Parution: Le minimalisme nordique: architecture, arts, design et littérature (Revue Nordiques 44/2023)

Frédérique Harry, Aymeric Pantet et Harri Veivo (dir.): Le minimalisme nordique : architecture, arts, design et littérature. Numéro de la revue Nordiques 44 (2023).
DOI:10.4000/nordiques.7430

Existerait-il un minimalisme nordique ? Sobriété, silence, simplicité et lenteur sont autant de lieux communs qui définissent, souvent de façon réductrice, les arts nordiques.

Pour nourrir le débat et éviter l’écueil stéréotypant, ce numéro 44 de Nordiques propose une réflexion transdisciplinaire sur la notion de minimalisme et ses manifestations dans le Nord. Pour la première fois dans l’espace francophone, des contributions entre arts et histoire sont réunies pour explorer l’espace infini du minimalisme.

le numéro sur OpenEdition Journals.

[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #1 (24 novembre 2023, Bibliothèque nordique)

Programme de la séance du 24 novembre 2023


Teuvo Tulio, Laulu tulipunaisesta kukasta, 1938

Le séminaire Vice & Vertu est organisé un vendredi par mois à la Bibliothèque Nordique (6 rue Valette, Paris) de 10h à 12h.

La première séance aura lieu le 24 novembre 2023 avec :

Aymeric Pantet (Turku/ TIAS) : « Pas d’éthique dans la Baltique ! Le trafic d’alcool dans le cinéma nordique (1930-1950) »

Malin Isaksson (Umeå Universitet) : « Mat och dryck i Sápmi – teman i svensk samtidslitteratur »

Bienvenue og velkommen !

Dates des séances suivantes :

  • 26 janvier 2024
  • 23 février 2024
  • 14-15 mars 2024 (séminaire délocalisé à Oslo)
  • 26 avril 2024
  • 17 mai 2024

Contact & inscription : research.viceandvirtue@gmail.com

Le projet V&V est organisé par l’Université d’Oslo, l’Université d’Umeå, l’Université de Turku / TIAS, l’Université de Caen et Sorbonne Université.

Parution: Carry van Bruggen, “Les femmes dans l’espace littéraire moderne” (trad. Sandrine Maufroy)

Portrait Carry Van Bruggen

Carry van Bruggen: Les femmes dans l’espace littéraire moderne. Traduit du néerlandais, annoté, illustré et postfacé par Sandrine Maufroy. Paris: Éditions Rue d’Ulm (Collection « Versions françaises »), 2023 (parution le 6 octobre 2023).

Couverture de l'ouvrage de Carry van Bruggen: Les femmes dans l'espace littéraire moderne (2023)
Couverture de l’ouvrage de Carry van Bruggen: Les femmes dans l’espace littéraire moderne (2023)

Parus en feuilleton au cours de l’année 1916 sous le titre Littérature moderne, ces articles inédits en français analysent ce que les œuvres et la vie littéraires font comprendre de la place des femmes dans la société. Consacrés pour l’essentiel aux XVIIIe et XIXe siècles – Germaine de Staël et George Sand, Friedrich Schlegel et Heinrich Heine, Walter Scott, Shelley et Byron, Dickens et Thackeray, Charlotte Brontë… –, ils offrent un premier aperçu de la réflexion stimulante développée ensuite par l’écrivaine dans Prométhée, son grand essai sur l’histoire intellectuelle européenne et le développement de l’individualisme à l’époque moderne.

Continuer la lecture de « Parution: Carry van Bruggen, “Les femmes dans l’espace littéraire moderne” (trad. Sandrine Maufroy) »

[CR] Sibylle Goepper: “Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene?” (CR séminaire Archives manquantes #3, 12 mai 2023)

Séance #3 du séminaire « Archives manquantes? Archives et construction de l’histoire culturelle dans l’espace depuis 1945 » le 12 mai 2023.

Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

La troisième séance du séminaire des archives manquantes est présentée par Sibylle Goepper et porte sur le fond des archives Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin.

Avant de problématiser davantage la question du travail avec les archives, Sibylle Goepper présente le contexte de l’émergence des subcultures dans le quartier du Prenzlauer Berg à Berlin-Est durant les années 1980. La destitution de Wolf Biermann de sa nationalité en 1976 précipita l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes et d’intellectuels à qui l’on donna le nom de leur quartier de prédilection à Berlin-Est, le « Prenzlauer Berg ». Plusieurs photographies prises par Helga Paris montrent les appartements de Wilfriede Maaß / des époux Maaß ? qui recevaient à l’époque des peintres, sculpteurs, poètes, écrivains etc. du quartier berlinois. Ils développèrent leur art dans les marges de la société, en semi-clandestinité, ne publièrent pas leurs œuvres et n’exposèrent guère. Le Prenzlauer Berg était un quartier laissé à l’abandon, et l’accès libre aux cours intérieures des immeubles favorisait les rencontres entres artistes et écrivains dont témoignent encore quelques photographies aujourd’hui. La production de revues non officielles en dessous de cent exemplaires permettait d’échapper à la demande de licence/ d’autorisation de publication. Leurs travaux se définissent par un dialogue entre différentes disciplines/ différents arts et médias. Sibylle Goepper insiste particulièrement sur l’aspect matériel de ces objets parfois très fragiles et difficiles à conserver. Elle montre un certain nombre de travaux, dont les céramiques de Christiane Schlegel, le travail collaboratif des Künstlerbücher entre Ekkehard Maaß et sa femme Wielfriede Maaß, ou encore des photographies de la danseuse Fine Kwiatkowski. Les rencontres entre artistes se passaient dans des lieux en dehors de la société mainstream et à l’abri du régime. Leurs productions n’étaient pas explicitement politiques, mais inquiétèrent tout de même l’État. Au début, la frontière entre espace privé de création et l’espace public (et politique) fut maintenue. Cependant, en 1988/1989 eut lieu un défilé de mode dans une église qui marqua la sortie des cercles étroits des subcultures à travers l’investissement de l’espace public. L’étude de ces mouvements dont la pratique artistique se caractérise par l’éphémère présente certaines difficultés méthodologiques pour la recherche. Ceci s’applique à tous les arts vivants, mais dans le cadre des archives de la RDA d’autres problématiques s’ajoutent, notamment du fait de la tendance à ne pas immortaliser les œuvres et à en effacer toute trace pour des raisons de sécurité.

Continuer la lecture de « [CR] Sibylle Goepper: “Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene?” (CR séminaire Archives manquantes #3, 12 mai 2023) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search