Publication: Stephan Pabst, Sylvie Arlaud, Bernard Banoun und Bénédicte Terrisse (Hrsg.), Wolfgang Hilbig und die (ganze) Moderne

Stephan Pabst, Sylvie Arlaud, Bernard Banoun und Bénédicte Terrisse (Hrsg.), Wolfgang Hilbig und die (ganze) Moderne, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021
Broschur, 336 Seiten

Wolfgang Hilbig ist ein Autor der literarischen Moderne. Aber welcher? Literaturkritik und Literaturwissenschaft stellten ihn immer wieder in die Tradition der westlichen Moderne und leiteten seine Gedichte von Rimbaud und seine Prosa von Kafka her. Das trug ihm manchen Preis ein, aber auch manche Kritik, weil die Moderne in den 1980er und 90er Jahren längst unter Anachronismusverdacht stand. Zum Verständnis seiner Texte trug es ohnehin nur eingeschränkt bei. In dem Maße, in dem man sich nur unzureichend über die Einseitigkeit dieses Modernebegriffs im Klaren war, verstellte er einen Teil der Moderne, die für Hilbig nicht weniger prägend war. Zu ihr gehört Welimir Chlebnikow ebenso wie der russische Formalismus. Die Beiträge des Bandes versuchen, einen ost-west-transzendenten Modernebegriff wiederzugewinnen, und konfrontieren ihn mit Hilbigs Texten.

MIT BEITRÄGEN VON Stephan Pabst, Carsten Gansel, Wolfgang Emmerich, Wolfgang Engler, Michael Ostheimer, Marie-Luise Bott, Carola Hähnel-Mesnard, Françoise Lartillot, Michael Opitz, Joanna Jabłkowska und Stefan Matuschek.

Leseprobe

Zum Verlag

Publication: Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud und Stephan Pabst (Hg.), Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition

Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud und Stephan Pabst (Hg.), Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021
Broschur, 480 Seiten

Expeditionen in Wolfgang Hilbigs Lyrik bietet der vorliegende Band, der sowohl Bilanz, Experiment mit neuen kritischen Ansätzen und Anregung/Aufforderung zur weiteren Auseinandersetzung mit einem anspruchsvollen Werk und seiner abgründig faszinierenden Sprache sein möchte. Wolfgang Hilbig (1941–2007) wurde durch sein Prosawerk berühmt. Der Roman »Ich« (1993) dieses Dichters zwischen Ost und West ist eine der herausragenden literarischen Auseinandersetzungen mit dem deutsch-deutschen Literaturstreit kurz nach dem Mauerfall. In der Lyrik liegt jedoch der Kern seines Werkes. Der Band ist die erste Publikation, die ausschließlich der Lyrik Hilbigs gewidmet ist.
Die Texte des Bandes, die auf ein deutsch-französisches Forschungsprogramm über Wolfgang Hilbig / Ost-West-Moderne zurück gehen, enthalten sowohl einen Überblick über Hilbigs lyrisches Schaffen als auch Einzeluntersuchungen: Hilbig und die deutsche Romantik, Hilbig in der Moderne (Bezüge zu Rimbaud, Baudelaire, Hofmannsthal …), Hilbig und Leitfiguren der Lyrik des 20. Jahrhunderts (Celan, Huchel, Pound, H. Müller und V. Braun) und nicht zuletzt drei Untersuchungen zu Hilbigs Langgedicht »prosa meiner heimatstraße«. Der Band bietet außerdem erstmals eine Bibliografie zu Hilbigs Lyrik, die auch die zu Lebzeiten verfassten, aber in keiner der Sammlungen veröffentlichten Gedichte einbezieht.

MIT BEITRÄGEN VON Anne Lemonnier-Lemieux, Marie-Luise Bott, Sylvie Arlaud, Florence Baillet, Bénédicte Terrisse, Werner Wögerbauer, Maryse Jacob, Hiroshi Yamamoto, Françoise Lartillot, Stephan Pabst, Heribert Tommek, Nadia Lapchine, Michael Opitz, Bernard Banoun und Sibylle Goepper.

Leseprobe

Zum Verlag

Colloque international Thomas Brasch (Paris, 20-22 octobre 2022)

Bandeau Thomas Brasch

„woanders – aber wo nur, wo, wo“. Colloque international Thomas Brasch. À la croisée des arts, entre l’Est et l’Ouest, organisé par Florence Baillet (Université Sorbonne Nouvelle) et Bernard Banoun (Sorbonne Université). Paris (Institut Goethe, Maison Heinrich Heine et Maison de la recherche de la Sorbonne Nouvelle, 20, 21 et 22 octobre 2022).

→ le colloque sur le site de l’Université Sorbonne Nouvelle / CEREG.

Présentation
Portrait de Thomas Brasch en 1976
, photo de Roger Melis
Thomas Brasch, 1976 © Roger Melis Nachlass

Vingt ans après sa disparition, Thomas Brasch (1945-2001) est un artiste dont le travail n’a toujours pas été abordé dans toute son ampleur et sa diversité. Poète, dramaturge, scénariste, cinéaste, traducteur, il a sans doute été en partie occulté, tant en Allemagne qu’en France, par la célébrité de Heiner Müller, mais c’est peut-être aussi – en plus de sa biographie de transfuge de RDA vers la RFA en 1977 après l’affaire Biermann – le caractère inclassable de son œuvre entremêlant obstinément l’intime, le social et le politique, ainsi que l’inachèvement de projets comme Mädchenmörder Brunke qui expliquent cette relative méconnaissance; l’histoire éditoriale révèle aussi de frappants décalages et retards.

Affiche colloque Thomas Brasch 20-22 octobre 2022
Affiche colloque Thomas Brasch 20-22 octobre 2022

Ce colloque poursuit deux objectifs : il vise à aborder le plus grand nombre d’aspects possibles des activités de Brasch ; il entend le faire connaître du public français (y compris grâce à la publication qui suivra).

L’œuvre poétique, dont une grande partie n’a été éditée qu’en 2015 dans « Die nennen das Schrei », l’œuvre dramatique (la partie la plus connue de son œuvre), l’œuvre narrative avec – après Vor den Vätern sterben die Söhne – le monumental Mädchenmörder Brunke, l’œuvre cinématographique et les scénarios non réalisés, l’activité de traducteur – tous ces pans de son travail seront abordés en incluant une perspective transmédiale et transnationale qui permettra de dépasser les contextes de production et de réception allemands (à l’Est, à l’Ouest et dans l’Allemagne unifiée) et prendra en compte notamment le rapport d’une part aux avant-gardes soviétiques, d’autre part aux États-Unis, et les questions de traduction.

Un regard sera porté en particulier sur les archives : quels inédits ? Quels premiers textes ? À quoi ressemblait la bibliothèque de Brasch ?

Organisation et partenariats

Ce colloque international est organisé par Florence Baillet, Professeure en littérature et théâtre germanophones à l’Université Sorbonne Nouvelle, et Bernard Banoun, Professeur de littérature allemande à Sorbonne Université.

Il aura lieu en partenariat avec la Maison Heinrich Heine, l’Institut Goethe et le DAAD, avec la participation des chercheurs Carola Hähnel-Mesnard (Lille), Martina Hanf (Berlin), Anne Lemonnier-Lemieux (Lyon), Hannah Markus (Berlin), Kristin Schulz (Berlin), Marielle Silhouette (Paris), Matthias Steinle (Paris), Bénédicte Terrisse (Nantes), Insa Wilke (Berlin).

Il sera accompagné de projections de films de/ sur Thomas Brasch et d’une table ronde au cours desquelles interviendront Christoph Rüter (réalisateur), Michel Bataillon (dramaturge, traducteur), Marion Brasch (écrivain), Jürgen Kuttner (metteur en scène) et Ruth Orthmann (metteure en scène, traductrice).

[AAC/CfP] Habiter l’inhabitable (15 octobre 2022)

Gravure de Piranèse, tirée des « Prisons imaginaires », intitulée « La tour ronde »

Colloque junior franco-allemand : “Habiter l’inhabitable”, les 31 mars et 1er avril 2023, à l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main

Gravure de Piranèse, tirée des « Prisons imaginaires », intitulée « La tour ronde »
Piranèse: Prisons imaginaires, 3: La tour ronde

Dans les dernières pages d’Espèces d’espaces (1974), Georges Perec décrit “l’inhabitable” entre autres comme : “l’hostile, le gris, l’anonyme, le laid, les couloirs du métro, les bains-douches, les hangars, les parkings, les centres de tri, les guichets, les chambres d’hôtel”. Sous la forme d’une liste implacable, Perec dresse un inventaire de lieux marqués par l’activité humaine, qui sont autant de lieux parfois synonymes de routine, tantôt agaçants, tantôt révoltants.

Dans le cadre de notre laboratoire junior “Raconter l’habiter/Wohnen erzählen” (HaWo), nous avons organisé plusieurs manifestations autour de la notion de “l’habiter”. En novembre 2021, Mathis Stock présentait une conférence sur une approche critique de cette notion, en nous apportant son expertise de géographe. En avril 2022, nous organisions un colloque intitulé “Faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne de la fin du XIXe siècle à nos jours”. Lors de ce colloque, nous avons nourri une réflexion sur les crises de l’habitat dans une démarche interdisciplinaire, diachronique et franco-allemande, avec pour objectif de  penser les réponses à ces crises.

Pour ce colloque prévu en avril 2023 à Francfort-sur-le-Main, nous voulons placer “l’inhabitable” depuis la fin du XIXe siècle en France et en Allemagne au cœur de notre réflexion. Une fois de plus, nous souhaitons encourager l’échange franco-allemand et interdisciplinaire.  Des contributions venant des études littéraires nous seraient fort utiles, tout comme des apports venant de l’histoire, de la sociologie, de la philosophie, de la géographie, ou encore de l’architecture et du cinéma. 

L’objectif de ce colloque sera de chercher à définir “l’inhabitable”, une notion contradictoire en ceci qu’elle  désigne des lieux inhospitaliers, associés aux privations, à l’insalubrité, à la violence, des lieux que l’on peine à constituer en “chez-soi”, des lieux remplissant avant tout des critères de fonctionnalité sans prendre en compte la chaleur du logis – Henri Lefebvre n’écrivait-il pas en 1968 dans Le droit à la ville que “le grand ensemble réalise le concept de l’habitat […] en excluant l’habiter”? –  mais qui sont tout de même “habités”. 

C’est en effet sur des lieux habités que nous souhaitons nous concentrer – et non sur des lieux inhabitables car invivables pour l’homme comme le pôle Nord – mais des lieux jugés, désignés comme inhabitables par différents acteurs, que ce soit les habitants eux-mêmes, les pouvoirs publics, les chercheurs, les médias, les groupes politiques. Le caractère d’inhabitabilité des lieux repose toujours sur un jugement ou une perception.

À partir de là, quelles sont les limites de « l’habitable » et comment habiter, représenter et faire le récit de “l’inhabitable” ? Au-delà de ces quelques pistes de compréhension, nous avons pensé à plusieurs catégories de lieux pouvant faire l’objet d’analyses détaillées, qui nous permettront de réaliser une cartographie des lieux habités “inhabitables” en France et en Allemagne.

Continuer la lecture de « [AAC/CfP] Habiter l’inhabitable (15 octobre 2022) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search