[Appel à contributions/CfP] [V&V] Boire dans les pays nordiques et germaniques (12-14 juin 2024, Sorbonne Université)

(English version below)

Appel à contribution: Boire dans les pays nordiques et germaniques

Vice & Vertu, 1re partie: Boire

Colloque, 12-14 juin 2024, Sorbonne Université, Paris.

« Vice et Vertu » (V&V) est un programme de recherche international pluriannuel issu d’une coopération entre les Universités de la Sorbonne, Caen, Turku/ TIAS, Umeå et Oslo. Le projet V&V vise aussi l’intégration de jeunes chercheurs et de chercheurs en devenir dans les réseaux de recherche nord-européens et francophones par le biais de séminaires, de workshops et de colloques organisés dans les universités partenaires de France et d’Europe du Nord. 

 « Vice » et « Vertu » sont des termes encore fréquemment utilisés dans des secteurs comme la finance, l’écologie ou les médias, bien qu’ils soient aujourd’hui largement désarticulés de leur ancrage religieux. Pour autant, dans des cultures où, selon la maxime luthérienne, l’humanité a été considérée comme simul justus, simul peccator, mais semper penitens, l’impératif de la vertu et l’ardente tentation du vice ont laissé de profondes traces et des interrogations existentielles particulières, tant à l’échelle individuelle que collective. 

Le projet résulte ainsi d’une interrogation simple et se fonde sur une réflexion de nature épistémologique et anthropologique : comment les catégories du vice et de la vertu ont-elles été constituées et racontées dans les sociétés du Nord de l’Europe et comment ont-elles évolué à travers les époques, du Moyen Âge aux sociétés du « secular Age » (Taylor, 2007) ? 

Pour jeter un éclairage sur cette vaste interrogation, plusieurs thèmes seront successivement explorés. Le premier volet, prévu pour l’année 2023-2025, a « Boire » pour thématique et donnera lieu à un colloque organisé à Paris du 12 au 14 juin 2024.  

Le premier volet du projet V&V, « Boire », questionne l’acte social (ou antisocial) de la consommation de tout type de boissons – alcoolisées ou non -, individuellement ou collectivement. Il vise à interroger les pratiques anciennes et actuelles et d’en explorer les enjeux normatifs. L’appel à contribution comprend quatre axes mais nous restons ouverts à d’autres apports et thématiques en fonction des propositions qui nous arriveront. 

Continuer la lecture de « [Appel à contributions/CfP] [V&V] Boire dans les pays nordiques et germaniques (12-14 juin 2024, Sorbonne Université) »

[AaC/CfP] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde (Paris, 18-19 janvier 2024), délai: 30 avril 2023

Appel à communications: Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde. Colloque international. Organisation : Mandana Covindassamy (ENS-PSL), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / CNRS), Bénédicte Terrisse (Nantes Université). Paris, Maison de la Recherche – École Normale Supérieure, 18-19 janvier 2024.

À l’heure où la question du format[1] et de la matérialité du livre, où la « poétique du support » (Marie-Ève Thérenty) ont le vent en poupe et semblent rendre presque caduque l’étude d’une œuvre et de son auteur depuis l’intérieur des textes, il est une œuvre et une autrice qui nous y reconduisent – à partir de cette prémisse. Formée à l’histoire de l’art et au graphisme, Judith Schalansky (née en 1980 à Greifswald) crée des livres qui sont autant d’objets, une œuvre qui s’écrit et qui se lit à partir de l’histoire du livre et que Monika Schmitz-Emans classe parmi ce qu’elle appelle la « littérature du livre » (Buchliteratur)[2]. Ses ouvrages lui ont déjà valu de nombreux prix prestigieux en Allemagne comme à l’étranger, le dernier en date étant, tout récemment, le Wortmeldungen-Literaturpreis für kritische Kurztexte. Ce colloque, le premier consacré à l’œuvre de Judith Schalansky en France, explorera les différents enjeux de sa création à partir de l’objet livre[3]. Les enjeux relatifs à la matérialité du livre soulèvent en outre des questions spécifiques en termes de réception de l’œuvre, qui pourront également être envisagées lors du colloque.

En prenant appui sur une conception du livre comme réceptacle de savoir et emblème de la mémoire, les livres de Judith Schalansky renouvellent les questionnements qui traversent la littérature contemporaine de langue allemande : le rapport entre fiction et non fiction, la question de la mémoire, les relations entre texte et image, les liens entre littérature et science[4], les formes de l’éco-[5] et de la ‘zoopoétique’ (Anne Simon).

Ce primat accordé au livre réorganise l’histoire de la littérature allemande et mondiale : il y fait entrer de plain-pied ce qui en était exclu ou situé dans ses marges, des insulaires de la Renaissance au manuel d’écolier en passant par les écrits de scientifiques du XVIIe siècle découvreurs de licorne – ravivant ainsi la première acception du terme « littérature » au sens « de tout ce qui est écrit ». Schalansky semble renouer avec le projet littéraire d’explorer la nature en l’écrivant. Ce geste si typique de ce moment prémoderne de la littérature où science et littérature ne s’excluaient pas encore, si typique d’un Stifter, d’un Raabe, d’un Storm, ou d’un Novalis, s’avère plus actuel que jamais.

Alors que l’histoire de l’édition fait l’objet d’une attention accrue dans les travaux universitaires en littérature[6], les livres de Judith Schalansky, qui sont aussi ceux qu’elle édite au sein de deux collections, « Naturkunden » et « Wildes Wissen », aux éditions Matthes & Seitz, nous ramènent une nouvelle fois vers la question des conditions pragmatiques de l’écriture. Faut-il voir dans la collaboration avec Matthes & Seitz une forme actualisée, voire exacerbée, d’« auctorialité éditoriale »[7], selon le terme forgé par Tobias Amslinger ?

Le colloque aura lieu le jeudi 18 et le vendredi 19 janvier 2024 à Paris. Une publication des articles est prévue.

Nous vous convions à nous envoyer vos propositions en allemand ou en français (titre de travail, biobibliographie et résumé de 250-300 mots) autour de ces constellations schalanskiennes pour le 30 avril 2023 à :

  • mandana.covindassamy@ens.psl.eu
  • agathe.mareuge@sorbonne-universite.fr
  • benedicte.terrisse@univ-nantes.fr
Continuer la lecture de « [AaC/CfP] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde (Paris, 18-19 janvier 2024), délai: 30 avril 2023 »

[Projet Genre & avant-gardes] Appel à communications: “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone depuis 1945” (31/03/2023)

Colloque international organisé par Susanne Böhmisch (Aix-Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / CNRS), Élise Petit (Université Grenoble Alpes)

Université Jean Moulin Lyon 3, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours :  sociabilités, esthétiques, mémoires

En se fondant sur les acquis de la recherche consacrée aux avant-gardes dites « historiques » au prisme du genre[1], notre colloque se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques de 1945 jusqu’à nos jours. Dans ce contexte, « prisme du genre » désigne aussi bien les questionnements sur la place réservée aux femmes, les rapports femmes-hommes, la catégorisation et hiérarchisation symbolique entre féminin et masculin que les réflexions sur le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires ou encore l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

Tous les champs disciplinaires sont invités à participer : musicologie (musiques savantes et populaires), histoire de l’art, histoire littéraire, esthétique, arts plastiques, architecture, arts visuels (photographie, vidéo, cinéma), arts du spectacle (théâtre, danse, performance, cirque), littérature, etc.

Le choix de cette périodisation trouve son origine dans un double postulat. D’une part, les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague du féminisme[2] » à l’Ouest à partir des années 1960 semblent plus que jamais prédisposer les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein. D’autre part, si à l’Est avant-gardes et art expérimental étaient de facto proscrits par le réalisme socialiste, l’égalité formelle garantie par la loi avait, elle, été accompagnée d’avancées sociales réelles dès les années 1950. Cette configuration singulière pouvait, elle aussi, présider au renouvellement des rapports de genre au sein des avant-gardes émergeant dans les années 1970 et 1980[3]

On connaît par ailleurs la thèse selon laquelle la perpétuation de schémas patriarcaux dominants au sein des avant-gardes historiques a mené à une expérience de « marge dans la marge » pour les femmes artistes, du point de vue des modes de fonctionnement, de l’affirmation de leur identité genrée, puis lors du travail de commentaire et d’historicisation de ces mouvements. Nous aimerions examiner cette thèse en la reproblématisant pour la période postérieure à 1945, et en menant nos réflexions jusqu’à l’époque contemporaine. Les expériences des femmes dans les milieux avant-gardistes post-1945 et, plus généralement, les rapports de genre en leur sein correspondent-ils à ce schéma de double marginalisation ? Ces phénomènes touchent-ils d’autres identités genrées (artistes homosexuel.le.s, queer) ? Comment se manifestent-ils ? Les paramètres de “race” et de classe les accroissent-ils ? Quand marginalisation et invisibilisation interviennent-elles : du vivant des artistes ou plutôt par la suite ? 

On ne saurait pour autant réduire leur statut à celui de subalternes et/ou d’exclu.e.s. Quelles sont alors les stratégies mises en place pour y faire échec et le dépasser ? Quelles sont les pratiques de “démarginalisation” à l’œuvre et comment affectent-elles tant le champ dominant que le champ avant-gardiste lui-même ? Assiste-t-on à une variation originale de l’aporie de l’avant-garde, mouvement « mort-né »[4], portant en lui sa propre destruction ? Avec quels résultats singuliers sur le plan des modes de fonctionnement, des esthétiques élaborées, mais aussi des filiations revendiquées et du rapport à la postérité ? Sur le plan discursif, y a-t-il une manière genrée de se construire et de se définir du côté des artistes ? Du côté de la réception, comment les discours genrés sur les pratiques artistiques des avant-gardes ont-ils évolué au gré des contextes ? Faut-il nécessairement se revendiquer d’une “avant-garde”, qui plus est féministe ou explicitement “genrée”, pour être considéré.e comme en relevant ? 

Continuer la lecture de « [Projet Genre & avant-gardes] Appel à communications: “Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone depuis 1945” (31/03/2023) »

[AAC/CfP] Habiter l’inhabitable (15 octobre 2022)

Gravure de Piranèse, tirée des « Prisons imaginaires », intitulée « La tour ronde »

Colloque junior franco-allemand : “Habiter l’inhabitable”, les 31 mars et 1er avril 2023, à l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main

Gravure de Piranèse, tirée des « Prisons imaginaires », intitulée « La tour ronde »
Piranèse: Prisons imaginaires, 3: La tour ronde

Dans les dernières pages d’Espèces d’espaces (1974), Georges Perec décrit “l’inhabitable” entre autres comme : “l’hostile, le gris, l’anonyme, le laid, les couloirs du métro, les bains-douches, les hangars, les parkings, les centres de tri, les guichets, les chambres d’hôtel”. Sous la forme d’une liste implacable, Perec dresse un inventaire de lieux marqués par l’activité humaine, qui sont autant de lieux parfois synonymes de routine, tantôt agaçants, tantôt révoltants.

Dans le cadre de notre laboratoire junior “Raconter l’habiter/Wohnen erzählen” (HaWo), nous avons organisé plusieurs manifestations autour de la notion de “l’habiter”. En novembre 2021, Mathis Stock présentait une conférence sur une approche critique de cette notion, en nous apportant son expertise de géographe. En avril 2022, nous organisions un colloque intitulé “Faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne de la fin du XIXe siècle à nos jours”. Lors de ce colloque, nous avons nourri une réflexion sur les crises de l’habitat dans une démarche interdisciplinaire, diachronique et franco-allemande, avec pour objectif de  penser les réponses à ces crises.

Pour ce colloque prévu en avril 2023 à Francfort-sur-le-Main, nous voulons placer “l’inhabitable” depuis la fin du XIXe siècle en France et en Allemagne au cœur de notre réflexion. Une fois de plus, nous souhaitons encourager l’échange franco-allemand et interdisciplinaire.  Des contributions venant des études littéraires nous seraient fort utiles, tout comme des apports venant de l’histoire, de la sociologie, de la philosophie, de la géographie, ou encore de l’architecture et du cinéma. 

L’objectif de ce colloque sera de chercher à définir “l’inhabitable”, une notion contradictoire en ceci qu’elle  désigne des lieux inhospitaliers, associés aux privations, à l’insalubrité, à la violence, des lieux que l’on peine à constituer en “chez-soi”, des lieux remplissant avant tout des critères de fonctionnalité sans prendre en compte la chaleur du logis – Henri Lefebvre n’écrivait-il pas en 1968 dans Le droit à la ville que “le grand ensemble réalise le concept de l’habitat […] en excluant l’habiter”? –  mais qui sont tout de même “habités”. 

C’est en effet sur des lieux habités que nous souhaitons nous concentrer – et non sur des lieux inhabitables car invivables pour l’homme comme le pôle Nord – mais des lieux jugés, désignés comme inhabitables par différents acteurs, que ce soit les habitants eux-mêmes, les pouvoirs publics, les chercheurs, les médias, les groupes politiques. Le caractère d’inhabitabilité des lieux repose toujours sur un jugement ou une perception.

À partir de là, quelles sont les limites de « l’habitable » et comment habiter, représenter et faire le récit de “l’inhabitable” ? Au-delà de ces quelques pistes de compréhension, nous avons pensé à plusieurs catégories de lieux pouvant faire l’objet d’analyses détaillées, qui nous permettront de réaliser une cartographie des lieux habités “inhabitables” en France et en Allemagne.

Continuer la lecture de « [AAC/CfP] Habiter l’inhabitable (15 octobre 2022) »

[AAC/CfP] Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries: Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres (Maison de la recherche, 2 juin 2022)

Appel à contribution: journée d’études “Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries: Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres”.

Jeudi 2 juin de 9h30 à 18h, à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université (28 Rue Serpente, 75006 Paris).

Cette journée d’étude est organisée par REIGENN et l’UMR 8224 Eur’ORBEM (Sorbonne Université), LEGS (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) et Initiative Théâtre (Alliance Sorbonne Université).

Elle trouve son origine dans un séminaire doctoral organisé par les laboratoires juniors des équipes de recherche d’études italiennes (ERjilS, ELCI), germaniques et nordiques (Élans, REIGENN) et slaves (Passage, UMR 8224 Eur’ORBEM) de l’ED 020 de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.

Continuer la lecture de « [AAC/CfP] Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries: Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres (Maison de la recherche, 2 juin 2022) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search