Projets en cours

Projet Archives manquantes (porteur·ses: Jean-François Laplénie, Agathe Mareuge, Bénédicte Terrisse)

En histoire culturelle, et notamment en histoire des arts et de la littérature, le début du XXIe siècle a vu un regain d’intérêt pour une recherche appuyée sur des archives : fonds personnels d’artistes, bibliothèques d’écrivain.e.s, archives des maisons d’édition et des institutions de mise en valeur des œuvres, ce mouvement ouvre largement le spectre des archives potentiellement utilisables, en écho à une diversification des pratiques d’archivage. Ce phénomène d’expansion et de multiplication, voire de prolifération, non seulement des archives elles-mêmes, mais aussi de leur exposition, ainsi que de leur valeur sur le marché, a pour pendant ce que l’on nomme souvent désormais un « archival turn », largement fondé sur une « pulsion d’archive » (Hal Foster) : le goût pour le document et l’intégration d’archives matérielles à l’œuvre artistique ou littéraire. Les archives ne sont ainsi plus seulement des sources, mais deviennent sujets à part entière.Toutefois, ce tournant archivistique et cette vénération emphatique de l’archive tendent parfois à ignorer ou occulter la manière dont les archives sont fabriquées. Pourtant, ni les fonds en eux-mêmes, ni le processus d’archivage, ni même les procédures de conservation ou de description de ces fonds ne sont neutres : ils représentent un lieu d’autorité et de pouvoir dans la constitution du savoir et l’écriture de l’histoire littéraire, artistique et culturelle, tant il est vrai qu’ils impliquent un choix, une sélection – et par là même, une (des) exclusion(s). Ces pratiques obéissent, au moins implicitement, à des logiques de canonisation, qui intègrent ou, au contraire, laissent de côté des pans entiers de la production littéraire et artistiques d’une l’époque. Les archives du « contemporain », ou des époques récentes, n’échappent pas à ce phénomène.

Le présent séminaire, conçu comme le point de départ d’un projet pluriannuel et porté par Sorbonne Université (REIGENN) et Nantes Université (CRINI), se propose d’interroger la question de ces archives absentes, délaissées, cachées ou invisibles et de questionner l’archive comme institution afin de mettre au jour les mécanismes et stratégies qui sous-tendent sa « fabrique ». Les questions suivantes pourront être abordées: Quels fonds d’archives ? Sous quel statut juridique ? Quelle est la volonté (scientifique, politique) qui a présidé à leur constitution ? Quelles sont les pratiques de recueil, de conservation, d’exploitation et de mise en valeur qui en découlent ?

Projet “Canon Factory” (CanFac): “Questionner, déconstruire, reconstruire le canon” (porteur·ses: Kim Andringa, Guillaume Fourcade)

Le projet “Canon Factory” a pour ambition de cerner ce qui, dans la littérature contemporaine de langue anglaise, allemande, néerlandophone et issue de l’espace scandinave, vient à intégrer le cercle des productions connues, reconnues, prescrites, catapultées au cœur de l’actualité éditoriale et de ses manifestations médiatiques, voire couronnées par des prix : le canon. Selon quelles modalités et selon quels processus des œuvres a priori confinées aux marges de la littérature (spokenwordslam, performances théâtrales produits par des immigrants, des membres de la communauté LGBTQI+, des textes postcoloniaux, romans graphiques…) et défiant les catégories communément admises du “littéraire”, voire défiant  l’activité même de lecture, finissent-elles par rejoindre la littérature officielle et promue, voire la culture noble ? Comment ces textes ou performances questionnent-ils le canon, comment le modifient-ils, comment et dans quelle mesure en altèrent-ils le périmètre, voire le sapent-ils de l’intérieur ? Comment et pourquoi, aussi,  celles et ceux qui sont à l’œuvre derrière ces productions, acceptent-elles / ils de quitter leur statut périphérique et selon quelles stratégies, à rebours, résistent-elles / ils à la canonisation de leurs œuvres ? 

Dans une perspective transnationale et comparatiste, l’anatomie de la “fabrique du canon” cherchera à mettre en évidence les points de convergence mais aussi les écarts dans les aires anglophone, germanophone, néerlandophone et scandinave. Sans exclure tout éclairage théorique qui paraîtra utile, le projet instaurera un dialogue entre lectures précises des textes / analyses des performances orales et les  théories de la performance, de la littérature postcoloniale, de la pratique décoloniale, du genre, ainsi que la sociologie et la politique éditoriale. 

Les contributions à la réflexion prendront la forme de quatre journées d’études en 2023-2024, trois en 2024-2025 et d’un colloque international de deux jours en 2025. 

Projet Vice & Vertu (V&V) (porteur·ses: Frédérique Harry)

“Vice et Vertu” est un projet de recherches franco-nordique pluriannuel (2023-2030) porté par les universités d’Oslo, de la Sorbonne, de Caen, de Turku et d’Umeå. Il a pour objectif d’interroger et d’explorer sur le long terme les notions de vice et de vertu dans l’espace nordique en procédant à une analyse par thème (“boire”, “sexes et sexualités”, “l’argent”, etc.), chacun faisant l’objet d’un traitement particulier pendant une période déterminée. Le premier volet s’ouvrira avec le thème “Boire”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search