[Séminaire Archives manquantes – Saison 2 #4] Nicole Haitzinger: “Le registre de l’”exotique” dans les archives de danse de la modernité en France et dans l’espace germanophone. À propos de la pertinence d’une mise en perspective décoloniale.” (Maison de la Recherche & zoom, 14 juin 2024)

Bandeau séance 4 saison 2

Pour la quatrième et dernière séance de sa deuxième saison, le séminaire “Archives manquantes” accueillera Nicole Haitzinger, professeure en arts du spectacle (szenische Künste) à Paris Lodron Universität Salzburg (PLUS), pour une intervention intitulée: “Le registre de l’”exotique” dans les archives de danse de la modernité en France et dans l’espace germanophone. À propos de la pertinence d’une mise en perspective décoloniale.”

Salle d'exposition consacrée à la danse
Archivraum Tänze anderswo. Ausstellungsansicht Kunst-Musik-Tanz. Staging the Derra de Moroda Archives. Museum der Moderne Salzburg, Salzburg 2016

La séance sera animée par Katharina Jobst (doctorante, Sorbonne Université, U.R. REIGENN).

Quand? vendredi 14 juin 2024, 14h-16h30

Où? Maison de la recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente, 75006 Paris), salle S001. Entrée libre.

Le séminaire a lieu en hybride. Nous serons heureux.ses de votre présence à la Maison de la recherche (entrée libre!), cependant vous pourrez aussi vous connecter par Zoom. Lien: https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/83124156608

Résumé

Dans cette séance conçue comme un dialogue, nous nous intéresserons à la période de création des archives de la danse à l’époque moderne: configuration paradoxale si l’on considère qu’à cette époque, on attribuait à la danse la plus grande fugacité.

Fiche d'un fichier d'archives, manuscrite
Système de fichiers de Derra de Moroda

Le début du XXsiècle est marqué par le geste de collection d’artefacts liés à la danse en Europe et “ailleurs”; mais quand, où, par qui, et pourquoi des archives de la danse sont-elles créées en Europe centrale et en France ? Quelles petites utopies (ou hétérotopies) y sont associées? Quelles correspondances entre les fondations d’archives et les ouvrages de référence de l’histoire de la danse peuvent être mises au jour lorsque l’on adopte une perspective décoloniale?

Notre dialogue se concentrera en particulier sur le registre de “l’exotique” dans les Archives de la Danse Derra de Moroda et les Archives Internationales de la Danse à Paris. L’accent sera mis sur les “pièces manquantes” dans l’historiographie et sur les interrogations méthodologiques que suscite le travail dans les archives. À cet égard, nous souhaitons discuter d’autres méthodes d’archivage qui existent ou qui pourraient exister, comme le “Reenactment”, les “Oral Histories” sous forme de performance, ainsi que le “hosting the re-appearance”?

Organisation: Jean-François Laplénie, Agathe Mareuge, Bénédicte Terrisse.

[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #6 (17 mai 2024)

Le séminaire V&V, organisé un vendredi par mois à la Bibliothèque Nordique (6 rue Valette, Paris, entrée libre) de 10h à 12h, accueillera le vendredi 17 mai 2024  Corinne François-Denève (Professeure en littératures comparées, UHA/ILLE) et Frédérique Harry (MCF en Études nordiques, SU/Reigenn). Cette séance sera la dernière de ce premier cycle.

« Open bar » ? réécritures genrées/alcoolisées du canon ? – Corinne François-Denève 

Cette communication se propose de traquer le vice, la vertu, et les boissons, dans les pièces du théâtre scandinave que nous avons eu l’occasion de traduire en français (Le Gant de Bjørnstjerne Bjørnson, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, L’Ensorcelée de Victoria Benedictsson et La Lioncelle de Frida Stéenhoff, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2022, Théâtre complet d’Anne Charlotte Leffler, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2016, Sauvé, d’Alfhild Agrell, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, 2016,  La Comédienne d’Anne Charlotte Leffler, suivi de La Juliette de Roméo de Victoria Benedictsson, L’avant-scène théâtre, numéro double 1382-1383, mai 2015).

Souvent présentées comme des répliques « féminines » ou « féministes » aux pièces des pairs masculins (en particulier Ibsen), les œuvres de Leffler, Benedictsson, Stéenhoff ou Agrell font-elles un usage différent des boissons qui, théâtre oblige, deviennent des accessoires, souvent propices à des jeux de scène (ébriété, nervosité) ? Sont-ce en ce sens des pièces plus « morales », relevant de la littérature d’indignation ? Si on voit passer dans une pièce de Leffler une référence explicite aux mouvement de tempérance (Le Moyen de faire le bien), force est de constater que les buveurs de café, de bière, ou d’alcools plus forts sont légion, et que leurs apparitions ne sont jamais le fruit du hasard.

Sauvé d’Alfhild Agrellen ce sens, souvent présenté comme une version alternative d’Une maison de poupée, place explicitement la pièce sous le signe du champagne mal digéré (scène du début) et de la cirrhose (la mystérieuse maladie de Milde, là où Rank, chez Ibsen, avait hérité des folies de son père, sans boire lui-même). Chez Ibsen, le bal, qu’on ne voit pas, laisse imaginer que Torvald a bu, ce qui exacerbe son désir pour Nora : chez Agrell, la chère est triste, et la boisson encore plus. On ira aussi voir du côté du « matrimoine » porté par un homme, Bjørnson. Dans notre édition, Le Gant est présenté dans ses deux versions, l’une jouée et presque non publiée, l’autre publiée et presque non jouée. De l’une à l’autre s’opèrent de subtils déplacements et changements de ton – et aussi une scène avec… du champagne, bu au petit matin, vers la scène finale – mais là encore, le boire est triste et tragique. De l’importance du (petit) canon pour « secouer » le canon ?  Telle est la piste que nous nous proposons d’explorer.

La tempérance : archéologie d’une vertu – Frédérique Harry

En prenant pour objet d’étude le royaume dano-norvégien, nous examinerons le rôle de la boisson (et de son rejet) à la période moderne. Revenant sur la législation de l’époque et sur le contexte économique, il s’agira d’analyser ce que la consommation d’alcool dit de l’organisation sociale (Hauge, 1996) – et plus particulièrement des relations de pouvoir entre villes et campagnes, entre noblesse, bourgeoisie et paysannerie, et entre partisans du mercantilisme et adeptes de la physiocratie. La boisson, qui révèle toute une organisation normative de l’excès et de la maîtrise, manifeste les rapports de force qui modèlent la société dano-norvégienne jusque dans les corps. 

Verre produit par l’atelier de Nøstetangen (Norvège, 1771).
Villas Vinter / Photo : Nasjonalmuseet

Mais quid de ceux qui refusent un gobelet ? S’ils sont rares, dans la Scandinavie moderne, à remettre en question les pratiques de consommation, l’idée fait toutefois son chemin à la fin du XVIIIe siècle, passant d’une question politique et centralisée (on régente la production et la consommation pour préserver l’économie et l’ordre public) à une revendication plus individuelle et “décentralisée” qui place la sobriété et l’abstinence sur la voie de l’émancipation personnelle – voire nationale, comme on l’observe en Norvège (Engelhardt, 2010). Ne pas boire est alors un geste bien plus subversif qu’il n’en a l’air, qui rompt avec les conventions, ébranle la doctrine luthérienne officielle (il n’y aurait en effet qu’un pas de la tempérance à la doctrine du salut par les œuvres) et oblige l’individu à s’extraire des pratiques sociales habituelles.

Il n’est pas anodin que les pratiques tempérantes novatrices de la fin du XVIIIe siècle, qui prennent la forme de “contrats” librement consentis entre individus ou membres d’une même paroisse (Try, 2020), se développent initialement dans les périphéries géographiques, notamment en Norvège. Ces territoires, éloignés des centres que sont Christiania et Copenhague, sont à bien des égards des lieux d’innovations associatives, religieuses et politiques qui confirment l’importance de ces périphéries dans le renouvellement des normes culturelles (Seland, 2020). 

Bienvenue / Velkommen !

Journée d’étude: “Mario Wirz, Ein Dichter in der Großstadt” (Literaturforum im Becht-Haus Berlin, 29 mai 2024)

À l’occasion de l’ouverture du fonds de l’écrivain Mario Wirz (1956-2013) aux archives de l’Akademie der Künste zu Berlin, Bernard Banoun et Jean-François Laplénie organisent la première journée d’étude consacrée à son œuvre: “Mario Wirz, Ein Dichter in der Großstadt

Coorganisée par l’U.R. REIGENN avec le soutien de Philomel/Initiative Genre, l’Akademie der Künste zu Berlin et la Mario-Wirz-Stiftung, la journée a lieu au Literaturforum im Brecht-Haus de Berlin le 29 mai 2024, de 9h30 à 16h, et sera suivie d’une visite et présentation du fonds Wirz aux archives de l’AdK.

Programme

09:30 – Begrüßung

10:00 – Jean-François Laplénie (Sorbonne Université, REIGENN/Philomel): Zur Lage der deutschsprachigen schwulen Literatur als »kleiner Literatur«: Mario Wirz’ Texte der 1990er Jahre.

10:45 – Rebecca Heinrich (Freiburg i.Br.): »Ich kämpfe bis zum letzten Atemzug.« Heroische Männlichkeiten in Mario Wirz‘ autobiografischen Aids-Erzählungen »Es ist spät, ich kann nicht atmen. Ein nächtlicher Bericht« (1992) und »Biographie eines lebendigen Tages« (1994).

11:30 – Bernard Banoun (Sorbonne Université, REIGENN/Philomel): Zu Mario Wirz’ früher Lyrik (1982–1985).

Mittagspause

14:15 – Alexander Graeff (Berlin): Gegen Uwemännernormen – Über die Aktualität von Mario Wirz’ Werk.

15:00 – Mátyás Dunajcsik (Berlin): Lass dich nicht erzählen – zwischen Klischees und Authentizität in queeren Biografien gestern und heute. Eine Begegnung mit dem »nächtlichen Bericht« von Mario Wirz.

Im Anschluss (Akademie der Künste, Literaturarchiv, Robert-Koch-Platz 10): Führung durch das Mario-Wirz-Archiv (AdK) mit Gabriele Radecke und Carsten Wurm.

→ la journée d’étude sur le site du Literaturforum im Brecht-Haus.

→ la soirée littéraire la veille (28 mai 2024, 20h) consacrée à Mario Wirz.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search