Ancelin Mabon (Sorbonne Université) : Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand (Klinger, Grillparzer, Hebbel), 1791-1861

Séance du séminaire doctoral organisée par Bernard Banoun le 6 mai 2021

Ancelin Mabon (Sorbonne Université) :

Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand (Klinger, Grillparzer, Hebbel), 1791-1861

À travers le théâtre de Friedrich Maximilian Klinger (Medea in Korinth, 1786 ; Medea auf dem Kaukasos, 1791), Franz Grillparzer (Das goldene Vließ, 1821) et Friedrich Hebbel (Die Nibelungen, 1855-1861), Ancelin Mabon propose d’analyser trois générations d’auteurs dramatiques de langue allemande dans une période qui marque l’éclosion de la modernité et que l’historien Reinhart Koselleck nomme Sattelzeit. Trois points caractérisent le sujet :

  • Une analyse sur le temps long qui permet d’étudier l’évolution du genre tragique pendant un demi-siècle en se focalisant plus particulièrement sur la Spätaufklärung, les années 1820 et les années 1855-1861.
  • Le lien entre théâtre et civilisation ainsi que la remise en question au XIXe siècle du rôle civilisateur du théâtre de l’Aufklärung et du classicisme de Weimar.
  • Une tension entre une forme dramaturgique classique et la modernité dans le contexte historique des nationalismes, et la première apparition sur scène d’un moi échappant à la conscience.

Tout d’abord, Ancelin Mabon dresse un bilan critique et méthodologique. Ainsi sont dégagés deux types d’approches du mythe dans la littérature : la première, de type essentialiste, qui cherche une définition universelle à travers les œuvres (Mircea Eliade, Claude Lévi-Strauss) et la seconde école de type empiriste qui est axée sur l’histoire des avatars d’un mythe en s’épargnant l’hypothèse d’une forme originelle en raison du fait de sa réécriture (Philippe Lejeune, Claude Calame). Pour Hans Blumenberg, il y a historicisation du mythe car chaque époque le réinvente. Selon le philosophe, son origine sacrée n’existe pas et procède de la peur. Il lui oppose la science et se demande alors ce qui fonde sa persistance.

Dans un premier temps, en adaptant au théâtre allemand du XIXe siècle le « principe de variation dans la répétition » théorisé par Manfred Fuhrmann – qui décrit le rapport au mythe dans le théâtre -, Ancelin Mabon part du principe qu’il existe un double rapport au mythe : soit un rapport direct, soit un rapport plus éloigné et allusif. Continuer la lecture de « Ancelin Mabon (Sorbonne Université) : Le mythe à l’épreuve de la modernité dans le théâtre allemand (Klinger, Grillparzer, Hebbel), 1791-1861 »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search