[Projet Genre & avant-gardes] Workshop et table-ronde: Avant-garde après Pina Bausch, entre mémoire et réinvention, Wuppertal, 7 juin 2024

Avec la création du Tanztheater Wuppertal en 1973, Pina Bausch a révolutionné la danse. Le Tanztheater représente une avant-garde devenue une institution internationale de premier plan, qui a écrit l’histoire de la danse et a fait école. Comment penser une avant-garde après Pina Bausch? L’avant-garde dans le domaine de la danse et de la performance existe-t-elle encore? Le concept même d’avant-garde est-il encore pertinent? Avec quels moyens poursuivre l’expérimentation formelle, l’engagement dans la société? Selon quelles approches théoriques cette histoire peut-elle encore s’écrire aujourd’hui?
Ces questions seront au cœur de nos réflexions lors de cette table-ronde. Nous nous interrogerons sur l’articulation entre documentation, ou patrimonialisation, et création; sur la façon dont l’héritage de la danse moderne et postmoderne peut être abordé de manière créative. Peut-on imaginer l’émergence d’archives vivantes, possiblement transnationales? Nous nous intéresserons en particulier aux enjeux propres au genre (gender) dans cette réinvention et cette historicisation.

Liberté Cathédrale, Lille © Simon Gosselin

Cette manifestation constitue le dernier volet d’un projet de recherche consacré aux « avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 », mené en 2022-2024 par des chercheuses des universités Lyon 3 Jean Moulin (Sibylle Goepper), Aix Marseille (Susanne Böhmisch), Sorbonne (Agathe Mareuge), de Lorraine (Cécile Chamayou-Kuhn) et de Grenoble (Élise Petit).

[Colloque] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde, Paris, 18-19 janvier 2024

Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde / Judith Schalansky oder das Buch als Gedächtnis der Welt

Colloque international organisé par Mandana Covindassamy (ENS PSL / UMR 8547 Pays germaniques), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / U.R. REIGENN / Bergische Universität Wuppertal) et Bénédicte Terrisse (Université de Nantes / CRINI / UMR 8547 Pays Germaniques)

Paris, Maison Heinrich Heine et École Normale Supérieure, 18-19 janvier 2024

Formée à l’histoire de l’art et au graphisme, Judith Schalansky (née en 1980 à Greifswald) crée des livres qui sont autant d’objets, une œuvre qui s’écrit et qui se lit à partir de l’histoire du livre et que Monika Schmitz-Emans classe parmi ce qu’elle appelle la « littérature du livre » (Buchliteratur). Ses ouvrages lui ont déjà valu de nombreux prix prestigieux en Allemagne comme à l’étranger, le dernier en date étant, tout récemment, le Wortmeldungen-Literaturpreis für kritische Kurztexte.
En prenant appui sur une conception du livre comme réceptacle de savoir et emblème de la mémoire, les livres de Judith Schalansky renouvellent les questionnements qui traversent la littérature contemporaine de langue allemande : le rapport entre fiction et non fiction, la question de la mémoire, les relations entre texte et image, les liens entre littérature et science, les formes de l’éco- et de la ‘zoopoétique’ (Anne Simon).
Ce primat accordé au livre réorganise l’histoire générale de la littérature : il y fait entrer de plain-pied ce qui en était exclu ou situé dans ses marges, des insulaires de la Renaissance au manuel d’écolier en passant par les écrits de scientifiques du XVIIe siècle – ravivant ainsi la première acception du terme « littérature » au sens « de tout ce qui est écrit ». Schalansky semble renouer avec le projet littéraire d’explorer la nature en l’écrivant. Ce geste si typique de ce moment de la littérature où science et littérature ne s’excluaient pas encore, comme en témoignent encore les œuvres d’un Stifter, d’un Raabe, d’un Storm ou d’un Novalis, s’avère plus actuel que jamais.
Alors que l’histoire de l’édition fait l’objet d’une attention accrue dans les travaux universitaires en littérature, les livres de Judith Schalansky, qui sont aussi ceux qu’elle édite au sein de deux collections, « Naturkunden » et « Wildes Wissen », aux éditions Matthes & Seitz, nous ramènent une nouvelle fois vers la question des conditions pragmatiques de l’écriture. Faut-il voir dans la collaboration avec Matthes & Seitz une forme actualisée, voire exacerbée, d’« auctorialité éditoriale », selon le terme forgé par Tobias Amslinger ?
Ce colloque, le premier consacré à l’œuvre de Judith Schalansky en France, explorera les différents enjeux de sa création à partir de l’objet livre. Les enjeux relatifs à la matérialité du livre soulèvent en outre des questions spécifiques en termes de réception de l’œuvre, qui seront également envisagées lors du colloque.

Continuer la lecture de « [Colloque] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde, Paris, 18-19 janvier 2024 »

[Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023

Avant-gardes au prisme du genre dans l’espace germanophone après 1945 : sociabilités, esthétiques, mémoires

12-14 octobre 2023, université Lyon 3 Jean Moulin

Ce colloque international pluridisciplinaire, qui constitue l’aboutissement d’un projet ayant déjà donné lieu à trois séminaires de recherche préparatoires (voir ici, ici et ), se donne pour objectif d’étudier les influences des rapports et logiques de genre dans les pratiques, les productions et l’historiographie des avant-gardes artistiques, des arts expérimentaux, ainsi que de toutes formes d’art se revendiquant ou relevant des marges artistiques dans l’espace germanophone de 1945 à nos jours.

Le « prisme du genre », qui constitue l’angle d’attaque de ce projet, se conçoit dans une optique large : il concerne les questionnements sur la place réservée aux femmes, sur les rapports femmes-hommes, sur les catégorisations et hiérarchisations symboliques entre féminin et masculin ainsi que sur les réflexions concernant le traitement (social et esthétique) des masculinités alternatives, des identités et sexualités non binaires. Ce prisme comprend en outre l’approche intersectionnelle des processus de minoration de certaines identités genrées.

La période étudiée s’étend de 1945 à nos jours, afin d’appliquer les analyses déjà menées sur les avant-gardes dites historiques (1ère moitié du XXe siècle) à la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, peu étudiée – alors même que les évolutions sociétales enclenchées par la « deuxième vague féministe », puis par la troisième, et même tout récemment par la quatrième, ont indéniablement prédisposé les collectifs et groupes artistiques à faire évoluer les positions, les positionnements et les rapports entre artistes en leur sein.

Continuer la lecture de « [Colloque] Avant-gardes au prisme du genre, Lyon, 12-14 octobre 2023 »

Sophie Taeuber-Arp parle de l’Aubette (Strasbourg, 16 septembre 2023)

Lecture commentée de lettres de Sophie Taeuber-Arp

Les Journées européennes du patrimoine-matrimoine 2023 sont l’occasion de revenir sur l’histoire de l’Aubette et de mettre à l’honneur la contribution de Sophie Taeuber-Arp.

Depuis sa construction par Jacques-François Blondel entre 1765 et 1778, le bâtiment de l’Aubette est passé par bien des vicissitudes. En 1922, les frères Paul et André Horn, respectivement architecte et pharmacien, louent l’aile droite du bâtiment avec l’intention d’en faire un complexe de restauration et de loisirs. Amateurs et collectionneurs d’art moderne, ils rencontrent Jean Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp en mars 1926 et décident de leur confier la décoration de l’appartement privé d’André Horn et de l’hôtel Hannong, qu’ils avaient construit rue du 22-Novembre. Dans la foulée, ils leur proposent de s’attaquer à l’Aubette et d’en concevoir la décoration et l’aménagement intérieur. Devant l’ampleur de la tâche, le couple fait appel à leur ami Theo van Doesburg, pilier du groupe hollandais De Stijl. Ensemble, ils pensent l’Aubette comme une œuvre d’art totale où tout est intrinsèquement lié, les peintures murales, l’éclairage, l’ameublement, la vaisselle, la signalétique, etc. Ils se répartissent les espaces : Sophie Taeuber-Arp réalise l’Aubette-bar, le salon de thé-pâtisserie (dit aussi Five O’Clock Tea) au sous-sol, le foyer-bar au 1er étage ; Jean Arp, le caveau-dancing et le bar américain au sous-sol ; Theo van Doesburg, le café-brasserie et le café-restaurant au rez-de-chaussée, le ciné-dancing et la salle des fêtes au 1er étage. La salle de billard à l’entresol et l’escalier sont attribués tantôt au couple Arp, tantôt à l’un des deux.

En 1928, Theo van Doesburg consacre un numéro de la revue De Stijl à l’Aubette, publication qui a ainsi le mérite de constituer une source essentielle sur le chantier de l’Aubette, mais qui en oriente non moins durablement le récit. Or le rôle de Sophie Taeuber-Arp y est largement sous-estimé. Il y déclare notamment : « Comme nous étions des hommes de direction différente à collaborer ici, nous posâmes pour principe que chacun était libre de travailler d’après ses idées. » En cette journée du patrimoine-matrimoine, on peut se demander : « Où est la femme ? »

Grâce à la publication, en 2021, de très nombreuses lettres inédites de Sophie Taeuber-Arp, il est possible de revisiter l’histoire de la réalisation de l’Aubette et de nuancer les propos de Theo van Doesburg. Ces lettres permettent aussi de documenter les autres réalisations de Sophie Taeuber-Arp à Strasbourg (pour l’appartement d’André Horn, la maison du couple Heimendinger et l’hôtel Hannong) et apportent un éclairage sur l’atmosphère strasbourgeoise des années vingt.

Isabelle Ewig et Agathe Mareuge proposeront une lecture et un commentaire à deux voix d’extraits de correspondances de Sophie Taeuber-Arp avec sa sœur Erika Schlegel-Taeuber et avec Jean Hans Arp. Ces lettres ont été spécialement traduites pour l’occasion.

*Les lettres à Erika Schlegel-Taeuber sont conservées à la Zentralbibliothek de Zürich et les lettres de et à Arp, à la Fondation Arp à Clamart. Elles ont été publiées par Medea Hoch, Walburga Krupp et Sigrid Schade en trois volumes imposants et passionnants : Sophie Taeuber-Arp. Briefe 1905-1942, Wädenswil (CH), Nimbus. Kunst und Bücher AG, 2021.

Cette manifestation est une proposition de l’Association Jean Hans Arp en collaboration avec les Musées de la Ville de Strasbourg. Elle constitue le 2e volet de cette année dédiée à Sophie Taeuber-Arp.

[Projet Genre & avant-gardes] Conférence: Anne Isabelle François, Compliquer la “langue-maternelle”/ Die Muttersprache verwickeln: perspectives littéraires et genrées franco-allemandes (Université de Lorraine-Metz et en ligne, 25 mai 2023)

Conférence: Anne Isabelle François, Compliquer la “langue-maternelle”/ Die Muttersprache verwickeln: perspectives littéraires et genrées franco-allemandes (Université de Lorraine-Metz et en ligne, 25 mai 2023)

Affiche de la conférence d'Anne-Isabelle François (25 mai 2023)

Cette séance s’inscrit dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et les genres, organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3), par Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université), Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine), Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / REIGENN) et Elise Petit (Université Grenoble Alpes).

L’intervenante est Anne Isabelle Françoismaîtresse de conférences de littérature comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle et directrice adjointe du GIS Institut du Genre. Anne Isabelle François est spécialiste des domaines germanophone, francophone et anglophone des xxe et xxie siècles et poursuit ses recherches au sein du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (EA 172).

La séance aura lieu depuis l’Université de Lorraine, Salle Ferrari à Metz, où le public sera accueilli. Elle sera modérée par Cécile Chamayou-Kuhn.

ATTENTION: L’inscription est obligatoire pour celles et ceux qui souhaitent assister à la séance à distance: https://u2l.fr/avant-gardes

Continuer la lecture de « [Projet Genre & avant-gardes] Conférence: Anne Isabelle François, Compliquer la “langue-maternelle”/ Die Muttersprache verwickeln: perspectives littéraires et genrées franco-allemandes (Université de Lorraine-Metz et en ligne, 25 mai 2023) »

Verzeichnis einiger Verluste. Atelier de relecture d’une traduction en cours. Avec Lucie Lamy et Judith Schalansky (Nantes, 14 avril 2023)

2023 04 14 Bandeau SEMINAIRE_schalansky

Le 14 avril 2023, l’autrice allemande Judith Schalansky et la traductrice Lucie Lamy viennent à Nantes pour animer un atelier de traduction autour de l’ouvrage Verzeichnis einiger Verluste, publié en 2018 en Allemagne (An Inventory of Losses, paru en 2020 chez MacLehose Press), et qui va paraître à la rentrée 2023 en France, aux éditions Ypsilon.

Affiche de l’atelier “Verzeichnis einiger Verluste”

Cet atelier réunit des masterant.e.s et doctorant.e.s d’études germaniques de l’ENS Ulm, de Sorbonne Université et de Nantes Université qui forment une petite équipe de relectrices et relecteurs de la traduction. Ils auront ainsi l’occasion de discuter tout au long de la journée du 14 avril avec la traductrice française (Lucie Lamy) et l’autrice allemande et de travailler de manière collective sur un manuscrit en cours. En concertation avec la traductrice et l’autrice, les organisatrices de l’atelier ont attribué à chaque participant.e un chapitre et le dernier jet de la traduction française à étudier. Chacun.e présentera ses pistes de réflexions et échangera avec l’autrice et la traductrice sur le chapitre attribué. 

L’atelier s’inscrit dans le cycle de séminaires “Chercheurs traducteurs / Chercheuses traductrices” (dir. Karine Durin et Werner Wögerbauer) de l’UR CRINI.

Langues de travail: le français pour les conférences introductives, majoritairement l’allemand pour la partie atelier.

Organisation

Mandana Covindassamy (ENS – PSL, UMR Pays Germaniques)
Agathe Mareuge (Faculté des Lettres – Sorbonne Université, UR REIGENN / CNRS)
Bénédicte Terrisse (FLCE – Nantes Université, UR CRINI)

Contact:

benedicte.terrisse@univ-nantes.fr

Continuer la lecture de « Verzeichnis einiger Verluste. Atelier de relecture d’une traduction en cours. Avec Lucie Lamy et Judith Schalansky (Nantes, 14 avril 2023) »

[AaC/CfP] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde (Paris, 18-19 janvier 2024), délai: 30 avril 2023

Appel à communications: Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde. Colloque international. Organisation : Mandana Covindassamy (ENS-PSL), Agathe Mareuge (Sorbonne Université / CNRS), Bénédicte Terrisse (Nantes Université). Paris, Maison de la Recherche – École Normale Supérieure, 18-19 janvier 2024.

À l’heure où la question du format[1] et de la matérialité du livre, où la « poétique du support » (Marie-Ève Thérenty) ont le vent en poupe et semblent rendre presque caduque l’étude d’une œuvre et de son auteur depuis l’intérieur des textes, il est une œuvre et une autrice qui nous y reconduisent – à partir de cette prémisse. Formée à l’histoire de l’art et au graphisme, Judith Schalansky (née en 1980 à Greifswald) crée des livres qui sont autant d’objets, une œuvre qui s’écrit et qui se lit à partir de l’histoire du livre et que Monika Schmitz-Emans classe parmi ce qu’elle appelle la « littérature du livre » (Buchliteratur)[2]. Ses ouvrages lui ont déjà valu de nombreux prix prestigieux en Allemagne comme à l’étranger, le dernier en date étant, tout récemment, le Wortmeldungen-Literaturpreis für kritische Kurztexte. Ce colloque, le premier consacré à l’œuvre de Judith Schalansky en France, explorera les différents enjeux de sa création à partir de l’objet livre[3]. Les enjeux relatifs à la matérialité du livre soulèvent en outre des questions spécifiques en termes de réception de l’œuvre, qui pourront également être envisagées lors du colloque.

En prenant appui sur une conception du livre comme réceptacle de savoir et emblème de la mémoire, les livres de Judith Schalansky renouvellent les questionnements qui traversent la littérature contemporaine de langue allemande : le rapport entre fiction et non fiction, la question de la mémoire, les relations entre texte et image, les liens entre littérature et science[4], les formes de l’éco-[5] et de la ‘zoopoétique’ (Anne Simon).

Ce primat accordé au livre réorganise l’histoire de la littérature allemande et mondiale : il y fait entrer de plain-pied ce qui en était exclu ou situé dans ses marges, des insulaires de la Renaissance au manuel d’écolier en passant par les écrits de scientifiques du XVIIe siècle découvreurs de licorne – ravivant ainsi la première acception du terme « littérature » au sens « de tout ce qui est écrit ». Schalansky semble renouer avec le projet littéraire d’explorer la nature en l’écrivant. Ce geste si typique de ce moment prémoderne de la littérature où science et littérature ne s’excluaient pas encore, si typique d’un Stifter, d’un Raabe, d’un Storm, ou d’un Novalis, s’avère plus actuel que jamais.

Alors que l’histoire de l’édition fait l’objet d’une attention accrue dans les travaux universitaires en littérature[6], les livres de Judith Schalansky, qui sont aussi ceux qu’elle édite au sein de deux collections, « Naturkunden » et « Wildes Wissen », aux éditions Matthes & Seitz, nous ramènent une nouvelle fois vers la question des conditions pragmatiques de l’écriture. Faut-il voir dans la collaboration avec Matthes & Seitz une forme actualisée, voire exacerbée, d’« auctorialité éditoriale »[7], selon le terme forgé par Tobias Amslinger ?

Le colloque aura lieu le jeudi 18 et le vendredi 19 janvier 2024 à Paris. Une publication des articles est prévue.

Nous vous convions à nous envoyer vos propositions en allemand ou en français (titre de travail, biobibliographie et résumé de 250-300 mots) autour de ces constellations schalanskiennes pour le 30 avril 2023 à :

  • mandana.covindassamy@ens.psl.eu
  • agathe.mareuge@sorbonne-universite.fr
  • benedicte.terrisse@univ-nantes.fr
Continuer la lecture de « [AaC/CfP] Judith Schalansky ou le livre, mémoire du monde (Paris, 18-19 janvier 2024), délai: 30 avril 2023 »

Soirée Sophie Taeuber-Arp, de Dada aux dernières années (Strasbourg, 5 avril 2023)

2023 04 05 Bandeau Sophie Taeuber

L’Association Jean Hans Arp et les musées de Strasbourg consacrent l’année 2023 à l’exploration de l’œuvre de Sophie Taeuber-Arp. Une première soirée offre le double point de vue de la création artistique et de la recherche en histoire de l’art.

Affiche soirée Sophie Taeuber-Arp

Deux défricheuses de l’œuvre pluridisciplinaire de Sophie Taeuber-Arp sont présentes pour revenir sur des périodes de création fécondes dans le parcours de l’artiste, antérieures et postérieures à la réalisation de l’Aubette 1928, où se tient la soirée. La projection et rencontre avec l’artiste zurichoise Anka Schmid autour de son film expérimental La Dada – Roi Cerf (2016) sera suivie d’une conférence de Cécile Bargues, historienne de l’art (INHA) qui présentera son livre Sophie Taeuber-Arp, les dernières années (Éd. Fondation Giacometti et Fage, 2022).

Soirée organisée en partenariat par les musées de la Ville de Strasbourg et l’association Jean Hans Arp, avec le soutien du Consulat général de Suisse à Strasbourg. Entrée libre.

Continuer la lecture de « Soirée Sophie Taeuber-Arp, de Dada aux dernières années (Strasbourg, 5 avril 2023) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search