[CR] Compte rendu du colloque “Habiter l’inhabitable” (Francfort/Main, 31 mars-1er avril 2023)

Bandeau habiter l'inhabitable

Colloque “Habiter l’inhabitable” à Francfort-sur-le-Main, les 31 mars et 1er avril 2023

Compte rendu rédigé par Louise Valentin et Jeanne Yapaudjian, doctorantes à Sorbonne Université

Tabelau Zénith de Laurence Simon, représentant une maison en cours de démolition
Laurence Simon: Zénith

Le colloque “Habiter l’inhabitable” a été organisé dans le cadre du laboratoire junior franco-allemand interdisciplinaire “Raconter l’habiter” créé en 2020 par les doctorantes et doctorants Peirou Chu (ENS de Lyon), Lea Herrmann (ENS Lyon), Haris Mrkaljevic (ENS Lyon), Melanie Schneider (Université Goethe de Francfort/Main) et Jeanne Yapaudjian (Sorbonne Université). Le colloque s’inscrit dans une série de manifestations organisées au sein de ce laboratoire: une première séance de définition de l’habiter à partir de différentes disciplines; une deuxième séance lors de laquelle le géographe Mathis Stock a exposé son concept de l’habiter en mouvement; un colloque intitulé “Faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne de la fin du XIXe siècle à nos jours” à l’ENS de Lyon et une discussion sur l’habitat communautaire en Allemagne lors de laquelle quatre urbanistes et architectes allemandes étaient invitées. C’est une nouvelle perspective sur l’habiter qu’il s’agissait d’aborder lors de ce colloque à Francfort, en réfléchissant à la façon dont il est possible d’habiter des lieux inhabitables. Ces deux journées ont eu pour objectif de définir “l’inhabitable”, notion contradictoire en ceci qu’elle désigne des lieux inhospitaliers, associés aux privations, à l’insalubrité, à la violence, des lieux que l’on peine à constituer en chez-soi, des lieux remplissant avant tout des critères de fonctionnalité, mais qui sont tout de même habités. Il s’agissait de définir les limites de l’habitable et de comprendre comment habiter, représenter et faire le récit de l’inhabitable. Le colloque a tenté de répondre à cette question à travers quatre grands axes.

Continuer la lecture de « [CR] Compte rendu du colloque “Habiter l’inhabitable” (Francfort/Main, 31 mars-1er avril 2023) »

[CR] Christa Baumberger: “Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball” (CR séminaire Archives manquantes #2, 17 mars 2023)

Séance #2 du séminaire « Archives manquantes? Archives et construction de l’histoire culturelle dans l’espace depuis 1945 » le 17 mars 2023.

Christa Baumberger (directrice de la Galerie Litar, Zurich et ancienne collaboratrice scientifique aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse, Berne): “Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball”

Lors de la deuxième séance du séminaire « Archives manquantes ? Les archives et la construction littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945 » modérée par Agathe Mareuge, Dr. Christa Baumberger (Galerie Litar, Zurich) était invitée et a présenté son travail réalisé aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse de Berne. Elle y a été longtemps responsable du fonds consacré à Emmy Hennings (1885-1948) et Hugo Ball (1886-1927), un couple d’artistes qui a participé à la fondation du mouvement Dada à Zurich. Si le nom d’Hugo Ball est resté dans les mémoires, au moins dans l’espace germanophone, celui de Emmy Hennings est tombé dans l’oubli, comme ceux de la plupart des autres femmes dans l’histoire du mouvement. Baumberger a tenté de réhabiliter et de rendre visible l’oeuvre de Hennings grâce à une mise en valeur des archives la concernant, exposée dans sa communication.

Tout d’abord, elle a présenté le fonds Hennings/Ball composé de 80 boîtes d’archives qui comprend non seulement un fonds double centré sur la vie et les œuvres de Hennings et Ball, mais aussi un fonds indépendant consacré à Hugo Ball (« Kryptonachlass », le fonds principal Hugo Ball étant conservé en Allemagne à Pirmasens, sa ville natale). Le fonds double, grâce à la notoriété de Ball, a aidé à faire redécouvrir Hennings. L’ensemble des documents a été numérisé pour le centenaire Dada en 2016 : une étape certes nécessaire mais qui enlève aux documents leur matérialité.

Ensuite, Baumberger est revenue sur l’édition d’ouvrages qu’elle a menée autour de l’œuvre de Hennings : l’édition de ses œuvres complètes aux éditions Wallstein (depuis 2015), mais surtout aussi celle d’un volume, Emmy Hennings Dada (Scheidegger & Spiess, 2015). Cet ouvrage associe des photographies de Hennings sur lesquelles on la voit sous différentes facettes (tantôt posant en danseuse, tantôt en actrice), avec des œuvres choisies, des lettres, des textes inédits, mais aussi avec le « Cahier rouge » reproduit en entier dans le volume –  un carnet confectionné par Hennings dans lequel elle collectionnait ses poèmes tapés à la machine à écrire, comprenant parfois même des fautes de frappe. Dans ce livre, Baumberger a essayé de rendre sensible la matérialité de ces diverses archives en variant les supports d’époque (photographies parfois déchirées, tapuscrit original…). Cet ouvrage vise à montrer la grande richesse de l’artiste.

Enfin, Baumberger a raconté son expérience en tant que co-commissaire de l’exposition « DADA original » à la Bibliothèque nationale suisse de Berne en 2016, une « Archivausstellung » typique qui était une célébration des archives, notamment du fonds Hennings/Ball : il s’agit d’un retour aux sources misant sur l’aura de l’original, qui se trouve en quelque sorte fétichisé, le but étant de « faire parler » les originaux.

Compte rendu rédigé par Jeanne Yapaudjian (doctorante en Études germaniques, REIGENN)

Séance du séminaire doctoral: Natalia Starowicz (REIGENN & Universität Wien), 11 mai 2023 (Goethe-Institut Paris)

Le 11 mai 2022 (16h30-18h) au Goethe-Institut (17, avenue d’Iéna, métro Iéna ou Boissière, salle de séminaire du 3e étage du bâtiment principal), le séminaire doctoral de l’U.R. REIGENN, organisé par Bernard Banoun, accueillera Natalia Starowicz, doctorante de l’U.R. REIGENN en cotutelle (Sorbonne Université / Universität Wien).

Portrait de Marta Karlweiss
Marta Karlweis (1889-1965)

Elle présentera ses recherches sous l’intitulé suivant: “Auf den Spuren von Marta Karlweis: Vom Archiv zur Biographie einer vergessenen Autorin“ (présentation en allemand).

La séance peut être également suivie sur zoom.

Marta Karlweis sur “Frauen in Bewegung 1848-1938” (Ariadne / Österreichische Nationalbibliothek)

Marta Karlweis sur le site du Literaturmuseum Altaussee

Verzeichnis einiger Verluste. Atelier de relecture d’une traduction en cours. Avec Lucie Lamy et Judith Schalansky (Nantes, 14 avril 2023)

2023 04 14 Bandeau SEMINAIRE_schalansky

Le 14 avril 2023, l’autrice allemande Judith Schalansky et la traductrice Lucie Lamy viennent à Nantes pour animer un atelier de traduction autour de l’ouvrage Verzeichnis einiger Verluste, publié en 2018 en Allemagne (An Inventory of Losses, paru en 2020 chez MacLehose Press), et qui va paraître à la rentrée 2023 en France, aux éditions Ypsilon.

Affiche de l’atelier “Verzeichnis einiger Verluste”

Cet atelier réunit des masterant.e.s et doctorant.e.s d’études germaniques de l’ENS Ulm, de Sorbonne Université et de Nantes Université qui forment une petite équipe de relectrices et relecteurs de la traduction. Ils auront ainsi l’occasion de discuter tout au long de la journée du 14 avril avec la traductrice française (Lucie Lamy) et l’autrice allemande et de travailler de manière collective sur un manuscrit en cours. En concertation avec la traductrice et l’autrice, les organisatrices de l’atelier ont attribué à chaque participant.e un chapitre et le dernier jet de la traduction française à étudier. Chacun.e présentera ses pistes de réflexions et échangera avec l’autrice et la traductrice sur le chapitre attribué. 

L’atelier s’inscrit dans le cycle de séminaires “Chercheurs traducteurs / Chercheuses traductrices” (dir. Karine Durin et Werner Wögerbauer) de l’UR CRINI.

Langues de travail: le français pour les conférences introductives, majoritairement l’allemand pour la partie atelier.

Organisation

Mandana Covindassamy (ENS – PSL, UMR Pays Germaniques)
Agathe Mareuge (Faculté des Lettres – Sorbonne Université, UR REIGENN / CNRS)
Bénédicte Terrisse (FLCE – Nantes Université, UR CRINI)

Contact:

benedicte.terrisse@univ-nantes.fr

Continuer la lecture de « Verzeichnis einiger Verluste. Atelier de relecture d’une traduction en cours. Avec Lucie Lamy et Judith Schalansky (Nantes, 14 avril 2023) »

[AaC/CfP] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde (Paris, 18-19 janvier 2024), délai: 30 avril 2023

Appel à communications: Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde. Colloque international. Organisation : Mandana Covindassamy (ENS-PSL), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / CNRS), Bénédicte Terrisse (Nantes Université). Paris, Maison de la Recherche – École Normale Supérieure, 18-19 janvier 2024.

À l’heure où la question du format[1] et de la matérialité du livre, où la « poétique du support » (Marie-Ève Thérenty) ont le vent en poupe et semblent rendre presque caduque l’étude d’une œuvre et de son auteur depuis l’intérieur des textes, il est une œuvre et une autrice qui nous y reconduisent – à partir de cette prémisse. Formée à l’histoire de l’art et au graphisme, Judith Schalansky (née en 1980 à Greifswald) crée des livres qui sont autant d’objets, une œuvre qui s’écrit et qui se lit à partir de l’histoire du livre et que Monika Schmitz-Emans classe parmi ce qu’elle appelle la « littérature du livre » (Buchliteratur)[2]. Ses ouvrages lui ont déjà valu de nombreux prix prestigieux en Allemagne comme à l’étranger, le dernier en date étant, tout récemment, le Wortmeldungen-Literaturpreis für kritische Kurztexte. Ce colloque, le premier consacré à l’œuvre de Judith Schalansky en France, explorera les différents enjeux de sa création à partir de l’objet livre[3]. Les enjeux relatifs à la matérialité du livre soulèvent en outre des questions spécifiques en termes de réception de l’œuvre, qui pourront également être envisagées lors du colloque.

En prenant appui sur une conception du livre comme réceptacle de savoir et emblème de la mémoire, les livres de Judith Schalansky renouvellent les questionnements qui traversent la littérature contemporaine de langue allemande : le rapport entre fiction et non fiction, la question de la mémoire, les relations entre texte et image, les liens entre littérature et science[4], les formes de l’éco-[5] et de la ‘zoopoétique’ (Anne Simon).

Ce primat accordé au livre réorganise l’histoire de la littérature allemande et mondiale : il y fait entrer de plain-pied ce qui en était exclu ou situé dans ses marges, des insulaires de la Renaissance au manuel d’écolier en passant par les écrits de scientifiques du XVIIe siècle découvreurs de licorne – ravivant ainsi la première acception du terme « littérature » au sens « de tout ce qui est écrit ». Schalansky semble renouer avec le projet littéraire d’explorer la nature en l’écrivant. Ce geste si typique de ce moment prémoderne de la littérature où science et littérature ne s’excluaient pas encore, si typique d’un Stifter, d’un Raabe, d’un Storm, ou d’un Novalis, s’avère plus actuel que jamais.

Alors que l’histoire de l’édition fait l’objet d’une attention accrue dans les travaux universitaires en littérature[6], les livres de Judith Schalansky, qui sont aussi ceux qu’elle édite au sein de deux collections, « Naturkunden » et « Wildes Wissen », aux éditions Matthes & Seitz, nous ramènent une nouvelle fois vers la question des conditions pragmatiques de l’écriture. Faut-il voir dans la collaboration avec Matthes & Seitz une forme actualisée, voire exacerbée, d’« auctorialité éditoriale »[7], selon le terme forgé par Tobias Amslinger ?

Le colloque aura lieu le jeudi 18 et le vendredi 19 janvier 2024 à Paris. Une publication des articles est prévue.

Nous vous convions à nous envoyer vos propositions en allemand ou en français (titre de travail, biobibliographie et résumé de 250-300 mots) autour de ces constellations schalanskiennes pour le 30 avril 2023 à :

  • mandana.covindassamy@ens.psl.eu
  • agathe.mareuge@sorbonne-universite.fr
  • benedicte.terrisse@univ-nantes.fr
Continuer la lecture de « [AaC/CfP] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde (Paris, 18-19 janvier 2024), délai: 30 avril 2023 »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search