[CR] Compte rendu du colloque “Habiter l’inhabitable” (Francfort/Main, 31 mars-1er avril 2023)

Bandeau habiter l'inhabitable

Colloque “Habiter l’inhabitable” à Francfort-sur-le-Main, les 31 mars et 1er avril 2023

Compte rendu rédigé par Louise Valentin et Jeanne Yapaudjian, doctorantes à Sorbonne Université

Tabelau Zénith de Laurence Simon, représentant une maison en cours de démolition
Laurence Simon: Zénith

Le colloque “Habiter l’inhabitable” a été organisé dans le cadre du laboratoire junior franco-allemand interdisciplinaire “Raconter l’habiter” créé en 2020 par les doctorantes et doctorants Peirou Chu (ENS de Lyon), Lea Herrmann (ENS Lyon), Haris Mrkaljevic (ENS Lyon), Melanie Schneider (Université Goethe de Francfort/Main) et Jeanne Yapaudjian (Sorbonne Université). Le colloque s’inscrit dans une série de manifestations organisées au sein de ce laboratoire: une première séance de définition de l’habiter à partir de différentes disciplines; une deuxième séance lors de laquelle le géographe Mathis Stock a exposé son concept de l’habiter en mouvement; un colloque intitulé “Faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne de la fin du XIXe siècle à nos jours” à l’ENS de Lyon et une discussion sur l’habitat communautaire en Allemagne lors de laquelle quatre urbanistes et architectes allemandes étaient invitées. C’est une nouvelle perspective sur l’habiter qu’il s’agissait d’aborder lors de ce colloque à Francfort, en réfléchissant à la façon dont il est possible d’habiter des lieux inhabitables. Ces deux journées ont eu pour objectif de définir “l’inhabitable”, notion contradictoire en ceci qu’elle désigne des lieux inhospitaliers, associés aux privations, à l’insalubrité, à la violence, des lieux que l’on peine à constituer en chez-soi, des lieux remplissant avant tout des critères de fonctionnalité, mais qui sont tout de même habités. Il s’agissait de définir les limites de l’habitable et de comprendre comment habiter, représenter et faire le récit de l’inhabitable. Le colloque a tenté de répondre à cette question à travers quatre grands axes.

Continuer la lecture de « [CR] Compte rendu du colloque “Habiter l’inhabitable” (Francfort/Main, 31 mars-1er avril 2023) »

[CR] Christa Baumberger: “Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball” (CR séminaire Archives manquantes #2, 17 mars 2023)

Séance #2 du séminaire « Archives manquantes? Archives et construction de l’histoire culturelle dans l’espace depuis 1945 » le 17 mars 2023.

Christa Baumberger (directrice de la Galerie Litar, Zurich et ancienne collaboratrice scientifique aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse, Berne): “Traces (in)visibles. Archives, éditions et expositions de Emmy Hennings et Hugo Ball”

Lors de la deuxième séance du séminaire « Archives manquantes ? Les archives et la construction littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945 » modérée par Agathe Mareuge, Dr. Christa Baumberger (Galerie Litar, Zurich) était invitée et a présenté son travail réalisé aux Archives littéraires de la Bibliothèque nationale suisse de Berne. Elle y a été longtemps responsable du fonds consacré à Emmy Hennings (1885-1948) et Hugo Ball (1886-1927), un couple d’artistes qui a participé à la fondation du mouvement Dada à Zurich. Si le nom d’Hugo Ball est resté dans les mémoires, au moins dans l’espace germanophone, celui de Emmy Hennings est tombé dans l’oubli, comme ceux de la plupart des autres femmes dans l’histoire du mouvement. Baumberger a tenté de réhabiliter et de rendre visible l’oeuvre de Hennings grâce à une mise en valeur des archives la concernant, exposée dans sa communication.

Tout d’abord, elle a présenté le fonds Hennings/Ball composé de 80 boîtes d’archives qui comprend non seulement un fonds double centré sur la vie et les œuvres de Hennings et Ball, mais aussi un fonds indépendant consacré à Hugo Ball (« Kryptonachlass », le fonds principal Hugo Ball étant conservé en Allemagne à Pirmasens, sa ville natale). Le fonds double, grâce à la notoriété de Ball, a aidé à faire redécouvrir Hennings. L’ensemble des documents a été numérisé pour le centenaire Dada en 2016 : une étape certes nécessaire mais qui enlève aux documents leur matérialité.

Ensuite, Baumberger est revenue sur l’édition d’ouvrages qu’elle a menée autour de l’œuvre de Hennings : l’édition de ses œuvres complètes aux éditions Wallstein (depuis 2015), mais surtout aussi celle d’un volume, Emmy Hennings Dada (Scheidegger & Spiess, 2015). Cet ouvrage associe des photographies de Hennings sur lesquelles on la voit sous différentes facettes (tantôt posant en danseuse, tantôt en actrice), avec des œuvres choisies, des lettres, des textes inédits, mais aussi avec le « Cahier rouge » reproduit en entier dans le volume –  un carnet confectionné par Hennings dans lequel elle collectionnait ses poèmes tapés à la machine à écrire, comprenant parfois même des fautes de frappe. Dans ce livre, Baumberger a essayé de rendre sensible la matérialité de ces diverses archives en variant les supports d’époque (photographies parfois déchirées, tapuscrit original…). Cet ouvrage vise à montrer la grande richesse de l’artiste.

Enfin, Baumberger a raconté son expérience en tant que co-commissaire de l’exposition « DADA original » à la Bibliothèque nationale suisse de Berne en 2016, une « Archivausstellung » typique qui était une célébration des archives, notamment du fonds Hennings/Ball : il s’agit d’un retour aux sources misant sur l’aura de l’original, qui se trouve en quelque sorte fétichisé, le but étant de « faire parler » les originaux.

Compte rendu rédigé par Jeanne Yapaudjian (doctorante en Études germaniques, REIGENN)

Colloque international “Habiter l’inhabitable” (Francfort/M., 31 mars & 1er avril 2023)

Bandeau habiter l'inhabitable

Colloque international “Habiter l’inhabitable”, organisé par Peirou Chou, Lea Hermann, Haris Mrkaljević, Melanie Schneider, Jeanne Yapaudjian (Goethe-Universität Frankfurt/Main, École Normale Supérieure de Lyon, Sorbonne Université), les 31 mars et 1er avril 2023 (Goethe-Universität (Francfort/Main), bât. IG Farben, salle 251).

Affiche du colloque Habiter l'inhabitable
Affiche du colloque Habiter l’inhabitable

Le colloque franco-allemand “Habiter l’inhabitable” aura lieu à Francfort-sur-le-Main les 31 mars et 1er avril 2023. Il clôt une série de manifestations organisées dans le cadre du laboratoire junior “Raconter l’habiter/Wohnen erzählen (HaWo)” qui regroupe des doctorant.e.s en études germaniques, en littérature, en histoire et en cinéma.

Il s’agira dans ce colloque de définir “l’inhabitable”, une notion contradictoire en ceci qu’elle désigne des lieux inhospitaliers, associés aux privations, à l’insalubrité, à la violence, des lieux que l’on peine à constituer en “chez-soi”, des lieux remplissant avant tout des critères de fonctionnalité sans prendre en compte la chaleur du logis, mais qui sont tout de même “habités”. Quelles sont les limites de « l’habitable » et comment habiter, représenter et faire le récit de “l’inhabitable”? Le colloque tentera de répondre à cette question à travers quatre grands axes dans lesquels se croiseront différentes disciplines. Lors de la première journée seront abordées des problématiques associées à la ville inhabitable (la rue et les ruines) puis à l’intérieur bourgeois inhabitable. La seconde journée sera consacrée à une étude de différents lieux de l’enfermement, puis s’intéressera à la possibilité d’une libération de soi à travers l’expérience de l’inhabitable.

Table ronde : “Wie zusammen wohnen? Alternative Wohnkonzepte im Hinblick auf Gemeinschaft” (visioconférence, 2 décembre 2022)

BANDEAU Table ronde Die Stadt, Herbert Vesely, 1960

Le laboratoire junior interdisciplinaire franco-allemand “Raconter l’habiter/ Wohnen erzählen” (HaWo) (Peirou Chu, Lea Herrmann, Haris Mrkaljevic, Melanie Schneider, Jeanne Yapaudjian) organise une discussion en allemand sur zoom le 2 décembre 2022 de 18h à 20h afin de réfléchir à la question du vivre-ensemble aujourd’hui en Allemagne, en s’intéressant plus particulièrement aux modes de construction alternatifs de logements.

Image de Die Stadt, Herbert Vesely, 1960
Die Stadt, Herbert Vesely, 1960

Quatre chercheuses en architecture, urbanisme et sociologie de l’habitat seront invitées pour cette discussion et évoqueront la situation du logement alternatif dans leurs villes (Stuttgart, Ratisbonne, Berlin, Francfort-sur-le-Main):

  • Prof. Dr. Christine Hannemann (Université de Stuttgart, coordinatrice des départements d’architecture et de sociologie de l’habitat);
  • Prof. Dr. Anna Steigemann (Université de Ratisbonne, représentante de la chaire de sociologie de l’espace);
  • Dr. Hanna Hamel (ZfL Berlin, responsable du projet “Le voisinage dans la littérature berlinoise contemporaine”);
  • Dipl-Ing. Brigit Kasper (Directrice du centre de coordination et de conseil Netzwerk Frankfurt pour l’habitat communautaire et membre du conseil d’administration du FORUM de l’habitat communautaire).

Pour obtenir le lien de connexion zoom à la manifestation, écrivez un mail à Melanie Schneider, doctorante du laboratoire : melanieschneider67@gmail.com.

[AAC/CfP] Habiter l’inhabitable (15 octobre 2022)

Gravure de Piranèse, tirée des « Prisons imaginaires », intitulée « La tour ronde »

Colloque junior franco-allemand : “Habiter l’inhabitable”, les 31 mars et 1er avril 2023, à l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main

Gravure de Piranèse, tirée des « Prisons imaginaires », intitulée « La tour ronde »
Piranèse: Prisons imaginaires, 3: La tour ronde

Dans les dernières pages d’Espèces d’espaces (1974), Georges Perec décrit “l’inhabitable” entre autres comme : “l’hostile, le gris, l’anonyme, le laid, les couloirs du métro, les bains-douches, les hangars, les parkings, les centres de tri, les guichets, les chambres d’hôtel”. Sous la forme d’une liste implacable, Perec dresse un inventaire de lieux marqués par l’activité humaine, qui sont autant de lieux parfois synonymes de routine, tantôt agaçants, tantôt révoltants.

Dans le cadre de notre laboratoire junior “Raconter l’habiter/Wohnen erzählen” (HaWo), nous avons organisé plusieurs manifestations autour de la notion de “l’habiter”. En novembre 2021, Mathis Stock présentait une conférence sur une approche critique de cette notion, en nous apportant son expertise de géographe. En avril 2022, nous organisions un colloque intitulé “Faire face aux crises de l’habitat en France et en Allemagne de la fin du XIXe siècle à nos jours”. Lors de ce colloque, nous avons nourri une réflexion sur les crises de l’habitat dans une démarche interdisciplinaire, diachronique et franco-allemande, avec pour objectif de  penser les réponses à ces crises.

Pour ce colloque prévu en avril 2023 à Francfort-sur-le-Main, nous voulons placer “l’inhabitable” depuis la fin du XIXe siècle en France et en Allemagne au cœur de notre réflexion. Une fois de plus, nous souhaitons encourager l’échange franco-allemand et interdisciplinaire.  Des contributions venant des études littéraires nous seraient fort utiles, tout comme des apports venant de l’histoire, de la sociologie, de la philosophie, de la géographie, ou encore de l’architecture et du cinéma. 

L’objectif de ce colloque sera de chercher à définir “l’inhabitable”, une notion contradictoire en ceci qu’elle  désigne des lieux inhospitaliers, associés aux privations, à l’insalubrité, à la violence, des lieux que l’on peine à constituer en “chez-soi”, des lieux remplissant avant tout des critères de fonctionnalité sans prendre en compte la chaleur du logis – Henri Lefebvre n’écrivait-il pas en 1968 dans Le droit à la ville que “le grand ensemble réalise le concept de l’habitat […] en excluant l’habiter”? –  mais qui sont tout de même “habités”. 

C’est en effet sur des lieux habités que nous souhaitons nous concentrer – et non sur des lieux inhabitables car invivables pour l’homme comme le pôle Nord – mais des lieux jugés, désignés comme inhabitables par différents acteurs, que ce soit les habitants eux-mêmes, les pouvoirs publics, les chercheurs, les médias, les groupes politiques. Le caractère d’inhabitabilité des lieux repose toujours sur un jugement ou une perception.

À partir de là, quelles sont les limites de « l’habitable » et comment habiter, représenter et faire le récit de “l’inhabitable” ? Au-delà de ces quelques pistes de compréhension, nous avons pensé à plusieurs catégories de lieux pouvant faire l’objet d’analyses détaillées, qui nous permettront de réaliser une cartographie des lieux habités “inhabitables” en France et en Allemagne.

Continuer la lecture de « [AAC/CfP] Habiter l’inhabitable (15 octobre 2022) »

Séance du séminaire doctoral: Jeanne Yapaudjian (REIGENN), 13 mai 2022 14h (Centre Malesherbes)

Image du film de Jean-Luc Godard: 2 ou 3 choses que je sais d'elle (1967)

Le 11 mars 2022 (14h-16h) au Centre Malesherbes (108 boulevard Malesherbes, 75017 Paris), amphi 111, le séminaire doctoral de l’U.R. REIGENN accueillera deux présentations de doctorants de l’U.R. REIGENN, Joseph Kebe-Nguema et Jeanne Yapaudjian.

Jeanne Yapaudjian, doctorante en Études germaniques et Études cinématographiques, cotutelle Sorbonne Université / REIGENN (dir. Valérie Carré) et Goethe-Universität Frankfurt/Main, présentera une conférence intitulée:

Habiter l’architecture nouvelle des années 60 à la fin des années 80 : regards cinématographiques sur Paris, Berlin et leur périphérie

Image de : Godard 2 ou 3 choses que je sais d'elle (1967)
Image du film de Jean-Luc Godard: 2 ou 3 choses que je sais d’elle (1967)

Dès les années 60, des réalisateurs français et allemands s’intéressent aux bouleversements architecturaux à Paris, Berlin et surtout dans leur périphérie : pour faire face à la crise du logement dans les deux villes, on construit en masse des grands ensembles puis des villes nouvelles en banlieue parisienne, des Plattenbauten à Berlin-est et -ouest. Il s’agit de projets architecturaux nés d’une volonté de rupture avec le passé, qui reposent en partie sur les principes énoncés par Le Corbusier dans sa Charte d’Athènes : l’architecture doit être fonctionnelle, construite en série et doit répondre aux besoins de l’homme « nouveau ».

C’est notamment la façon dont on habite ces lieux nouveaux qui intéresse les réalisateurs. Si leur regard sur ces derniers et sur ses habitants se fait documentaire, témoin d’une époque, il est aussi esthétique : les réalisateurs se plaisent à filmer des formes nouvelles très cinématographiques. Mais ce regard est surtout critique : plusieurs des réalisateurs sont fortement inspirés par le discours marxiste de l’époque. Selon lui, la ville moderne est une ville concentrationnaire et rationnelle, pensée par la classe dominante, visant à asservir les masses (Henri Lefebvre, Guy Debord, Michel Foucault, Alexander Mitscherlich) ; la pensée féministe inspire aussi, notamment plusieurs réalisatrices de Berlin-ouest. A Berlin-est, la propagande à l’œuvre contraint les réalisateurs critiques du régime à se faire plus discrets ; certains films de propagande encensent la nouvelle architecture.

Continuer la lecture de « Séance du séminaire doctoral: Jeanne Yapaudjian (REIGENN), 13 mai 2022 14h (Centre Malesherbes) »

[CR] Sebastian Naumann (King’s College / HU Berlin): Serial Sovereigns. Power, Play and the Imaginary in Contemporary Television Series (CR séminaire doctoral, 11 mars 2021)

Séance du séminaire doctoral organisée par Bernard Banoun le 11 mars 2021

Sebastian Naumann (King‘s College London – Humboldt-Universität zu Berlin): “Serial Sovereigns. Power, Play and the Imaginary in Contemporary Television Series”

Sebastian Naumann est doctorant en cotutelle à King’s College (Londres) et à la Humboldt-Universität (Berlin). Ses recherches portent sur la figure du pouvoir souverain dans des séries télévisées contemporaines. Il s’intéresse plus précisément aux relations qu’entretiennent le pouvoir, le jeu d’acteur et l’imagination dans ces dernières. Son corpus d’étude est composé de onze séries – sud-coréennes (Chief of Staff et Designated Survivor: 60 Days), françaises (Baron Noir), anglaises (The Crown), ukrainiennes (Servant of the People), allemandes (Eichwald, MdB) et américaines (House of Cards, Veep, Madam Secretary, Designated Survivor, The Politician). Sebastian Naumann expose d’abord les caractéristiques spécifiques au genre de la série : le schéma narratif y est en constante évolution selon un processus récursif, elles sont soumises à une forme d’inconsistance et de recalibrage permanent au fil des épisodes et des saisons, notamment en raison du mode de distribution actuel principal, les plateformes en ligne, qui permettent une évolution potentiellement illimitée de la série. Sebastian Naumann cherche ensuite à classer ces processus narratifs en interrogeant les motifs du pouvoir, du jeu et de l’imagination. Pour cela, il les soumet à un modèle d’analyse systématique qu’il élabore en prenant en compte différents facteurs, notamment l’intrigue, mais aussi l’audience visée, la production et la diffusion.Ses recherches lui ont permis de dégager deux types de classification des séries présentant le pouvoir souverain. D’abord, les séries étudiées proposent trois différents types de modèles politiques : la politique idéale ou Idealpolitik qui suit une morale déontologique ; la Realpolitik dans laquelle la fin justifie les moyens et dont la morale est téléologique ; la Machtpolitik, dans laquelle le pouvoir s’exprime sans limite et ne se réfère à aucune morale déterminée. Ensuite, il distingue deux types de séries en ce qui concerne le moteur de l’action. Dans la première catégorie l’intrigue est centrée sur les personnages (character-based), l’action découle d’un conflit interne au personnage pris entre obligation politique et vie personnelle, qui s’exprime à l’écran par deux différents types de corps selon la distinction de Michel Foucault : le corps politique (body politic) et le corps naturel (body natural). C’est le cas par exemple dans The Crown, Baron Noir ou The Politician. Dans la deuxième catégorie, l’action est provoquée par un événement externe (action-based), comme dans Veep, Eichwald MdB, House of Cards ou Designated Survivor.

Compte rendu rédigé par Claire Selosse (doctorante en Études germaniques, REIGENN) et Jeanne Yapaudjian (doctorante en Études germaniques, REIGENN).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search