[CR] Sibylle Goepper: “Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene?” (CR séminaire Archives manquantes #3, 12 mai 2023)

Séance #3 du séminaire « Archives manquantes? Archives et construction de l’histoire culturelle dans l’espace depuis 1945 » le 12 mai 2023.

Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

La troisième séance du séminaire des archives manquantes est présentée par Sibylle Goepper et porte sur le fond des archives Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin.

Avant de problématiser davantage la question du travail avec les archives, Sibylle Goepper présente le contexte de l’émergence des subcultures dans le quartier du Prenzlauer Berg à Berlin-Est durant les années 1980. La destitution de Wolf Biermann de sa nationalité en 1976 précipita l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes et d’intellectuels à qui l’on donna le nom de leur quartier de prédilection à Berlin-Est, le « Prenzlauer Berg ». Plusieurs photographies prises par Helga Paris montrent les appartements de Wilfriede Maaß / des époux Maaß ? qui recevaient à l’époque des peintres, sculpteurs, poètes, écrivains etc. du quartier berlinois. Ils développèrent leur art dans les marges de la société, en semi-clandestinité, ne publièrent pas leurs œuvres et n’exposèrent guère. Le Prenzlauer Berg était un quartier laissé à l’abandon, et l’accès libre aux cours intérieures des immeubles favorisait les rencontres entres artistes et écrivains dont témoignent encore quelques photographies aujourd’hui. La production de revues non officielles en dessous de cent exemplaires permettait d’échapper à la demande de licence/ d’autorisation de publication. Leurs travaux se définissent par un dialogue entre différentes disciplines/ différents arts et médias. Sibylle Goepper insiste particulièrement sur l’aspect matériel de ces objets parfois très fragiles et difficiles à conserver. Elle montre un certain nombre de travaux, dont les céramiques de Christiane Schlegel, le travail collaboratif des Künstlerbücher entre Ekkehard Maaß et sa femme Wielfriede Maaß, ou encore des photographies de la danseuse Fine Kwiatkowski. Les rencontres entre artistes se passaient dans des lieux en dehors de la société mainstream et à l’abri du régime. Leurs productions n’étaient pas explicitement politiques, mais inquiétèrent tout de même l’État. Au début, la frontière entre espace privé de création et l’espace public (et politique) fut maintenue. Cependant, en 1988/1989 eut lieu un défilé de mode dans une église qui marqua la sortie des cercles étroits des subcultures à travers l’investissement de l’espace public. L’étude de ces mouvements dont la pratique artistique se caractérise par l’éphémère présente certaines difficultés méthodologiques pour la recherche. Ceci s’applique à tous les arts vivants, mais dans le cadre des archives de la RDA d’autres problématiques s’ajoutent, notamment du fait de la tendance à ne pas immortaliser les œuvres et à en effacer toute trace pour des raisons de sécurité.

Continuer la lecture de « [CR] Sibylle Goepper: “Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene?” (CR séminaire Archives manquantes #3, 12 mai 2023) »

[CR] Compte rendu du colloque “Habiter l’inhabitable” (Francfort/Main, 31 mars-1er avril 2023)

Bandeau habiter l'inhabitable

Colloque “Habiter l’inhabitable” à Francfort-sur-le-Main, les 31 mars et 1er avril 2023

Compte rendu rédigé par Louise Valentin et Jeanne Yapaudjian, doctorantes à Sorbonne Université

Tabelau Zénith de Laurence Simon, représentant une maison en cours de démolition
Laurence Simon: Zénith

Le colloque “Habiter l’inhabitable” a été organisé dans le cadre du laboratoire junior franco-allemand interdisciplinaire “Raconter l’habiter” créé en 2020 par les doctorantes et doctorants Peirou Chu (ENS de Lyon), Lea Herrmann (ENS Lyon), Haris Mrkaljevic (ENS Lyon), Melanie Schneider (Université Goethe de Francfort/Main) et Jeanne Yapaudjian (Sorbonne Université). Le colloque s’inscrit dans une série de manifestations organisées au sein de ce laboratoire: une première séance de définition de l’habiter à partir de différentes disciplines; une deuxième séance lors de laquelle le géographe Mathis Stock a exposé son concept de l’habiter en mouvement; un colloque intitulé “Faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne de la fin du XIXe siècle à nos jours” à l’ENS de Lyon et une discussion sur l’habitat communautaire en Allemagne lors de laquelle quatre urbanistes et architectes allemandes étaient invitées. C’est une nouvelle perspective sur l’habiter qu’il s’agissait d’aborder lors de ce colloque à Francfort, en réfléchissant à la façon dont il est possible d’habiter des lieux inhabitables. Ces deux journées ont eu pour objectif de définir “l’inhabitable”, notion contradictoire en ceci qu’elle désigne des lieux inhospitaliers, associés aux privations, à l’insalubrité, à la violence, des lieux que l’on peine à constituer en chez-soi, des lieux remplissant avant tout des critères de fonctionnalité, mais qui sont tout de même habités. Il s’agissait de définir les limites de l’habitable et de comprendre comment habiter, représenter et faire le récit de l’inhabitable. Le colloque a tenté de répondre à cette question à travers quatre grands axes.

Continuer la lecture de « [CR] Compte rendu du colloque “Habiter l’inhabitable” (Francfort/Main, 31 mars-1er avril 2023) »

[CR] Christa Baumberger: “Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball” (CR séminaire Archives manquantes #2, 17 mars 2023)

Séance #2 du séminaire « Archives manquantes? Archives et construction de l’histoire culturelle dans l’espace depuis 1945 » le 17 mars 2023.

Christa Baumberger (directrice de la Galerie Litar, Zurich et ancienne collaboratrice scientifique aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse, Berne): “Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball”

Lors de la deuxième séance du séminaire « Archives manquantes ? Les archives et la construction littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945 » modérée par Agathe Mareuge, Dr. Christa Baumberger (Galerie Litar, Zurich) était invitée et a présenté son travail réalisé aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse de Berne. Elle y a été longtemps responsable du fonds consacré à Emmy Hennings (1885-1948) et Hugo Ball (1886-1927), un couple d’artistes qui a participé à la fondation du mouvement Dada à Zurich. Si le nom d’Hugo Ball est resté dans les mémoires, au moins dans l’espace germanophone, celui de Emmy Hennings est tombé dans l’oubli, comme ceux de la plupart des autres femmes dans l’histoire du mouvement. Baumberger a tenté de réhabiliter et de rendre visible l’oeuvre de Hennings grâce à une mise en valeur des archives la concernant, exposée dans sa communication.

Tout d’abord, elle a présenté le fonds Hennings/Ball composé de 80 boîtes d’archives qui comprend non seulement un fonds double centré sur la vie et les œuvres de Hennings et Ball, mais aussi un fonds indépendant consacré à Hugo Ball (« Kryptonachlass », le fonds principal Hugo Ball étant conservé en Allemagne à Pirmasens, sa ville natale). Le fonds double, grâce à la notoriété de Ball, a aidé à faire redécouvrir Hennings. L’ensemble des documents a été numérisé pour le centenaire Dada en 2016 : une étape certes nécessaire mais qui enlève aux documents leur matérialité.

Ensuite, Baumberger est revenue sur l’édition d’ouvrages qu’elle a menée autour de l’œuvre de Hennings : l’édition de ses œuvres complètes aux éditions Wallstein (depuis 2015), mais surtout aussi celle d’un volume, Emmy Hennings Dada (Scheidegger & Spiess, 2015). Cet ouvrage associe des photographies de Hennings sur lesquelles on la voit sous différentes facettes (tantôt posant en danseuse, tantôt en actrice), avec des œuvres choisies, des lettres, des textes inédits, mais aussi avec le « Cahier rouge » reproduit en entier dans le volume –  un carnet confectionné par Hennings dans lequel elle collectionnait ses poèmes tapés à la machine à écrire, comprenant parfois même des fautes de frappe. Dans ce livre, Baumberger a essayé de rendre sensible la matérialité de ces diverses archives en variant les supports d’époque (photographies parfois déchirées, tapuscrit original…). Cet ouvrage vise à montrer la grande richesse de l’artiste.

Enfin, Baumberger a raconté son expérience en tant que co-commissaire de l’exposition « DADA original » à la Bibliothèque nationale suisse de Berne en 2016, une « Archivausstellung » typique qui était une célébration des archives, notamment du fonds Hennings/Ball : il s’agit d’un retour aux sources misant sur l’aura de l’original, qui se trouve en quelque sorte fétichisé, le but étant de « faire parler » les originaux.

Compte rendu rédigé par Jeanne Yapaudjian (doctorante en Études germaniques, REIGENN)

[CR] Antoine Idier: “Politiques des archives LGBTQI+” (CR séminaire Archives manquantes #1, 17 février 2023)

Séance #1 du séminaire « Archives manquantes? Archives et construction de l’histoire culturelle dans l’espace depuis 1945 » le 17 février 2023.

Antoine Idier (Maître de Conférences à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye): “Politiques des archives LGBTQI+. Un fonds à la marge : les collections de Michel Chomarat à la bibliothèque de Lyon”

Avant de présenter l’intérêt du fonds Chomarat à Lyon et d’interroger le statut des archives, Antoine Idier présente ses travaux de recherches sur les archives LGBTQI+ à partir de son ouvrage : Archives des mouvements LGBT+, publié le 24 octobre 2018 aux éditions Textuel.

L’objectif des Archives des mouvements LGBT+ était de donner à voir des archives qui sont rarement reproduites dans les livres de recherche et de participer à complexifier le débat sur les archives LGBT+. Historiciser la problématique des archives LGBT+ met en évidence l’importance de la conservation de ces archives pour écrire l’histoire des groupes minorisés. Il faut rappeler que des archives LGBT+ existent déjà grâce à des initiatives militantes, ce qui posent par ailleurs la question d’une opposition supposée entre archives publiques et initiatives communautaires ou militantes dans leur légitimité et leurs différentes stratégies de conservation. Revenir sur les archives dans le temps permet de d’interroger le rôle du passé dans la construction de l’identité politique contemporaine des groupes minorisés. Les archives ne prenant leur sens que dans le regard qu’on leur porte et les questions qu’on leur pose, les Archives des mouvements LGBT+ tâche d’éviter toute essentialisation des archives présentées.

Continuer la lecture de « [CR] Antoine Idier: “Politiques des archives LGBTQI+” (CR séminaire Archives manquantes #1, 17 février 2023) »

[Regards] Claire Selosse: Christoph Martin Wieland, médiateur des contes de fées français

Les contes de fées racontent des histoires merveilleuses et divertissantes en prose. Christoph Martin Wieland (1733-1813), grand amateur du Cabinet des Fées, en apprécie la lecture, c’est pourquoi l’étude des apports français dans son œuvre littéraire ne peut faire l’économie du rôle des contes de fées français dans son processus créatif. Le présent texte propose une analyse de deux œuvres majeures dans la réception des contes de fées par Wieland : Die Abenteuer des Don Sylvio von Rosalva (Les Aventures merveilleuses de Don Sylvio de Rosalva), roman paru en 1764, et le recueil de traductions et d’adaptations publié 30 ans plus tard, Dschinnistan (1786-1789).

Les contes de fées (Feenmärchen) que Wieland découvre dans les années 1760 sont des contes d’auteur ou contes littéraires (Kunstmärchen) destinés au divertissement d’un public lettré. Wieland les lit et commente dans les salons littéraires du comte de Stadion au château de Warthausen, aux côtés d’érudits aristocrates comme son ancienne fiancée Sophie La Roche. Les plus marquants de ces contes sont ceux de Marie-Catherine d’Aulnoy, d’Henriette-Julie de Murat ou les Contes des Milles et une nuits d’Antoine Galland.

Continuer la lecture de « [Regards] Claire Selosse: Christoph Martin Wieland, médiateur des contes de fées français »

Prendre part à l’art et à la culture. Pratiques, théories et politiques de la médiation culturelle aujourd’hui (Aix-Marseille Université, 7, 8 et 9 octobre 2021)

Partant du constat général d’un certain échec des politiques de diversification des publics, le colloque, — qui a rassemblé trois journées durant enseignants-chercheurs et professionnels venant d’Allemagne, de France, du Maroc, de Suisse et des Etats-Unis comme des étudiants en licence et master de la Sorbonne Nouvelle, Sorbonne Université, Aix-Marseille Université et Hildesheim –, a été l’occasion de faire un état des lieux et de proposer des pistes de travail en médiation artistique et culturelle (MAC) comprise comme domaine d’activité, de recherche et d’enseignement face aux défis actuels.

Continuer la lecture de « Prendre part à l’art et à la culture. Pratiques, théories et politiques de la médiation culturelle aujourd’hui (Aix-Marseille Université, 7, 8 et 9 octobre 2021) »

Ancelin Mabon (Sorbonne Université) : Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand (Klinger, Grillparzer, Hebbel), 1791-1861

Séance du séminaire doctoral organisée par Bernard Banoun le 6 mai 2021

Ancelin Mabon (Sorbonne Université) :

Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand (Klinger, Grillparzer, Hebbel), 1791-1861

À travers le théâtre de Friedrich Maximilian Klinger (Medea in Korinth, 1786 ; Medea auf dem Kaukasos, 1791), Franz Grillparzer (Das goldene Vließ, 1821) et Friedrich Hebbel (Die Nibelungen, 1855-1861), Ancelin Mabon propose d’analyser trois générations d’auteurs dramatiques de langue allemande dans une période qui marque l’éclosion de la modernité et que l’historien Reinhart Koselleck nomme Sattelzeit. Trois points caractérisent le sujet :

  • Une analyse sur le temps long qui permet d’étudier l’évolution du genre tragique pendant un demi-siècle en se focalisant plus particulièrement sur la Spätaufklärung, les années 1820 et les années 1855-1861.
  • Le lien entre théâtre et civilisation ainsi que la remise en question au XIXe siècle du rôle civilisateur du théâtre de l’Aufklärung et du classicisme de Weimar.
  • Une tension entre une forme dramaturgique classique et la modernité dans le contexte historique des nationalismes, et la première apparition sur scène d’un moi échappant à la conscience.

Tout d’abord, Ancelin Mabon dresse un bilan critique et méthodologique. Ainsi sont dégagés deux types d’approches du mythe dans la littérature : la première, de type essentialiste, qui cherche une définition universelle à travers les œuvres (Mircea Eliade, Claude Lévi-Strauss) et la seconde école de type empiriste qui est axée sur l’histoire des avatars d’un mythe en s’épargnant l’hypothèse d’une forme originelle en raison du fait de sa réécriture (Philippe Lejeune, Claude Calame). Pour Hans Blumenberg, il y a historicisation du mythe car chaque époque le réinvente. Selon le philosophe, son origine sacrée n’existe pas et procède de la peur. Il lui oppose la science et se demande alors ce qui fonde sa persistance.

Dans un premier temps, en adaptant au théâtre allemand du XIXe siècle le « principe de variation dans la répétition » théorisé par Manfred Fuhrmann – qui décrit le rapport au mythe dans le théâtre -, Ancelin Mabon part du principe qu’il existe un double rapport au mythe : soit un rapport direct, soit un rapport plus éloigné et allusif. Continuer la lecture de « Ancelin Mabon (Sorbonne Université) : Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand (Klinger, Grillparzer, Hebbel), 1791-1861 »

[CR] Guillaume Reussner (Sorbonne Université): “Théâtres documentaires à l’ère de la brutalisation des sociétés : le représentable et le politique” (CR du séminaire doctoral, 6 mai 2021)

Séance du séminaire doctoral organisée par Bernard Banoun le 6 mai 2021

Guillaume Reussner (Sorbonne Université): “Théâtres documentaires à l’ère de la brutalisation des sociétés : le représentable et le politique”

Guillaume Reussner est doctorant à la Sorbonne Université dans l’équipe REIGENN (U.R. 3556) sous la direction de Bernard Banoun. Sa thèse porte sur deux œuvres de théâtre documentaire : Die letzten Tage der Menschheit (1915-1922) de Karl Kraus et Die Ermittlung (1964-1965) de Peter Weiss.

Ce corpus à double focale n’est pas une étude d’influence. L’Instruction de Weiss sur les procès d’Auschwitz, fragment publié d’un projet inachevé de réécriture de la Divina commedia de Dante, n’a pas d’inspiration directe dans les Derniers Jours de l’Humanité de Kraus, qui a pour thème les errements politiques et journalistiques de la société austro-allemande lors de la Première Guerre mondiale. Guillaume Reussner adopte néanmoins une approche comparatiste et veut montrer les enjeux théâtraux et historiques de deux pièces de théâtre documentaire racontant l’horreur du monde. Ces deux pièces sont emblématiques des formes prises par les dramaturgies documentaires et interrogent la tension entre authenticité revendiquée des sources documentaires et création littéraire par la mise en fiction. Continuer la lecture de « [CR] Guillaume Reussner (Sorbonne Université): “Théâtres documentaires à l’ère de la brutalisation des sociétés : le représentable et le politique” (CR du séminaire doctoral, 6 mai 2021) »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search