[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #6 (17 mai 2024)

Le séminaire V&V, organisé un vendredi par mois à la Bibliothèque Nordique (6 rue Valette, Paris, entrée libre) de 10h à 12h, accueillera le vendredi 17 mai 2024  Corinne François-Denève (Professeure en littératures comparées, UHA/ILLE) et Frédérique Harry (MCF en Études nordiques, SU/Reigenn). Cette séance sera la dernière de ce premier cycle.

« Open bar » ? réécritures genrées/alcoolisées du canon ? – Corinne François-Denève 

Cette communication se propose de traquer le vice, la vertu, et les boissons, dans les pièces du théâtre scandinave que nous avons eu l’occasion de traduire en français (Le Gant de Bjørnstjerne Bjørnson, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, L’Ensorcelée de Victoria Benedictsson et La Lioncelle de Frida Stéenhoff, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2022, Théâtre complet d’Anne Charlotte Leffler, Classiques Garnier, collection Littérature du monde, 2016, Sauvé, d’Alfhild Agrell, L’avant-scène théâtre, collection Quatre-Vents classique, 2016,  La Comédienne d’Anne Charlotte Leffler, suivi de La Juliette de Roméo de Victoria Benedictsson, L’avant-scène théâtre, numéro double 1382-1383, mai 2015).

Souvent présentées comme des répliques « féminines » ou « féministes » aux pièces des pairs masculins (en particulier Ibsen), les œuvres de Leffler, Benedictsson, Stéenhoff ou Agrell font-elles un usage différent des boissons qui, théâtre oblige, deviennent des accessoires, souvent propices à des jeux de scène (ébriété, nervosité) ? Sont-ce en ce sens des pièces plus « morales », relevant de la littérature d’indignation ? Si on voit passer dans une pièce de Leffler une référence explicite aux mouvement de tempérance (Le Moyen de faire le bien), force est de constater que les buveurs de café, de bière, ou d’alcools plus forts sont légion, et que leurs apparitions ne sont jamais le fruit du hasard.

Sauvé d’Alfhild Agrellen ce sens, souvent présenté comme une version alternative d’Une maison de poupée, place explicitement la pièce sous le signe du champagne mal digéré (scène du début) et de la cirrhose (la mystérieuse maladie de Milde, là où Rank, chez Ibsen, avait hérité des folies de son père, sans boire lui-même). Chez Ibsen, le bal, qu’on ne voit pas, laisse imaginer que Torvald a bu, ce qui exacerbe son désir pour Nora : chez Agrell, la chère est triste, et la boisson encore plus. On ira aussi voir du côté du « matrimoine » porté par un homme, Bjørnson. Dans notre édition, Le Gant est présenté dans ses deux versions, l’une jouée et presque non publiée, l’autre publiée et presque non jouée. De l’une à l’autre s’opèrent de subtils déplacements et changements de ton – et aussi une scène avec… du champagne, bu au petit matin, vers la scène finale – mais là encore, le boire est triste et tragique. De l’importance du (petit) canon pour « secouer » le canon ?  Telle est la piste que nous nous proposons d’explorer.

La tempérance : archéologie d’une vertu – Frédérique Harry

En prenant pour objet d’étude le royaume dano-norvégien, nous examinerons le rôle de la boisson (et de son rejet) à la période moderne. Revenant sur la législation de l’époque et sur le contexte économique, il s’agira d’analyser ce que la consommation d’alcool dit de l’organisation sociale (Hauge, 1996) – et plus particulièrement des relations de pouvoir entre villes et campagnes, entre noblesse, bourgeoisie et paysannerie, et entre partisans du mercantilisme et adeptes de la physiocratie. La boisson, qui révèle toute une organisation normative de l’excès et de la maîtrise, manifeste les rapports de force qui modèlent la société dano-norvégienne jusque dans les corps. 

Verre produit par l’atelier de Nøstetangen (Norvège, 1771).
Villas Vinter / Photo : Nasjonalmuseet

Mais quid de ceux qui refusent un gobelet ? S’ils sont rares, dans la Scandinavie moderne, à remettre en question les pratiques de consommation, l’idée fait toutefois son chemin à la fin du XVIIIe siècle, passant d’une question politique et centralisée (on régente la production et la consommation pour préserver l’économie et l’ordre public) à une revendication plus individuelle et “décentralisée” qui place la sobriété et l’abstinence sur la voie de l’émancipation personnelle – voire nationale, comme on l’observe en Norvège (Engelhardt, 2010). Ne pas boire est alors un geste bien plus subversif qu’il n’en a l’air, qui rompt avec les conventions, ébranle la doctrine luthérienne officielle (il n’y aurait en effet qu’un pas de la tempérance à la doctrine du salut par les œuvres) et oblige l’individu à s’extraire des pratiques sociales habituelles.

Il n’est pas anodin que les pratiques tempérantes novatrices de la fin du XVIIIe siècle, qui prennent la forme de “contrats” librement consentis entre individus ou membres d’une même paroisse (Try, 2020), se développent initialement dans les périphéries géographiques, notamment en Norvège. Ces territoires, éloignés des centres que sont Christiania et Copenhague, sont à bien des égards des lieux d’innovations associatives, religieuses et politiques qui confirment l’importance de ces périphéries dans le renouvellement des normes culturelles (Seland, 2020). 

Bienvenue / Velkommen !

[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #5 (26 avril 2024)

Simon Lebouteiller (ERLIS-CRAHAM/ Unicaen) : “Boissons et libations dans la Scandinavie médiévale

L’imagerie populaire associe volontiers la figure du viking à la consommation d’alcool, aux fameuses cornes à boire et aux banquets parfois très arrosés qui étaient organisés dans les halles guerrières pour célébrer le retour d’une expédition ou les victoires sur le champ de bataille. Il est vrai que les sources médiévales, que ce soit la poésie scaldique, les sagas ou encore les Eddas, abondent de récits mettant en scène des boissons alcoolisées et les divers contextes de leur absorption, révélant ainsi leur importance dans ces sociétés. Dans cette présentation, nous examinerons les différentes variétés d’alcool ayant existé dans la Scandinavie médiévale, ainsi que les lieux et les cadres dans lesquels ils étaient consommés. Nous reviendrons ainsi sur la dimension symbolique et rituelle de la boisson, ce qui nous conduira à nous interroger sur son rôle dans l’établissement d’un ordre social et la démonstration du pouvoir, ainsi que dans les pratiques religieuses.

Le séminaire V&V est organisé un vendredi par mois à la Bibliothèque Nordique (6 rue Valette, Paris) de 10h à 12h.

Légende : Pierre historiée de Tängelgårda, Gotland (SHM 4373)

[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #4 (14&15 mars 2024, UiO/ Vitenskapsakademi)

Le séminaire Vice&Vertu se déroulera cette fois à Oslo, entre l’université d’Oslo et l’Académie des Sciences et des Lettres (Vitenskapsakademi).

14 mars : campus Blindern, P.A Munchs hus, seminarrom 12

9.00 : velkomst
9.30-10.30 : «Relevante sammenliknet forskning innenfor nordisk humaniora», Arne Bugge Amundsen (Universitet i Oslo)
10.30-11.30 : « Vin på norsk og fransk : et oversettelsesperspektiv » Sarah Harchaoui (Sorbonne Université)

Kristine Bonnevies hus, rom 2414

13.00-13.45 : «The politics and circulation of Nordic models», Haldor Byrkjeflot (Universitet i Oslo) 
13.45-14.45 : Workshop 1
16.00 : Multiling, UiO

15 mars : det norske Vitenskapsakademi, Drammensveien 78

9.00-10.45 : Workshop 2
10.45-11.00 : pause
11.00-11.45 : « Et land som flyter av melk og honning », Frédérique Harry (Sorbonne Université)

13.00-14.00 : « Mat, drikke og sosial klasse i Noreg », Johs. Hjellbrekke (Universitet i Bergen)
14.00-14.15 : pause
14.15-15.30 : Workshop 3
15.30 : sluttord

[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #3 (23 février 2024, Bibliothèque nordique)

La troisième séance du séminaire Vice & Vertu aura lieu le vendredi 23 février à 10h, à la Bibliothèque Nordique (entrée par le 6 rue Valette).

Parade du 17 mai 1946 à Oslo – «Fram for høyere fritidskultur og større edruskap»
Image : Aktuell / Scanpix

Nous aurons le plaisir d’y écouter Arne Bugge Amundsen (IKOS/ Universitet i Oslo) qui nous présentera son regard sur l’histoire des mouvements de tempérance en Norvège au XIXe siècle.

Sa conférence, “Om den folkelige norske avholdsbevegelsen på 1800-tallet: Organisering, ideologi og symboler”, se fera en norvégien. Bienvenue à toutes et à tous !

Parution: Le minimalisme nordique: architecture, arts, design et littérature (Revue Nordiques 44/2023)

Frédérique Harry, Aymeric Pantet et Harri Veivo (dir.): Le minimalisme nordique : architecture, arts, design et littérature. Numéro de la revue Nordiques 44 (2023).
DOI:10.4000/nordiques.7430

Existerait-il un minimalisme nordique ? Sobriété, silence, simplicité et lenteur sont autant de lieux communs qui définissent, souvent de façon réductrice, les arts nordiques.

Pour nourrir le débat et éviter l’écueil stéréotypant, ce numéro 44 de Nordiques propose une réflexion transdisciplinaire sur la notion de minimalisme et ses manifestations dans le Nord. Pour la première fois dans l’espace francophone, des contributions entre arts et histoire sont réunies pour explorer l’espace infini du minimalisme.

le numéro sur OpenEdition Journals.

[V&V] Séminaire Vice & Vertu 2023-2024 : Boire dans les pays nordiques et germaniques, #1 (24 novembre 2023, Bibliothèque nordique)

Programme de la séance du 24 novembre 2023


Teuvo Tulio, Laulu tulipunaisesta kukasta, 1938

Le séminaire Vice & Vertu est organisé un vendredi par mois à la Bibliothèque Nordique (6 rue Valette, Paris) de 10h à 12h.

La première séance aura lieu le 24 novembre 2023 avec :

Aymeric Pantet (Turku/ TIAS) : « Pas d’éthique dans la Baltique ! Le trafic d’alcool dans le cinéma nordique (1930-1950) »

Malin Isaksson (Umeå Universitet) : « Mat och dryck i Sápmi – teman i svensk samtidslitteratur »

Bienvenue og velkommen !

Dates des séances suivantes :

  • 26 janvier 2024
  • 23 février 2024
  • 14-15 mars 2024 (séminaire délocalisé à Oslo)
  • 26 avril 2024
  • 17 mai 2024

Contact & inscription : research.viceandvirtue@gmail.com

Le projet V&V est organisé par l’Université d’Oslo, l’Université d’Umeå, l’Université de Turku / TIAS, l’Université de Caen et Sorbonne Université.

[Appel à contributions/CfP] [V&V] Boire dans les pays nordiques et germaniques (12-14 juin 2024, Sorbonne Université)

(English version below)

Appel à contribution: Boire dans les pays nordiques et germaniques

Vice & Vertu, 1re partie: Boire

Colloque, 12-14 juin 2024, Sorbonne Université, Paris.

« Vice et Vertu » (V&V) est un programme de recherche international pluriannuel issu d’une coopération entre les Universités de la Sorbonne, Caen, Turku/ TIAS, Umeå et Oslo. Le projet V&V vise aussi l’intégration de jeunes chercheurs et de chercheurs en devenir dans les réseaux de recherche nord-européens et francophones par le biais de séminaires, de workshops et de colloques organisés dans les universités partenaires de France et d’Europe du Nord. 

 « Vice » et « Vertu » sont des termes encore fréquemment utilisés dans des secteurs comme la finance, l’écologie ou les médias, bien qu’ils soient aujourd’hui largement désarticulés de leur ancrage religieux. Pour autant, dans des cultures où, selon la maxime luthérienne, l’humanité a été considérée comme simul justus, simul peccator, mais semper penitens, l’impératif de la vertu et l’ardente tentation du vice ont laissé de profondes traces et des interrogations existentielles particulières, tant à l’échelle individuelle que collective. 

Le projet résulte ainsi d’une interrogation simple et se fonde sur une réflexion de nature épistémologique et anthropologique : comment les catégories du vice et de la vertu ont-elles été constituées et racontées dans les sociétés du Nord de l’Europe et comment ont-elles évolué à travers les époques, du Moyen Âge aux sociétés du « secular Age » (Taylor, 2007) ? 

Pour jeter un éclairage sur cette vaste interrogation, plusieurs thèmes seront successivement explorés. Le premier volet, prévu pour l’année 2023-2025, a « Boire » pour thématique et donnera lieu à un colloque organisé à Paris du 12 au 14 juin 2024.  

Le premier volet du projet V&V, « Boire », questionne l’acte social (ou antisocial) de la consommation de tout type de boissons – alcoolisées ou non -, individuellement ou collectivement. Il vise à interroger les pratiques anciennes et actuelles et d’en explorer les enjeux normatifs. L’appel à contribution comprend quatre axes mais nous restons ouverts à d’autres apports et thématiques en fonction des propositions qui nous arriveront. 

Continuer la lecture de « [Appel à contributions/CfP] [V&V] Boire dans les pays nordiques et germaniques (12-14 juin 2024, Sorbonne Université) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search