l’éclairage, l’ameublement, la vaisselle, la signalétique, etc. Ils se répartissent les espaces : Sophie Taeuber-Arp réalise l’Aubette-bar, le salon de thé-pâtisserie (dit aussi Five O’Clock Tea) au sous-sol, le foyer-bar au 1er étage ; Jean Arp, le caveau-dancing et le bar américain au sous-sol ; Theo van Doesburg, le café-brasserie et le café-restaurant au rez-de-chaussée, le ciné-dancing et la salle des fêtes au 1er étage. La salle de billard à l’entresol et l’escalier sont attribués tantôt au couple Arp, tantôt à l’un des deux.

En 1928, Theo van Doesburg consacre un numéro de la revue De Stijl à l’Aubette, publication qui a ainsi le mérite de constituer une source essentielle sur le chantier de l’Aubette, mais qui en oriente non moins durablement le récit. Or le rôle de Sophie Taeuber-Arp y est largement sous-estimé. Il y déclare notamment : « Comme nous étions des hommes de direction différente à collaborer ici, nous posâmes pour principe que chacun était libre de travailler d’après ses idées. » En cette journée du patrimoine-matrimoine, on peut se demander : « Où est la femme ? »

Grâce à la publication, en 2021, de très nombreuses lettres inédites de Sophie Taeuber-Arp, il est possible de revisiter l’histoire de la réalisation de l’Aubette et de nuancer les propos de Theo van Doesburg. Ces lettres permettent aussi de documenter les autres réalisations de Sophie Taeuber-Arp à Strasbourg (pour l’appartement d’André Horn, la maison du couple Heimendinger et l’hôtel Hannong) et apportent un éclairage sur l’atmosphère strasbourgeoise des années vingt.

Isabelle Ewig et Agathe Mareuge proposeront une lecture et un commentaire à deux voix d’extraits de correspondances de Sophie Taeuber-Arp avec sa sœur Erika Schlegel-Taeuber et avec Jean Hans Arp. Ces lettres ont été spécialement traduites pour l’occasion.

*Les lettres à Erika Schlegel-Taeuber sont conservées à la Zentralbibliothek de Zürich et les lettres de et à Arp, à la Fondation Arp à Clamart. Elles ont été publiées par Medea Hoch, Walburga Krupp et Sigrid Schade en trois volumes imposants et passionnants : Sophie Taeuber-Arp. Briefe 1905-1942, Wädenswil (CH), Nimbus. Kunst und Bücher AG, 2021.

Cette manifestation est une proposition de l’Association Jean Hans Arp en collaboration avec les Musées de la Ville de Strasbourg. Elle constitue le 2e volet de cette année dédiée à Sophie Taeuber-Arp.

[Séminaire Archives manquantes #4] Table ronde et séance collective: Archives manquantes, perspectives pour un projet pluriannuel (Maison de la Recherche & Zoom, 2 juin 2023)

Tiroirs d'archive vides

Pour cette séance conclusive de sa première saison, le séminaire “Archives manquantes” n’accueillera pas d’intervenant·e·s extérieur·e·s. La séance sera consacrée à un premier bilan du séminaire ainsi qu’aux perspectives pour la saison 2: nouvelles thématiques, périodicité, résultats que nous visons. Nous serons également amené·e·s à discuter de la création d’un groupe de chercheurs et chercheuses intéressé·e·s. Venez donc nombreux et nombreuses avec vos idées de formes et propositions de thèmes. Vous pouvez nous en faire part avant la séance si vous le souhaitez.

Tiroirs d'archive vides
@degimages/deposit

Quand? 2 juin 2023, 14h-16h30.

Où? Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris), salle D323.

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à Nantes, cependant vous pouvez aussi vous connecter par zoom: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/81710107748.

Si vous pouvez être parmi nous, sur place (de préférence!) ou par zoom, nous vous prions de nous l’indiquer par un petit courriel à Jean-François Laplénie. Merci!

Le programme du séminaire

NOUS Summer School 2023: Boreal Geographies – The North in Paris and Versailles (Château de Versailles & MAC VAL, 22-23 mai 2023)

La prochaine école d’été du programme NOUS (Nordic Studies UCL-Sorbonne) se tiendra les 22 et 23 mai 2023 au Château de Versailles (22 mai), au MAC VAL et en Sorbonne (23 mai) et aura pour thème “Boreal Geographies – The North in Paris and Versailles”.

The NOUS (Nordic Studies UCL-Sorbonne) Summer School 2023 will take place on the 22nd and 23rd of May 2023 in the Versailles Castle (May 22nd) and at the MAC VAL museum and Sorbonne (May 23rd). The theme chosen for this year is “Boreal Geographies – The North in Paris and Versailles”.

Logo du projet boréalisme
Continuer la lecture de « NOUS Summer School 2023: Boreal Geographies – The North in Paris and Versailles (Château de Versailles & MAC VAL, 22-23 mai 2023) »

[CR] Compte rendu du colloque “Habiter l’inhabitable” (Francfort/Main, 31 mars-1er avril 2023)

Bandeau habiter l'inhabitable

Colloque “Habiter l’inhabitable” à Francfort-sur-le-Main, les 31 mars et 1er avril 2023

Compte rendu rédigé par Louise Valentin et Jeanne Yapaudjian, doctorantes à Sorbonne Université

Tabelau Zénith de Laurence Simon, représentant une maison en cours de démolition
Laurence Simon: Zénith

Le colloque “Habiter l’inhabitable” a été organisé dans le cadre du laboratoire junior franco-allemand interdisciplinaire “Raconter l’habiter” créé en 2020 par les doctorantes et doctorants Peirou Chu (ENS de Lyon), Lea Herrmann (ENS Lyon), Haris Mrkaljevic (ENS Lyon), Melanie Schneider (Université Goethe de Francfort/Main) et Jeanne Yapaudjian (Sorbonne Université). Le colloque s’inscrit dans une série de manifestations organisées au sein de ce laboratoire: une première séance de définition de l’habiter à partir de différentes disciplines; une deuxième séance lors de laquelle le géographe Mathis Stock a exposé son concept de l’habiter en mouvement; un colloque intitulé “Faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne de la fin du XIXe siècle à nos jours” à l’ENS de Lyon et une discussion sur l’habitat communautaire en Allemagne lors de laquelle quatre urbanistes et architectes allemandes étaient invitées. C’est une nouvelle perspective sur l’habiter qu’il s’agissait d’aborder lors de ce colloque à Francfort, en réfléchissant à la façon dont il est possible d’habiter des lieux inhabitables. Ces deux journées ont eu pour objectif de définir “l’inhabitable”, notion contradictoire en ceci qu’elle désigne des lieux inhospitaliers, associés aux privations, à l’insalubrité, à la violence, des lieux que l’on peine à constituer en chez-soi, des lieux remplissant avant tout des critères de fonctionnalité, mais qui sont tout de même habités. Il s’agissait de définir les limites de l’habitable et de comprendre comment habiter, représenter et faire le récit de l’inhabitable. Le colloque a tenté de répondre à cette question à travers quatre grands axes.

Continuer la lecture de « [CR] Compte rendu du colloque “Habiter l’inhabitable” (Francfort/Main, 31 mars-1er avril 2023) »

[CR] Christa Baumberger: “Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball” (CR séminaire Archives manquantes #2, 17 mars 2023)

Séance #2 du séminaire « Archives manquantes? Archives et construction de l’histoire culturelle dans l’espace depuis 1945 » le 17 mars 2023.

Christa Baumberger (directrice de la Galerie Litar, Zurich et ancienne collaboratrice scientifique aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse, Berne): “Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball”

Lors de la deuxième séance du séminaire « Archives manquantes ? Les archives et la construction littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945 » modérée par Agathe Mareuge, Dr. Christa Baumberger (Galerie Litar, Zurich) était invitée et a présenté son travail réalisé aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse de Berne. Elle y a été longtemps responsable du fonds consacré à Emmy Hennings (1885-1948) et Hugo Ball (1886-1927), un couple d’artistes qui a participé à la fondation du mouvement Dada à Zurich. Si le nom d’Hugo Ball est resté dans les mémoires, au moins dans l’espace germanophone, celui de Emmy Hennings est tombé dans l’oubli, comme ceux de la plupart des autres femmes dans l’histoire du mouvement. Baumberger a tenté de réhabiliter et de rendre visible l’oeuvre de Hennings grâce à une mise en valeur des archives la concernant, exposée dans sa communication.

Tout d’abord, elle a présenté le fonds Hennings/Ball composé de 80 boîtes d’archives qui comprend non seulement un fonds double centré sur la vie et les œuvres de Hennings et Ball, mais aussi un fonds indépendant consacré à Hugo Ball (« Kryptonachlass », le fonds principal Hugo Ball étant conservé en Allemagne à Pirmasens, sa ville natale). Le fonds double, grâce à la notoriété de Ball, a aidé à faire redécouvrir Hennings. L’ensemble des documents a été numérisé pour le centenaire Dada en 2016 : une étape certes nécessaire mais qui enlève aux documents leur matérialité.

Ensuite, Baumberger est revenue sur l’édition d’ouvrages qu’elle a menée autour de l’œuvre de Hennings : l’édition de ses œuvres complètes aux éditions Wallstein (depuis 2015), mais surtout aussi celle d’un volume, Emmy Hennings Dada (Scheidegger & Spiess, 2015). Cet ouvrage associe des photographies de Hennings sur lesquelles on la voit sous différentes facettes (tantôt posant en danseuse, tantôt en actrice), avec des œuvres choisies, des lettres, des textes inédits, mais aussi avec le « Cahier rouge » reproduit en entier dans le volume –  un carnet confectionné par Hennings dans lequel elle collectionnait ses poèmes tapés à la machine à écrire, comprenant parfois même des fautes de frappe. Dans ce livre, Baumberger a essayé de rendre sensible la matérialité de ces diverses archives en variant les supports d’époque (photographies parfois déchirées, tapuscrit original…). Cet ouvrage vise à montrer la grande richesse de l’artiste.

Enfin, Baumberger a raconté son expérience en tant que co-commissaire de l’exposition « DADA original » à la Bibliothèque nationale suisse de Berne en 2016, une « Archivausstellung » typique qui était une célébration des archives, notamment du fonds Hennings/Ball : il s’agit d’un retour aux sources misant sur l’aura de l’original, qui se trouve en quelque sorte fétichisé, le but étant de « faire parler » les originaux.

Compte rendu rédigé par Jeanne Yapaudjian (doctorante en Études germaniques, REIGENN)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search