[Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 : sociabilités, esthétiques, mémoires

12-14 octobre 2023, université Lyon 3 Jean Moulin

Ce colloque international pluridisciplinaire, qui constitue l’aboutissement d’un projet ayant déjà donné lieu à trois séminaires de recherche préparatoires (voir ici, ici et ), se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours.

Le « prisme du genre », qui constitue l’angle d’attaque de ce projet, se conçoit dans une optique large : il concerne les questionnements sur la place réservée aux femmes, sur les rapports femmes-hommes, sur les catégorisations et hiérarchisations symboliques entre féminin et masculin ainsi que sur les réflexions concernant le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires. Ce prisme comprend en outre l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

La période étudiée s’étend de 1945 à nos jours, afin d’appliquer les analyses déjà menées sur les avant-gardes dites historiques (1ère moitié du XXe siècle) à la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, peu étudiée – alors même que les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague féministe », puis par la troisième, et même tout récemment par la quatrième, ont indéniablement prédisposé les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein.

Continuer la lecture de « [Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023 »

Sophie Taeuber-Arp parle de l’Aubette (Strasbourg, 16 septembre 2023)

Lecture commentée de lettres de Sophie Taeuber-Arp

Les Journées européennes du patrimoine-matrimoine 2023 sont l’occasion de revenir sur l’histoire de l’Aubette et de mettre à l’honneur la contribution de Sophie Taeuber-Arp.

Depuis sa construction par Jacques-François Blondel entre 1765 et 1778, le bâtiment de l’Aubette est passé par bien des vicissitudes. En 1922, les frères Paul et André Horn, respectivement architecte et pharmacien, louent l’aile droite du bâtiment avec l’intention d’en faire un complexe de restauration et de loisirs. Amateurs et collectionneurs d’art moderne, ils rencontrent Jean Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp en mars 1926 et décident de leur confier la décoration de l’appartement privé d’André Horn et de l’hôtel Hannong, qu’ils avaient construit rue du 22-Novembre. Dans la foulée, ils leur proposent de s’attaquer à l’Aubette et d’en concevoir la décoration et l’aménagement intérieur. Devant l’ampleur de la tâche, le couple fait appel à leur ami Theo van Doesburg, pilier du groupe hollandais De Stijl. Ensemble, ils pensent l’Aubette comme une œuvre d’art totale où tout est intrinsèquement lié, les peintures murales, l’éclairage, l’ameublement, la vaisselle, la signalétique, etc. Ils se répartissent les espaces : Sophie Taeuber-Arp réalise l’Aubette-bar, le salon de thé-pâtisserie (dit aussi Five O’Clock Tea) au sous-sol, le foyer-bar au 1er étage ; Jean Arp, le caveau-dancing et le bar américain au sous-sol ; Theo van Doesburg, le café-brasserie et le café-restaurant au rez-de-chaussée, le ciné-dancing et la salle des fêtes au 1er étage. La salle de billard à l’entresol et l’escalier sont attribués tantôt au couple Arp, tantôt à l’un des deux.

En 1928, Theo van Doesburg consacre un numéro de la revue De Stijl à l’Aubette, publication qui a ainsi le mérite de constituer une source essentielle sur le chantier de l’Aubette, mais qui en oriente non moins durablement le récit. Or le rôle de Sophie Taeuber-Arp y est largement sous-estimé. Il y déclare notamment : « Comme nous étions des hommes de direction différente à collaborer ici, nous posâmes pour principe que chacun était libre de travailler d’après ses idées. » En cette journée du patrimoine-matrimoine, on peut se demander : « Où est la femme ? »

Grâce à la publication, en 2021, de très nombreuses lettres inédites de Sophie Taeuber-Arp, il est possible de revisiter l’histoire de la réalisation de l’Aubette et de nuancer les propos de Theo van Doesburg. Ces lettres permettent aussi de documenter les autres réalisations de Sophie Taeuber-Arp à Strasbourg (pour l’appartement d’André Horn, la maison du couple Heimendinger et l’hôtel Hannong) et apportent un éclairage sur l’atmosphère strasbourgeoise des années vingt.

Isabelle Ewig et Agathe Mareuge proposeront une lecture et un commentaire à deux voix d’extraits de correspondances de Sophie Taeuber-Arp avec sa sœur Erika Schlegel-Taeuber et avec Jean Hans Arp. Ces lettres ont été spécialement traduites pour l’occasion.

*Les lettres à Erika Schlegel-Taeuber sont conservées à la Zentralbibliothek de Zürich et les lettres de et à Arp, à la Fondation Arp à Clamart. Elles ont été publiées par Medea Hoch, Walburga Krupp et Sigrid Schade en trois volumes imposants et passionnants : Sophie Taeuber-Arp. Briefe 1905-1942, Wädenswil (CH), Nimbus. Kunst und Bücher AG, 2021.

Cette manifestation est une proposition de l’Association Jean Hans Arp en collaboration avec les Musées de la Ville de Strasbourg. Elle constitue le 2e volet de cette année dédiée à Sophie Taeuber-Arp.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search