Soutenance de thèse de Margot Damiens: Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815), Sorbonne, 12 novembre 2022

Le samedi 12 novembre 2022 à Paris (salles de Actes, Sorbonne), Margot Damiens soutiendra sa thèse de doctorat intitulée Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815).

Le jury sera composé de Mme Anne Lagny, Professeure à l’École Normale Supérieure de Lyon (rapporteuse), M. Gérard Laudin, Professeur émérite à Sorbonne Université (co-directeur de thèse), M. Thomas Mohnike, Professeur à l’Université de Strasbourg (rapporteur), M. Clemens Räthel, Professeur à l’Université de Greifswald (représentant M. Michael North, Professeur à l’Université de Greifswald, co-directeur de thèse), M. Joachim Schiedermair, Professeur à la Ludwig-Maximillians-Universtiät München, et M. Ralph Tuchtenhagen, Professeur à la Humboldt-Universität zu Berlin.

La soutenance aura lieu le 12 novembre 2022 à 14h en Salle des Actes à la Sorbonne (1, rue Victor Cousin – 75005 Paris). Afin de faciliter l’organisation de la soutenance, merci de bien vouloir signaler votre présence (en personne ou par visioconférence) par courriel d’ici la fin du mois d’octobre.

Continuer la lecture de « Soutenance de thèse de Margot Damiens: Les représentations de la Suède et du Danemark dans le Saint-Empire romain germanique au XVIIIe siècle (1721-1815), Sorbonne, 12 novembre 2022 »

[Projet Genre & avant-gardes] Appel à communications: “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone depuis 1945” (31/03/2023)

Colloque international organisé par Susanne Böhmisch (Aix-Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / CNRS), Élise Petit (Université Grenoble Alpes)

Université Jean Moulin Lyon 3, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours :  sociabilités, esthétiques, mémoires

En se fondant sur les acquis de la recherche consacrée aux avant-gardes dites « historiques » au prisme du genre[1], notre colloque se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques de 1945 jusqu’à nos jours. Dans ce contexte, « prisme du genre » désigne aussi bien les questionnements sur la place réservée aux femmes, les rapports femmes-hommes, la catégorisation et hiérarchisation symbolique entre féminin et masculin que les réflexions sur le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires ou encore l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

Tous les champs disciplinaires sont invités à participer : musicologie (musiques savantes et populaires), histoire de l’art, histoire littéraire, esthétique, arts plastiques, architecture, arts visuels (photographie, vidéo, cinéma), arts du spectacle (théâtre, danse, performance, cirque), littérature, etc.

Le choix de cette périodisation trouve son origine dans un double postulat. D’une part, les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague du féminisme[2] » à l’Ouest à partir des années 1960 semblent plus que jamais prédisposer les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein. D’autre part, si à l’Est avant-gardes et art expérimental étaient de facto proscrits par le réalisme socialiste, l’égalité formelle garantie par la loi avait, elle, été accompagnée d’avancées sociales réelles dès les années 1950. Cette configuration singulière pouvait, elle aussi, présider au renouvellement des rapports de genre au sein des avant-gardes émergeant dans les années 1970 et 1980[3]

On connaît par ailleurs la thèse selon laquelle la perpétuation de schémas patriarcaux dominants au sein des avant-gardes historiques a mené à une expérience de « marge dans la marge » pour les femmes artistes, du point de vue des modes de fonctionnement, de l’affirmation de leur identité genrée, puis lors du travail de commentaire et d’historicisation de ces mouvements. Nous aimerions examiner cette thèse en la reproblématisant pour la période postérieure à 1945, et en menant nos réflexions jusqu’à l’époque contemporaine. Les expériences des femmes dans les milieux avant-gardistes post-1945 et, plus généralement, les rapports de genre en leur sein correspondent-ils à ce schéma de double marginalisation ? Ces phénomènes touchent-ils d’autres identités genrées (artistes homosexuel.le.s, queer) ? Comment se manifestent-ils ? Les paramètres de “race” et de classe les accroissent-ils ? Quand marginalisation et invisibilisation interviennent-elles : du vivant des artistes ou plutôt par la suite ? 

On ne saurait pour autant réduire leur statut à celui de subalternes et/ou d’exclu.e.s. Quelles sont alors les stratégies mises en place pour y faire échec et le dépasser ? Quelles sont les pratiques de “démarginalisation” à l’œuvre et comment affectent-elles tant le champ dominant que le champ avant-gardiste lui-même ? Assiste-t-on à une variation originale de l’aporie de l’avant-garde, mouvement « mort-né »[4], portant en lui sa propre destruction ? Avec quels résultats singuliers sur le plan des modes de fonctionnement, des esthétiques élaborées, mais aussi des filiations revendiquées et du rapport à la postérité ? Sur le plan discursif, y a-t-il une manière genrée de se construire et de se définir du côté des artistes ? Du côté de la réception, comment les discours genrés sur les pratiques artistiques des avant-gardes ont-ils évolué au gré des contextes ? Faut-il nécessairement se revendiquer d’une “avant-garde”, qui plus est féministe ou explicitement “genrée”, pour être considéré.e comme en relevant ? 

Continuer la lecture de « [Projet Genre & avant-gardes] Appel à communications: “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone depuis 1945” (31/03/2023) »

Publication: Dossier “Christoph Martin Wieland et le roman Die Abentheuer des Don Sylvio von Rosalva” (Études germaniques 77/2022, n°2 [30)

Image de couverture dossier Wieland Etudes germaniques

Christoph Martin Wieland et le roman Die Abentheuer des Don Sylvio von Rosalva. Dossier coordonné par Tristan Coignard (U.R. Plurielles, CIRAMEC, Université Bordeaux Montaigne / IUF) et Sylvie Le Moël (REIGENN). Études germaniques 77 (2022), n°2 [306]).

Pages de couverture dossier Wieland Etudes germaniques
Page de couverture du dossier Wieland

Au sein de l’œuvre de Wieland, le roman Die Abentheuer des Don Sylvio von Rosalva occupe une place à part. 2022 marque le 250e anniversaire de l’arrivée de Christoph Martin Wieland à Weimar, où la duchesse de Saxe-Weimar-Eisenach lui confia l’éducation de ses deux enfants, Charles-Auguste et Constantin. Or le roman parut en 1764, à un moment où Wieland en était encore à un stade de son œuvre littéraire où il s’efforçait de s’approprier le genre romanesque en empruntant à différentes traditions européennes, depuis le conte de fée jusqu’au roman anglais en passant par les œuvres picaresques. On peut ainsi considérer que cette œuvre est un champ d’expérimentation, le point de départ d’une facette essentielle de la production littéraire de Wieland qui mobilisera des sous-genres aussi variés que le roman d’apprentissage ou encore le roman philosophique, politique et anthropologique.

Les études rassemblées dans ce dossier proposent des analyses qui peuvent fournir aux lecteurs contemporains déconcertés des clés pour mieux comprendre la démarche de Wieland et les spécificités de ce roman en particulier. Il s’agit d’examiner les enjeux génériques, mais aussi culturels, esthétiques et philosophiques relatifs à Don Sylvio. De ce point de vue, il paraît particulièrement judicieux de s’intéresser aux interférences entre le contexte des territoires de langue allemande et celui d’autres traditions intellectuelles et littéraires, en particulier en France, en Grande-Bretagne et en Espagne. Le roman est en effet un exemple très représentatif de la manière dont la circulation des idées et des textes peut façonner une production littéraire au XVIIIe siècle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search