[Projet Genre & avant-gardes] Workshop et table-ronde: Avant-garde après Pina Bausch, entre mémoire et réinvention, Wuppertal, 7 juin 2024

Avec la création du Tanztheater Wuppertal en 1973, Pina Bausch a révolutionné la danse. Le Tanztheater représente une avant-garde devenue une institution internationale de premier plan, qui a écrit l’histoire de la danse et a fait école. Comment penser une avant-garde après Pina Bausch? L’avant-garde dans le domaine de la danse et de la performance existe-t-elle encore? Le concept même d’avant-garde est-il encore pertinent? Avec quels moyens poursuivre l’expérimentation formelle, l’engagement dans la société? Selon quelles approches théoriques cette histoire peut-elle encore s’écrire aujourd’hui?
Ces questions seront au cœur de nos réflexions lors de cette table-ronde. Nous nous interrogerons sur l’articulation entre documentation, ou patrimonialisation, et création; sur la façon dont l’héritage de la danse moderne et postmoderne peut être abordé de manière créative. Peut-on imaginer l’émergence d’archives vivantes, possiblement transnationales? Nous nous intéresserons en particulier aux enjeux propres au genre (gender) dans cette réinvention et cette historicisation.

Liberté Cathédrale, Lille © Simon Gosselin

Cette manifestation constitue le dernier volet d’un projet de recherche consacré aux « avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 », mené en 2022-2024 par des chercheuses des universités Lyon 3 Jean Moulin (Sibylle Goepper), Aix Marseille (Susanne Böhmisch), Sorbonne (Agathe Mareuge), de Lorraine (Cécile Chamayou-Kuhn) et de Grenoble (Élise Petit).

[Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 : sociabilités, esthétiques, mémoires

12-14 octobre 2023, université Lyon 3 Jean Moulin

Ce colloque international pluridisciplinaire, qui constitue l’aboutissement d’un projet ayant déjà donné lieu à trois séminaires de recherche préparatoires (voir ici, ici et ), se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours.

Le « prisme du genre », qui constitue l’angle d’attaque de ce projet, se conçoit dans une optique large : il concerne les questionnements sur la place réservée aux femmes, sur les rapports femmes-hommes, sur les catégorisations et hiérarchisations symboliques entre féminin et masculin ainsi que sur les réflexions concernant le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires. Ce prisme comprend en outre l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

La période étudiée s’étend de 1945 à nos jours, afin d’appliquer les analyses déjà menées sur les avant-gardes dites historiques (1ère moitié du XXe siècle) à la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, peu étudiée – alors même que les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague féministe », puis par la troisième, et même tout récemment par la quatrième, ont indéniablement prédisposé les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein.

Continuer la lecture de « [Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023 »

Sophie Taeuber-Arp parle de l’Aubette (Strasbourg, 16 septembre 2023)

Lecture commentée de lettres de Sophie Taeuber-Arp

Les Journées européennes du patrimoine-matrimoine 2023 sont l’occasion de revenir sur l’histoire de l’Aubette et de mettre à l’honneur la contribution de Sophie Taeuber-Arp.

Depuis sa construction par Jacques-François Blondel entre 1765 et 1778, le bâtiment de l’Aubette est passé par bien des vicissitudes. En 1922, les frères Paul et André Horn, respectivement architecte et pharmacien, louent l’aile droite du bâtiment avec l’intention d’en faire un complexe de restauration et de loisirs. Amateurs et collectionneurs d’art moderne, ils rencontrent Jean Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp en mars 1926 et décident de leur confier la décoration de l’appartement privé d’André Horn et de l’hôtel Hannong, qu’ils avaient construit rue du 22-Novembre. Dans la foulée, ils leur proposent de s’attaquer à l’Aubette et d’en concevoir la décoration et l’aménagement intérieur. Devant l’ampleur de la tâche, le couple fait appel à leur ami Theo van Doesburg, pilier du groupe hollandais De Stijl. Ensemble, ils pensent l’Aubette comme une œuvre d’art totale où tout est intrinsèquement lié, les peintures murales, l’éclairage, l’ameublement, la vaisselle, la signalétique, etc. Ils se répartissent les espaces : Sophie Taeuber-Arp réalise l’Aubette-bar, le salon de thé-pâtisserie (dit aussi Five O’Clock Tea) au sous-sol, le foyer-bar au 1er étage ; Jean Arp, le caveau-dancing et le bar américain au sous-sol ; Theo van Doesburg, le café-brasserie et le café-restaurant au rez-de-chaussée, le ciné-dancing et la salle des fêtes au 1er étage. La salle de billard à l’entresol et l’escalier sont attribués tantôt au couple Arp, tantôt à l’un des deux.

En 1928, Theo van Doesburg consacre un numéro de la revue De Stijl à l’Aubette, publication qui a ainsi le mérite de constituer une source essentielle sur le chantier de l’Aubette, mais qui en oriente non moins durablement le récit. Or le rôle de Sophie Taeuber-Arp y est largement sous-estimé. Il y déclare notamment : « Comme nous étions des hommes de direction différente à collaborer ici, nous posâmes pour principe que chacun était libre de travailler d’après ses idées. » En cette journée du patrimoine-matrimoine, on peut se demander : « Où est la femme ? »

Grâce à la publication, en 2021, de très nombreuses lettres inédites de Sophie Taeuber-Arp, il est possible de revisiter l’histoire de la réalisation de l’Aubette et de nuancer les propos de Theo van Doesburg. Ces lettres permettent aussi de documenter les autres réalisations de Sophie Taeuber-Arp à Strasbourg (pour l’appartement d’André Horn, la maison du couple Heimendinger et l’hôtel Hannong) et apportent un éclairage sur l’atmosphère strasbourgeoise des années vingt.

Isabelle Ewig et Agathe Mareuge proposeront une lecture et un commentaire à deux voix d’extraits de correspondances de Sophie Taeuber-Arp avec sa sœur Erika Schlegel-Taeuber et avec Jean Hans Arp. Ces lettres ont été spécialement traduites pour l’occasion.

*Les lettres à Erika Schlegel-Taeuber sont conservées à la Zentralbibliothek de Zürich et les lettres de et à Arp, à la Fondation Arp à Clamart. Elles ont été publiées par Medea Hoch, Walburga Krupp et Sigrid Schade en trois volumes imposants et passionnants : Sophie Taeuber-Arp. Briefe 1905-1942, Wädenswil (CH), Nimbus. Kunst und Bücher AG, 2021.

Cette manifestation est une proposition de l’Association Jean Hans Arp en collaboration avec les Musées de la Ville de Strasbourg. Elle constitue le 2e volet de cette année dédiée à Sophie Taeuber-Arp.

[Projet Genre & avant-gardes] Conférence: Anne Isabelle François, Compliquer la “langue-maternelle”/ Die Muttersprache verwickeln: perspectives littéraires et genrées franco-allemandes (Université de Lorraine-Metz et en ligne, 25 mai 2023)

Conférence: Anne Isabelle François, Compliquer la “langue-maternelle”/ Die Muttersprache verwickeln: perspectives littéraires et genrées franco-allemandes (Université de Lorraine-Metz et en ligne, 25 mai 2023)

Affiche de la conférence d'Anne-Isabelle François (25 mai 2023)

Cette séance s’inscrit dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et les genres, organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3), par Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / REIGENN) et Elise Petit (Université Grenoble Alpes).

L’intervenante est Anne Isabelle Françoismaîtresse de conférences de littérature comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle et directrice adjointe du GIS Institut du Genre. Anne Isabelle François est spécialiste des domaines germanophone, francophone et anglophone des xxe et xxie siècles et poursuit ses recherches au sein du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (EA 172).

La séance aura lieu depuis l’Université de Lorraine, Salle Ferrari à Metz, où le public sera accueilli. Elle sera modérée par Cécile Chamayou-Kuhn.

ATTENTION: L’inscription est obligatoire pour celles et ceux qui souhaitent assister à la séance à distance: https://u2l.fr/avant-gardes

Continuer la lecture de « [Projet Genre & avant-gardes] Conférence: Anne Isabelle François, Compliquer la “langue-maternelle”/ Die Muttersprache verwickeln: perspectives littéraires et genrées franco-allemandes (Université de Lorraine-Metz et en ligne, 25 mai 2023) »

[Séminaire Archives manquantes #2] Christa Baumberger: Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball (INHA & Zoom, 17 mars)

Images des archives Hennings Hugo Ball

Pour sa deuxième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Christa Baumberger (Galerie Litar, Zurich): « Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball » La séance sera animée par Agathe Mareuge (Centre André Chastel / REIGENN & Philomel).

Le séminaire s’inscrit également dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et le genre organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3), par Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / REIGENN) et Elise Petit (Université Grenoble Alpes).

Le compte rendu de la séance est à lire ici.

Affiche séance 2 du séminaire Archives manquantes

Quand? 17 mars 2023, 14h-16h30

Où? Galerie Colbert (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Ingres (2e étage)

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à l’INHA, cependant vous pouvez aussi vous connecter par zoom: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/84533401158 (ID de réunion : 845 3340 1158).

Résumé

Les archives sont fondamentales pour la mémoire culturelle; et pourtant, elles renvoient toujours à une “politique de l’archive”: que collectionne-t-on, qui est oublié? Comment les archives marquent-elles le canon culturel et littéraire? Et dans quelle mesure la dimension genrée joue-t-elle un rôle lorsque des œuvres et des collections sont rendues publiques au moyen d’éditions ou d’expositions?

Le fonds double consacré à Emmy Hennings et à Hugo Ball aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse constitue un cas emblématique. Hennings et Ball figurèrent tous deux parmi les fondateurs du mouvement Dada à Zurich, mais à la différence de Ball, Hennings fut rapidement – et rigoureusement – oubliée. Le centenaire de Dada en 2016 fut l’occasion de la sortir de cet oubli, grâce à une édition de ses œuvres, une exposition et la parution d’un volume de textes et d’images/très richement illustré intitulé Emmy Hennings Dada.

Continuer la lecture de « [Séminaire Archives manquantes #2] Christa Baumberger: Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball (INHA & Zoom, 17 mars) »

[Projet Genre & avant-gardes] Conférence: Anne Tomiche, “Avant-garde, genre et manifestes” (Aix Marseille Université, 9 février 2023)

Conférence: Anne Tomiche, “Avant-garde, genre et manifestes” (Aix Marseille Université, 9 février 2023).

Cette séance s’inscrit dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et le genre, organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3), par Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / REIGENN) et Elise Petit (Université Grenoble Alpes).

Anne Tomiche, directrice, avec Frédéric Regard, du réseau interdisciplinaire d’études sur le genre Philomel – Initiative Genre de Sorbonne Université, prononcera une conférence sur “Avant-garde, genre et manifestes”.

La séance aura lieu à Aix-en-Provence (campus Robert Schuman) et sera modérée par Susanne Böhmisch (AMU, organisatrice des Jeudis du genre) et Agathe Mareuge.

[Projet Genre & avant-gardes] Appel à communications: “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone depuis 1945” (31/03/2023)

Colloque international organisé par Susanne Böhmisch (Aix-Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / CNRS), Élise Petit (Université Grenoble Alpes)

Université Jean Moulin Lyon 3, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours :  sociabilités, esthétiques, mémoires

En se fondant sur les acquis de la recherche consacrée aux avant-gardes dites « historiques » au prisme du genre[1], notre colloque se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques de 1945 jusqu’à nos jours. Dans ce contexte, « prisme du genre » désigne aussi bien les questionnements sur la place réservée aux femmes, les rapports femmes-hommes, la catégorisation et hiérarchisation symbolique entre féminin et masculin que les réflexions sur le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires ou encore l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

Tous les champs disciplinaires sont invités à participer : musicologie (musiques savantes et populaires), histoire de l’art, histoire littéraire, esthétique, arts plastiques, architecture, arts visuels (photographie, vidéo, cinéma), arts du spectacle (théâtre, danse, performance, cirque), littérature, etc.

Le choix de cette périodisation trouve son origine dans un double postulat. D’une part, les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague du féminisme[2] » à l’Ouest à partir des années 1960 semblent plus que jamais prédisposer les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein. D’autre part, si à l’Est avant-gardes et art expérimental étaient de facto proscrits par le réalisme socialiste, l’égalité formelle garantie par la loi avait, elle, été accompagnée d’avancées sociales réelles dès les années 1950. Cette configuration singulière pouvait, elle aussi, présider au renouvellement des rapports de genre au sein des avant-gardes émergeant dans les années 1970 et 1980[3]

On connaît par ailleurs la thèse selon laquelle la perpétuation de schémas patriarcaux dominants au sein des avant-gardes historiques a mené à une expérience de « marge dans la marge » pour les femmes artistes, du point de vue des modes de fonctionnement, de l’affirmation de leur identité genrée, puis lors du travail de commentaire et d’historicisation de ces mouvements. Nous aimerions examiner cette thèse en la reproblématisant pour la période postérieure à 1945, et en menant nos réflexions jusqu’à l’époque contemporaine. Les expériences des femmes dans les milieux avant-gardistes post-1945 et, plus généralement, les rapports de genre en leur sein correspondent-ils à ce schéma de double marginalisation ? Ces phénomènes touchent-ils d’autres identités genrées (artistes homosexuel.le.s, queer) ? Comment se manifestent-ils ? Les paramètres de “race” et de classe les accroissent-ils ? Quand marginalisation et invisibilisation interviennent-elles : du vivant des artistes ou plutôt par la suite ? 

On ne saurait pour autant réduire leur statut à celui de subalternes et/ou d’exclu.e.s. Quelles sont alors les stratégies mises en place pour y faire échec et le dépasser ? Quelles sont les pratiques de “démarginalisation” à l’œuvre et comment affectent-elles tant le champ dominant que le champ avant-gardiste lui-même ? Assiste-t-on à une variation originale de l’aporie de l’avant-garde, mouvement « mort-né »[4], portant en lui sa propre destruction ? Avec quels résultats singuliers sur le plan des modes de fonctionnement, des esthétiques élaborées, mais aussi des filiations revendiquées et du rapport à la postérité ? Sur le plan discursif, y a-t-il une manière genrée de se construire et de se définir du côté des artistes ? Du côté de la réception, comment les discours genrés sur les pratiques artistiques des avant-gardes ont-ils évolué au gré des contextes ? Faut-il nécessairement se revendiquer d’une “avant-garde”, qui plus est féministe ou explicitement “genrée”, pour être considéré.e comme en relevant ? 

Continuer la lecture de « [Projet Genre & avant-gardes] Appel à communications: “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone depuis 1945” (31/03/2023) »

Publication: Agathe Mareuge, Sandro Zanetti (dir.), Le Retour de DADA (2022)

Agathe Mareuge, Sandro Zanetti (dir.), The Return of DADA / Die Wiederkehr von DADA / Le Retour de DADA, Dijon, Les presses du réel, 2022.

DADA existe depuis plus de 100 ans. Quelle est sa postérité? Comment penser l’héritage, la réinvention, le retour de DADA? Les quatre volumes de ce coffret apportent des réponses à ces questions afin de comprendre comment DADA s’est inscrit dans notre histoire culturelle. Vol. 1: Filiations DADA Vol. 2: Expositions DADA Vol. 3: Traces DADA Vol. 4: Historiographies DADA

DADA existiert seit über hundert Jahren. Doch was heisst es, auf DADA zurückzukommen? Wie lebt DADA fort? Wie kehrt DADA wieder? Die vier Bände in dieser Box geben Antworten auf diese Fragen und zeigen auf, wie DADA sich in unsere Kulturgeschichte eingeschrieben hat. Band 1: DADA-Filiationen Band 2: DADA-Ausstellungen Band 3: DADA-Spuren Band 4: DADA-Historiografien

DADA has existed for over 100 years. But what does it mean to come back to DADA? How does DADA live on? How does DADA return? The four volumes in this collection offer answers to these questions and explore how DADA has written itself into our cultural history. Vol. 1: DADA Filiations Vol. 2: DADA Exhibitions Vol. 3: DADA Traces Vol. 4: DADA Historiographies

Lien vers le site de l’éditeur (présentation, sommaire et extraits)

Cet ouvrage collectif trilingue (français, anglais, allemand) est publié à la suite du colloque international éponyme organisé au Cabaret Voltaire en 2016 à l’occasion du centenaire de Dada, et augmenté d’autres contributions, documents, interviews ainsi que d’une sélection de dessins issus du graphic recording produit pendant le colloque.

Continuer la lecture de « Publication: Agathe Mareuge, Sandro Zanetti (dir.), Le Retour de DADA (2022) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search