[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #6 (17 mai 2024)

Le séminaire V&V, organisé un vendredi par mois à la Bibliothèque Nordique (6 rue Valette, Paris, entrée libre) de 10h à 12h, accueillera le vendredi 17 mai 2024  Corinne François-Denève (Professeure en littératures comparées, UHA/ILLE) et Frédérique Harry (MCF en Études nordiques, SU/Reigenn). Cette séance sera la dernière de ce premier cycle.

« Open bar » ? réécritures genrées/alcoolisées du canon ? – Corinne François-Denève 

Cette communication se propose de traquer le vice, la vertu, et les boissons, dans les pièces du théâtre scandinave que nous avons eu l’occasion de traduire en français (Le Gant de Bjørnstjerne Bjørnson, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, L’Ensorcelée de Victoria Benedictsson et La Lioncelle de Frida Stéenhoff, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2022, Théâtre complet d’Anne Charlotte Leffler, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2016, Sauvé, d’Alfhild Agrell, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, 2016,  La Comédienne d’Anne Charlotte Leffler, suivi de La Juliette de Roméo de Victoria Benedictsson, L’avant-scène théâtre, numéro double 1382-1383, mai 2015).

Souvent présentées comme des répliques « féminines » ou « féministes » aux pièces des pairs masculins (en particulier Ibsen), les œuvres de Leffler, Benedictsson, Stéenhoff ou Agrell font-elles un usage différent des boissons qui, théâtre oblige, deviennent des accessoires, souvent propices à des jeux de scène (ébriété, nervosité) ? Sont-ce en ce sens des pièces plus « morales », relevant de la littérature d’indignation ? Si on voit passer dans une pièce de Leffler une référence explicite aux mouvement de tempérance (Le Moyen de faire le bien), force est de constater que les buveurs de café, de bière, ou d’alcools plus forts sont légion, et que leurs apparitions ne sont jamais le fruit du hasard.

Sauvé d’Alfhild Agrellen ce sens, souvent présenté comme une version alternative d’Une maison de poupée, place explicitement la pièce sous le signe du champagne mal digéré (scène du début) et de la cirrhose (la mystérieuse maladie de Milde, là où Rank, chez Ibsen, avait hérité des folies de son père, sans boire lui-même). Chez Ibsen, le bal, qu’on ne voit pas, laisse imaginer que Torvald a bu, ce qui exacerbe son désir pour Nora : chez Agrell, la chère est triste, et la boisson encore plus. On ira aussi voir du côté du « matrimoine » porté par un homme, Bjørnson. Dans notre édition, Le Gant est présenté dans ses deux versions, l’une jouée et presque non publiée, l’autre publiée et presque non jouée. De l’une à l’autre s’opèrent de subtils déplacements et changements de ton – et aussi une scène avec… du champagne, bu au petit matin, vers la scène finale – mais là encore, le boire est triste et tragique. De l’importance du (petit) canon pour « secouer » le canon ?  Telle est la piste que nous nous proposons d’explorer.

La tempérance : archéologie d’une vertu – Frédérique Harry

En prenant pour objet d’étude le royaume dano-norvégien, nous examinerons le rôle de la boisson (et de son rejet) à la période moderne. Revenant sur la législation de l’époque et sur le contexte économique, il s’agira d’analyser ce que la consommation d’alcool dit de l’organisation sociale (Hauge, 1996) – et plus particulièrement des relations de pouvoir entre villes et campagnes, entre noblesse, bourgeoisie et paysannerie, et entre partisans du mercantilisme et adeptes de la physiocratie. La boisson, qui révèle toute une organisation normative de l’excès et de la maîtrise, manifeste les rapports de force qui modèlent la société dano-norvégienne jusque dans les corps. 

Verre produit par l’atelier de Nøstetangen (Norvège, 1771).
Villas Vinter / Photo : Nasjonalmuseet

Mais quid de ceux qui refusent un gobelet ? S’ils sont rares, dans la Scandinavie moderne, à remettre en question les pratiques de consommation, l’idée fait toutefois son chemin à la fin du XVIIIe siècle, passant d’une question politique et centralisée (on régente la production et la consommation pour préserver l’économie et l’ordre public) à une revendication plus individuelle et “décentralisée” qui place la sobriété et l’abstinence sur la voie de l’émancipation personnelle – voire nationale, comme on l’observe en Norvège (Engelhardt, 2010). Ne pas boire est alors un geste bien plus subversif qu’il n’en a l’air, qui rompt avec les conventions, ébranle la doctrine luthérienne officielle (il n’y aurait en effet qu’un pas de la tempérance à la doctrine du salut par les œuvres) et oblige l’individu à s’extraire des pratiques sociales habituelles.

Il n’est pas anodin que les pratiques tempérantes novatrices de la fin du XVIIIe siècle, qui prennent la forme de “contrats” librement consentis entre individus ou membres d’une même paroisse (Try, 2020), se développent initialement dans les périphéries géographiques, notamment en Norvège. Ces territoires, éloignés des centres que sont Christiania et Copenhague, sont à bien des égards des lieux d’innovations associatives, religieuses et politiques qui confirment l’importance de ces périphéries dans le renouvellement des normes culturelles (Seland, 2020). 

Bienvenue / Velkommen !

[Séminaire Archives manquantes – Saison 2 #3] Valérie Carré: “La Révolution de 1918-1919 au prisme des bandes d’actualité.” (Maison de la Recherche & zoom, 22 mars 2024)

Bundesarchiv

Pour la troisième séance de sa deuxième saison, le séminaire “Archives manquantes” accueillera Valérie Carré, professeure en Études germaniques (cinéma germanophone) à Sorbonne Université (U.R. REIGENN) pour une intervention intitulée: “La Révolution de 1918-1919 au prisme des bandes d’actualité. Dans le dédale des archives tronquées.”

Montage: image de la Révolution allemande et bobine tirée d'archives
Montage: Valérie Carré. CC BY-NC-ND

La séance sera animée par Jean-François Laplénie (Sorbonne Université, U.R. REIGENN & Philomel).

Quand? vendredi 22 mars 2024, 14h-16h30

Où? Maison de la recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente, 75006 Paris), salle S002. Entrée libre.

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à la Maison de la recherche (entrée libre!), cependant vous pourrez aussi vous connecter par Zoom.

Résumé

La révolution allemande de 1918/19 a bénéficié en termes de documentation visuelle des progrès de la photographie et nombre de photographes de presse ont documenté les événements révolutionnaires qui se sont déroulés à Berlin de novembre 1918 à mars 1919. On sait moins en revanche que ces événements ont aussi attiré l’attention des réalisateurs de bandes d’actualité. Celles-ci étaient diffusées de manière hebdomadaire dans tous les cinémas du Reich. Ces archives visuelles n’ont que peu (photographie), voire pas du tout (bandes d’actualité) retenu l’attention des historien·ne·s.

Ce séminaire se propose d’explorer un fonds d’archives qui pose de nombreux problèmes. À travers des exemples concrets, nous montrerons en quoi ce fonds est mal archivé et fort lacunaire, ce qui pose des questions fondamentales quant à l’exploitabilité même de ces archives et nous essaierons d’esquisser des pistes pour malgré tout tirer profit de ce fonds unique.

Continuer la lecture de « [Séminaire Archives manquantes – Saison 2 #3] Valérie Carré: “La Révolution de 1918-1919 au prisme des bandes d’actualité.” (Maison de la Recherche & zoom, 22 mars 2024) »

Parution: D. Meyer & E. Rothmund (dir.): Der Dreißigjährige Krieg in Literatur und Kunst im 20. u. 21. Jahrhundert (2023)

Daniel Meyer & Elisabeth Rothmund (Hrsg.): Der Dreißigjährige Krieg in Literatur und Kunst im 20. und 21. Jahrhundert. Vandenhoeck & Ruprecht, 2023. (Gesellschaftskritische Literatur – Texte, Autoren und Debatten, Band 018)

Présentation
Couverture du livre

Aus einer inter- und transmedialen Perspektive geht dieser Band den verschiedenen semantischen Ordnungsprozessen nach, die in der künstlerischen Auseinandersetzung mit dem Dreißigjährigen Krieg während des 20. und 21. Jahrhunderts stattfinden, indem ihr jeweiliger Deutungsrahmen rekonstruiert wird. Die Beiträge versuchen dabei als Ganzes einen Bogen zwischen der Vielzahl an Vereinnahmungen und ihren spezifischen künstlerischen Modalitäten zu spannen. Der Schwerpunkt liegt auf deutschsprachigen Werken, es wird jedoch auch der europäische Rahmen berücksichtigt.

In an inter- and transmedial perspective, this volume attempts to trace the various semantic ordering processes that take place in the artistic treatment of the Thirty Years’ War during the 20th and 21st centuries by reconstructing their respective interpretive frameworks. The contributions as a whole attempt to draw a bow between the multitude of appropriations and their specific artistic modalities. Although the focus is on German-language works, the European context is also taken into account.

Le livre sur le site de l’éditeur

[Appel à contributions/CfP] [V&V] Boire dans les pays nordiques et germaniques (12-14 juin 2024, Sorbonne Université)

(English version below)

Appel à contribution: Boire dans les pays nordiques et germaniques

Vice & Vertu, 1re partie: Boire

Colloque, 12-14 juin 2024, Sorbonne Université, Paris.

« Vice et Vertu » (V&V) est un programme de recherche international pluriannuel issu d’une coopération entre les Universités de la Sorbonne, Caen, Turku/ TIAS, Umeå et Oslo. Le projet V&V vise aussi l’intégration de jeunes chercheurs et de chercheurs en devenir dans les réseaux de recherche nord-européens et francophones par le biais de séminaires, de workshops et de colloques organisés dans les universités partenaires de France et d’Europe du Nord. 

 « Vice » et « Vertu » sont des termes encore fréquemment utilisés dans des secteurs comme la finance, l’écologie ou les médias, bien qu’ils soient aujourd’hui largement désarticulés de leur ancrage religieux. Pour autant, dans des cultures où, selon la maxime luthérienne, l’humanité a été considérée comme simul justus, simul peccator, mais semper penitens, l’impératif de la vertu et l’ardente tentation du vice ont laissé de profondes traces et des interrogations existentielles particulières, tant à l’échelle individuelle que collective. 

Le projet résulte ainsi d’une interrogation simple et se fonde sur une réflexion de nature épistémologique et anthropologique : comment les catégories du vice et de la vertu ont-elles été constituées et racontées dans les sociétés du Nord de l’Europe et comment ont-elles évolué à travers les époques, du Moyen Âge aux sociétés du « secular Age » (Taylor, 2007) ? 

Pour jeter un éclairage sur cette vaste interrogation, plusieurs thèmes seront successivement explorés. Le premier volet, prévu pour l’année 2023-2025, a « Boire » pour thématique et donnera lieu à un colloque organisé à Paris du 12 au 14 juin 2024.  

Le premier volet du projet V&V, « Boire », questionne l’acte social (ou antisocial) de la consommation de tout type de boissons – alcoolisées ou non -, individuellement ou collectivement. Il vise à interroger les pratiques anciennes et actuelles et d’en explorer les enjeux normatifs. L’appel à contribution comprend quatre axes mais nous restons ouverts à d’autres apports et thématiques en fonction des propositions qui nous arriveront. 

Continuer la lecture de « [Appel à contributions/CfP] [V&V] Boire dans les pays nordiques et germaniques (12-14 juin 2024, Sorbonne Université) »

Soutenance de thèse de Margot Damiens: Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815), Sorbonne, 12 novembre 2022

Le samedi 12 novembre 2022 à Paris (salles de Actes, Sorbonne), Margot Damiens soutiendra sa thèse de doctorat intitulée Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815).

Le jury sera composé de Mme Anne Lagny, Professeure à l’École Normale Supérieure de Lyon (rapporteuse), M. Gérard Laudin, Professeur émérite à Sorbonne Université (co-directeur de thèse), M. Thomas Mohnike, Professeur à l’Université de Strasbourg (rapporteur), M. Clemens Räthel, Professeur à l’Université de Greifswald (représentant M. Michael North, Professeur à l’Université de Greifswald, co-directeur de thèse), M. Joachim Schiedermair, Professeur à la Ludwig-Maximillians-Universtiät München, et M. Ralph Tuchtenhagen, Professeur à la Humboldt-Universität zu Berlin.

La soutenance aura lieu le 12 novembre 2022 à 14h en Salle des Actes à la Sorbonne (1, rue Victor Cousin – 75005 Paris). Afin de faciliter l’organisation de la soutenance, merci de bien vouloir signaler votre présence (en personne ou par visioconférence) par courriel d’ici la fin du mois d’octobre.

Continuer la lecture de « Soutenance de thèse de Margot Damiens: Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815), Sorbonne, 12 novembre 2022 »

Publication: Dossier “La révolution au subjectif” (Revue d’Allemagne 54/2022, n°1)

Dossier thématique de la Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 54 (2022), n°1, p. 3-128: “La révolution au subjectif. Egodocuments, traces effacées et perspectives éclatées sur la révoluion allemande de 1918-1919”, coordonné par Valérie Carré, Jean-François Laplénie et Agathe Mareuge.

Combattants spartakistes. Berlin1919
Press Illustrating Service: Enemy Activities, German Revolution. Adherents to Sparticides, Berlin [1919]. War Department. 1789-9/18/1947. NARA 31478431.

→ le numéro sur le site des Presses Universitaires de Strasbourg.

→ le numéro sur OpenEdition Journals.

Parmi les nombreuses commémorations auxquelles l’année 2018 a donné lieu, il y avait celle de la révolution allemande de 1918-1919. Placée entre le bicentenaire de la naissance de Karl Marx et les 170 ans du Printemps des peuples, elle a semblé être reléguée au second plan. Comme souvent lors des années anniversaires, le sujet jouit cependant d’une actualité éditoriale importante. On note ici que la plupart des ouvrages s’efforcent de donner une vue d’ensemble, souvent d’un point de vue surplombant visant à l’exhaustivité quand elles se destinent à un public large. Mais parmi les publications récentes, on distingue également une tendance à étudier la révolution à l’échelle locale ou à renouveler les approches historiographiques développées jusque-là : spatialité, genre.

Le présent volume se propose quant à lui de s’intéresser à la relation subjective de l’épisode révolutionnaire, que cette relation émane de souvenirs personnels ou encore de romans ou d’œuvres artistiques. De fait, cet événement, peut-être plus qu’aucun autre à cette époque, a donné lieu à des interprétations multiples et souvent contradictoires. Ceci s’explique sans doute par les conflits internes à la gauche qui ont marqué cette révolution : du MSPD à l’USPD en passant par les Spartakistes, le KPD et les Revolutionäre Obleute, force est de constater qu’il est encore impossible d’écrire une histoire générale de la révolution. Elle est en effet tributaire, dans son déroulement et dans son historiographie, de ces différents courants souvent marqués par des personnalités aux positions contradictoires. Les processus de mémorialisation concurrents, voire de mythification, ont contribué à creuser certains antagonismes et à en atténuer d’autres. Une telle approche implique, dans nombre de cas, d’avoir recours à d’autres types de documents que ceux habituellement utilisés pour écrire l’histoire, et dans lesquels chercher l’apparition du sujet (et de la subjectivité) dans l’histoire. Très souvent, il s’agit de textes de “l’après-coup”, qui se caractérisent par une grande distance temporelle qui implique oublis, interprétations a posteriori, souvent façonnés par les différents discours qui circulent ou ont circulé au sujet des événements en question.

Continuer la lecture de « Publication: Dossier “La révolution au subjectif” (Revue d’Allemagne 54/2022, n°1) »

Colloque “Raconter l’habiter” (ENS Lyon, 8-9 avril 2022)

Image du film de Guy Gilles: Au pan coupé (1968)

Jeanne Yapaudjian, doctorante en études germaniques / études cinématographiques (codirection REIGENN & Goethe-Universität Frankfurt/Main), est coorganisatrice du colloque “Raconter l’habiter : faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne, manifestation du projet junior Raconter l’habiter/ Wohnen erzählen (HaWo).

Le colloque aura lieu à l’ENS de Lyon les 8 et 9 avril 2022.

Le colloque sur le site de l’ENS

Le colloque “Raconter l’habiter : faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne de la fin du XIXe siècle à nos jours” aura lieu les 8 et 9 avril 2022 à l’ENS de Lyon. Il est organisé dans le cadre du laboratoire junior “Raconter l’habiter/Wohnen erzählen” (HaWo) créé l’an dernier par des doctorant.e.s de l’ENS de Lyon, de l’Université de Francfort et de la Sorbonne dont les recherches portent sur l'”habiter” dans une perspective franco-allemande.

Image du film de Guy Gilles: Au pan coupé (1968)
Image du film de Guy Gilles: Au pan coupé (1968)

“L’habiter est le propre de l’humain”, postulent les éditeurs de l’ouvrage éponyme publié à la suite d’un colloque interdisciplinaire qui avait pour but de croiser des approches géographiques et philosophiques (Thierry Paquot, Habiter, le propre de l’humain, 2007). Mais que se passe-t-il lorsque ce lieu est menacé ? Le titre de notre colloque fait écho à différentes crises de l’habitat qui ont rythmé l’évolution des sociétés européennes depuis la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de « Colloque “Raconter l’habiter” (ENS Lyon, 8-9 avril 2022) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search