Publication: Dossier “La révolution au subjectif” (Revue d’Allemagne 54/2022, n°1)

Dossier thématique de la Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 54 (2022), n°1, p. 3-128: “La révolution au subjectif. Egodocuments, traces effacées et perspectives éclatées sur la révoluion allemande de 1918-1919”, coordonné par Valérie Carré, Jean-François Laplénie et Agathe Mareuge.

Combattants spartakistes. Berlin1919
Press Illustrating Service: Enemy Activities, German Revolution. Adherents to Sparticides, Berlin [1919]. War Department. 1789-9/18/1947. NARA 31478431.

→ le numéro sur le site des Presses Universitaires de Strasbourg.

→ le numéro sur OpenEdition Journals.

Parmi les nombreuses commémorations auxquelles l’année 2018 a donné lieu, il y avait celle de la révolution allemande de 1918-1919. Placée entre le bicentenaire de la naissance de Karl Marx et les 170 ans du Printemps des peuples, elle a semblé être reléguée au second plan. Comme souvent lors des années anniversaires, le sujet jouit cependant d’une actualité éditoriale importante. On note ici que la plupart des ouvrages s’efforcent de donner une vue d’ensemble, souvent d’un point de vue surplombant visant à l’exhaustivité quand elles se destinent à un public large. Mais parmi les publications récentes, on distingue également une tendance à étudier la révolution à l’échelle locale ou à renouveler les approches historiographiques développées jusque-là : spatialité, genre.

Le présent volume se propose quant à lui de s’intéresser à la relation subjective de l’épisode révolutionnaire, que cette relation émane de souvenirs personnels ou encore de romans ou d’œuvres artistiques. De fait, cet événement, peut-être plus qu’aucun autre à cette époque, a donné lieu à des interprétations multiples et souvent contradictoires. Ceci s’explique sans doute par les conflits internes à la gauche qui ont marqué cette révolution : du MSPD à l’USPD en passant par les Spartakistes, le KPD et les Revolutionäre Obleute, force est de constater qu’il est encore impossible d’écrire une histoire générale de la révolution. Elle est en effet tributaire, dans son déroulement et dans son historiographie, de ces différents courants souvent marqués par des personnalités aux positions contradictoires. Les processus de mémorialisation concurrents, voire de mythification, ont contribué à creuser certains antagonismes et à en atténuer d’autres. Une telle approche implique, dans nombre de cas, d’avoir recours à d’autres types de documents que ceux habituellement utilisés pour écrire l’histoire, et dans lesquels chercher l’apparition du sujet (et de la subjectivité) dans l’histoire. Très souvent, il s’agit de textes de “l’après-coup”, qui se caractérisent par une grande distance temporelle qui implique oublis, interprétations a posteriori, souvent façonnés par les différents discours qui circulent ou ont circulé au sujet des événements en question.

Continuer la lecture de « Publication: Dossier “La révolution au subjectif” (Revue d’Allemagne 54/2022, n°1) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search