[Projet Genre & avant-gardes] Workshop et table-ronde: Avant-garde après Pina Bausch, entre mémoire et réinvention, Wuppertal, 7 juin 2024

Avec la création du Tanztheater Wuppertal en 1973, Pina Bausch a révolutionné la danse. Le Tanztheater représente une avant-garde devenue une institution internationale de premier plan, qui a écrit l’histoire de la danse et a fait école. Comment penser une avant-garde après Pina Bausch? L’avant-garde dans le domaine de la danse et de la performance existe-t-elle encore? Le concept même d’avant-garde est-il encore pertinent? Avec quels moyens poursuivre l’expérimentation formelle, l’engagement dans la société? Selon quelles approches théoriques cette histoire peut-elle encore s’écrire aujourd’hui?
Ces questions seront au cœur de nos réflexions lors de cette table-ronde. Nous nous interrogerons sur l’articulation entre documentation, ou patrimonialisation, et création; sur la façon dont l’héritage de la danse moderne et postmoderne peut être abordé de manière créative. Peut-on imaginer l’émergence d’archives vivantes, possiblement transnationales? Nous nous intéresserons en particulier aux enjeux propres au genre (gender) dans cette réinvention et cette historicisation.

Liberté Cathédrale, Lille © Simon Gosselin

Cette manifestation constitue le dernier volet d’un projet de recherche consacré aux « avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 », mené en 2022-2024 par des chercheuses des universités Lyon 3 Jean Moulin (Sibylle Goepper), Aix Marseille (Susanne Böhmisch), Sorbonne (Agathe Mareuge), de Lorraine (Cécile Chamayou-Kuhn) et de Grenoble (Élise Petit).

[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #6 (17 mai 2024)

Le séminaire V&V, organisé un vendredi par mois à la Bibliothèque Nordique (6 rue Valette, Paris, entrée libre) de 10h à 12h, accueillera le vendredi 17 mai 2024  Corinne François-Denève (Professeure en littératures comparées, UHA/ILLE) et Frédérique Harry (MCF en Études nordiques, SU/Reigenn). Cette séance sera la dernière de ce premier cycle.

« Open bar » ? réécritures genrées/alcoolisées du canon ? – Corinne François-Denève 

Cette communication se propose de traquer le vice, la vertu, et les boissons, dans les pièces du théâtre scandinave que nous avons eu l’occasion de traduire en français (Le Gant de Bjørnstjerne Bjørnson, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, L’Ensorcelée de Victoria Benedictsson et La Lioncelle de Frida Stéenhoff, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2022, Théâtre complet d’Anne Charlotte Leffler, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2016, Sauvé, d’Alfhild Agrell, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, 2016,  La Comédienne d’Anne Charlotte Leffler, suivi de La Juliette de Roméo de Victoria Benedictsson, L’avant-scène théâtre, numéro double 1382-1383, mai 2015).

Souvent présentées comme des répliques « féminines » ou « féministes » aux pièces des pairs masculins (en particulier Ibsen), les œuvres de Leffler, Benedictsson, Stéenhoff ou Agrell font-elles un usage différent des boissons qui, théâtre oblige, deviennent des accessoires, souvent propices à des jeux de scène (ébriété, nervosité) ? Sont-ce en ce sens des pièces plus « morales », relevant de la littérature d’indignation ? Si on voit passer dans une pièce de Leffler une référence explicite aux mouvement de tempérance (Le Moyen de faire le bien), force est de constater que les buveurs de café, de bière, ou d’alcools plus forts sont légion, et que leurs apparitions ne sont jamais le fruit du hasard.

Sauvé d’Alfhild Agrellen ce sens, souvent présenté comme une version alternative d’Une maison de poupée, place explicitement la pièce sous le signe du champagne mal digéré (scène du début) et de la cirrhose (la mystérieuse maladie de Milde, là où Rank, chez Ibsen, avait hérité des folies de son père, sans boire lui-même). Chez Ibsen, le bal, qu’on ne voit pas, laisse imaginer que Torvald a bu, ce qui exacerbe son désir pour Nora : chez Agrell, la chère est triste, et la boisson encore plus. On ira aussi voir du côté du « matrimoine » porté par un homme, Bjørnson. Dans notre édition, Le Gant est présenté dans ses deux versions, l’une jouée et presque non publiée, l’autre publiée et presque non jouée. De l’une à l’autre s’opèrent de subtils déplacements et changements de ton – et aussi une scène avec… du champagne, bu au petit matin, vers la scène finale – mais là encore, le boire est triste et tragique. De l’importance du (petit) canon pour « secouer » le canon ?  Telle est la piste que nous nous proposons d’explorer.

La tempérance : archéologie d’une vertu – Frédérique Harry

En prenant pour objet d’étude le royaume dano-norvégien, nous examinerons le rôle de la boisson (et de son rejet) à la période moderne. Revenant sur la législation de l’époque et sur le contexte économique, il s’agira d’analyser ce que la consommation d’alcool dit de l’organisation sociale (Hauge, 1996) – et plus particulièrement des relations de pouvoir entre villes et campagnes, entre noblesse, bourgeoisie et paysannerie, et entre partisans du mercantilisme et adeptes de la physiocratie. La boisson, qui révèle toute une organisation normative de l’excès et de la maîtrise, manifeste les rapports de force qui modèlent la société dano-norvégienne jusque dans les corps. 

Verre produit par l’atelier de Nøstetangen (Norvège, 1771).
Villas Vinter / Photo : Nasjonalmuseet

Mais quid de ceux qui refusent un gobelet ? S’ils sont rares, dans la Scandinavie moderne, à remettre en question les pratiques de consommation, l’idée fait toutefois son chemin à la fin du XVIIIe siècle, passant d’une question politique et centralisée (on régente la production et la consommation pour préserver l’économie et l’ordre public) à une revendication plus individuelle et “décentralisée” qui place la sobriété et l’abstinence sur la voie de l’émancipation personnelle – voire nationale, comme on l’observe en Norvège (Engelhardt, 2010). Ne pas boire est alors un geste bien plus subversif qu’il n’en a l’air, qui rompt avec les conventions, ébranle la doctrine luthérienne officielle (il n’y aurait en effet qu’un pas de la tempérance à la doctrine du salut par les œuvres) et oblige l’individu à s’extraire des pratiques sociales habituelles.

Il n’est pas anodin que les pratiques tempérantes novatrices de la fin du XVIIIe siècle, qui prennent la forme de “contrats” librement consentis entre individus ou membres d’une même paroisse (Try, 2020), se développent initialement dans les périphéries géographiques, notamment en Norvège. Ces territoires, éloignés des centres que sont Christiania et Copenhague, sont à bien des égards des lieux d’innovations associatives, religieuses et politiques qui confirment l’importance de ces périphéries dans le renouvellement des normes culturelles (Seland, 2020). 

Bienvenue / Velkommen !

Congrès de l’AGES 2023: “Altérité(s) dans l’espace germanophone” (16-18 novembre 2023)

L’U.R. REIGENN participe à l’organisation du Congrès de l’Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur (AGES) 2023, autour du thème des “Altérité(s) dans l’espace germanophone”. Il aura lieu les 16 et 17 novembre à l’Université Paris-Cité (Amphithéâtre Turing et salle 720 – bâtiment Olympe de Gouges) et le 18 novembre à l’Université Sorbonne Nouvelle (Maison de la Recherche – salle du conseil).

Affiche du film "Anders als die Anderen", affiche du congrès 2023 de l'AGES
(Illustration: “Anders als die Andern (§175)”, D 1919, Anzeige Quelle: DFF – Deutsches Filminstitut & Filmmuseum / Bildarchiv)

→ le programme sur le site de l’AGES.

Parution: Le minimalisme nordique: architecture, arts, design et littérature (Revue Nordiques 44/2023)

Frédérique Harry, Aymeric Pantet et Harri Veivo (dir.): Le minimalisme nordique : architecture, arts, design et littérature. Numéro de la revue Nordiques 44 (2023).
DOI:10.4000/nordiques.7430

Existerait-il un minimalisme nordique ? Sobriété, silence, simplicité et lenteur sont autant de lieux communs qui définissent, souvent de façon réductrice, les arts nordiques.

Pour nourrir le débat et éviter l’écueil stéréotypant, ce numéro 44 de Nordiques propose une réflexion transdisciplinaire sur la notion de minimalisme et ses manifestations dans le Nord. Pour la première fois dans l’espace francophone, des contributions entre arts et histoire sont réunies pour explorer l’espace infini du minimalisme.

le numéro sur OpenEdition Journals.

Parution: Carry van Bruggen, “Les femmes dans l’espace littéraire moderne” (trad. Sandrine Maufroy)

Portrait Carry Van Bruggen

Carry van Bruggen: Les femmes dans l’espace littéraire moderne. Traduit du néerlandais, annoté, illustré et postfacé par Sandrine Maufroy. Paris: Éditions Rue d’Ulm (Collection « Versions françaises »), 2023 (parution le 6 octobre 2023).

Couverture de l'ouvrage de Carry van Bruggen: Les femmes dans l'espace littéraire moderne (2023)
Couverture de l’ouvrage de Carry van Bruggen: Les femmes dans l’espace littéraire moderne (2023)

Parus en feuilleton au cours de l’année 1916 sous le titre Littérature moderne, ces articles inédits en français analysent ce que les œuvres et la vie littéraires font comprendre de la place des femmes dans la société. Consacrés pour l’essentiel aux XVIIIe et XIXe siècles – Germaine de Staël et George Sand, Friedrich Schlegel et Heinrich Heine, Walter Scott, Shelley et Byron, Dickens et Thackeray, Charlotte Brontë… –, ils offrent un premier aperçu de la réflexion stimulante développée ensuite par l’écrivaine dans Prométhée, son grand essai sur l’histoire intellectuelle européenne et le développement de l’individualisme à l’époque moderne.

Continuer la lecture de « Parution: Carry van Bruggen, “Les femmes dans l’espace littéraire moderne” (trad. Sandrine Maufroy) »

[Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 : sociabilités, esthétiques, mémoires

12-14 octobre 2023, université Lyon 3 Jean Moulin

Ce colloque international pluridisciplinaire, qui constitue l’aboutissement d’un projet ayant déjà donné lieu à trois séminaires de recherche préparatoires (voir ici, ici et ), se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours.

Le « prisme du genre », qui constitue l’angle d’attaque de ce projet, se conçoit dans une optique large : il concerne les questionnements sur la place réservée aux femmes, sur les rapports femmes-hommes, sur les catégorisations et hiérarchisations symboliques entre féminin et masculin ainsi que sur les réflexions concernant le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires. Ce prisme comprend en outre l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

La période étudiée s’étend de 1945 à nos jours, afin d’appliquer les analyses déjà menées sur les avant-gardes dites historiques (1ère moitié du XXe siècle) à la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, peu étudiée – alors même que les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague féministe », puis par la troisième, et même tout récemment par la quatrième, ont indéniablement prédisposé les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein.

Continuer la lecture de « [Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023 »

Sophie Taeuber-Arp parle de l’Aubette (Strasbourg, 16 septembre 2023)

Lecture commentée de lettres de Sophie Taeuber-Arp

Les Journées européennes du patrimoine-matrimoine 2023 sont l’occasion de revenir sur l’histoire de l’Aubette et de mettre à l’honneur la contribution de Sophie Taeuber-Arp.

Depuis sa construction par Jacques-François Blondel entre 1765 et 1778, le bâtiment de l’Aubette est passé par bien des vicissitudes. En 1922, les frères Paul et André Horn, respectivement architecte et pharmacien, louent l’aile droite du bâtiment avec l’intention d’en faire un complexe de restauration et de loisirs. Amateurs et collectionneurs d’art moderne, ils rencontrent Jean Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp en mars 1926 et décident de leur confier la décoration de l’appartement privé d’André Horn et de l’hôtel Hannong, qu’ils avaient construit rue du 22-Novembre. Dans la foulée, ils leur proposent de s’attaquer à l’Aubette et d’en concevoir la décoration et l’aménagement intérieur. Devant l’ampleur de la tâche, le couple fait appel à leur ami Theo van Doesburg, pilier du groupe hollandais De Stijl. Ensemble, ils pensent l’Aubette comme une œuvre d’art totale où tout est intrinsèquement lié, les peintures murales, l’éclairage, l’ameublement, la vaisselle, la signalétique, etc. Ils se répartissent les espaces : Sophie Taeuber-Arp réalise l’Aubette-bar, le salon de thé-pâtisserie (dit aussi Five O’Clock Tea) au sous-sol, le foyer-bar au 1er étage ; Jean Arp, le caveau-dancing et le bar américain au sous-sol ; Theo van Doesburg, le café-brasserie et le café-restaurant au rez-de-chaussée, le ciné-dancing et la salle des fêtes au 1er étage. La salle de billard à l’entresol et l’escalier sont attribués tantôt au couple Arp, tantôt à l’un des deux.

En 1928, Theo van Doesburg consacre un numéro de la revue De Stijl à l’Aubette, publication qui a ainsi le mérite de constituer une source essentielle sur le chantier de l’Aubette, mais qui en oriente non moins durablement le récit. Or le rôle de Sophie Taeuber-Arp y est largement sous-estimé. Il y déclare notamment : « Comme nous étions des hommes de direction différente à collaborer ici, nous posâmes pour principe que chacun était libre de travailler d’après ses idées. » En cette journée du patrimoine-matrimoine, on peut se demander : « Où est la femme ? »

Grâce à la publication, en 2021, de très nombreuses lettres inédites de Sophie Taeuber-Arp, il est possible de revisiter l’histoire de la réalisation de l’Aubette et de nuancer les propos de Theo van Doesburg. Ces lettres permettent aussi de documenter les autres réalisations de Sophie Taeuber-Arp à Strasbourg (pour l’appartement d’André Horn, la maison du couple Heimendinger et l’hôtel Hannong) et apportent un éclairage sur l’atmosphère strasbourgeoise des années vingt.

Isabelle Ewig et Agathe Mareuge proposeront une lecture et un commentaire à deux voix d’extraits de correspondances de Sophie Taeuber-Arp avec sa sœur Erika Schlegel-Taeuber et avec Jean Hans Arp. Ces lettres ont été spécialement traduites pour l’occasion.

*Les lettres à Erika Schlegel-Taeuber sont conservées à la Zentralbibliothek de Zürich et les lettres de et à Arp, à la Fondation Arp à Clamart. Elles ont été publiées par Medea Hoch, Walburga Krupp et Sigrid Schade en trois volumes imposants et passionnants : Sophie Taeuber-Arp. Briefe 1905-1942, Wädenswil (CH), Nimbus. Kunst und Bücher AG, 2021.

Cette manifestation est une proposition de l’Association Jean Hans Arp en collaboration avec les Musées de la Ville de Strasbourg. Elle constitue le 2e volet de cette année dédiée à Sophie Taeuber-Arp.

[Séminaire Archives manquantes #4] Table ronde et séance collective: Archives manquantes, perspectives pour un projet pluriannuel (Maison de la Recherche & Zoom, 2 juin 2023)

Tiroirs d'archive vides

Pour cette séance conclusive de sa première saison, le séminaire “Archives manquantes” n’accueillera pas d’intervenant·e·s extérieur·e·s. La séance sera consacrée à un premier bilan du séminaire ainsi qu’aux perspectives pour la saison 2: nouvelles thématiques, périodicité, résultats que nous visons. Nous serons également amené·e·s à discuter de la création d’un groupe de chercheurs et chercheuses intéressé·e·s. Venez donc nombreux et nombreuses avec vos idées de formes et propositions de thèmes. Vous pouvez nous en faire part avant la séance si vous le souhaitez.

Tiroirs d'archive vides
@degimages/deposit

Quand? 2 juin 2023, 14h-16h30.

Où? Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris), salle D323.

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à Nantes, cependant vous pouvez aussi vous connecter par zoom: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/81710107748.

Si vous pouvez être parmi nous, sur place (de préférence!) ou par zoom, nous vous prions de nous l’indiquer par un petit courriel à Jean-François Laplénie. Merci!

Le programme du séminaire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search