Publication: Dossier “Réseaux poétiques. Postmodernité continuée dans la poésie de langue allemande depuis 1980” (Études germaniques 77/2022, n°4 [308])

Réseaux poétiques. Postmodernité continuée dans la poésie de langue allemande depuis 1980. Dossier coordonné par Françoise Lartillot (Université de Lorraine / CEGIL), Bernard Banoun (Sorbonne Université / REIGENN), Achim Geisenhanslüke (Goethe-Universität Frankfurt/Main), Werner Wögerbauer (Nantes Université / CRINI). Études germaniques 77 (2022), n°4 [308].

Couverture de la revue Études germaniques n°308
Couverture de la revue Études germaniques n°308

le numéro sur Cairn

La notion de réseau, prise au sens large et pour partie métaphorique, s’impose durant les années quatre-vingt-dix du XXe siècle comme outil pour penser la modernité. Elle permet de saisir à la fois l’organisation interactionnelle donnant lieu à des structurations de sens à une époque donnée et la manière dont cette époque articule sa compréhension d’elle-même à travers le mode d’organisation établie, voire construite en miroir d’époques précédentes.

Cette approche permettrait-elle de surmonter l’image de désolation que l’on peut retirer de réflexions récentes sur l’histoire de la poésie à partir de la fin des années quatre-vingt du XXe siècle? Suivant ces dernières, la poésie formerait durant cette période un ensemble chaotique et bigarré n’offrant aucune prise ni lisibilité. Pourrait-on toutefois trouver le moyen d’établir des sémantiques partagées en se fondant notamment sur le carrefour déjà énoncé du sociologique et de l’épistémologique auquel on ajouterait l’esthétique? C’est l’hypothèse poursuivie par les auteurs représentés dans notre volume, qui voient en outre dans l’ouvrage de Christian Metz sur plusieurs poétiques contemporaines une exploration pionnière de cette question.

Les auteurs de ces études établissent que le réseau n’est pas seulement périphérique relevant d’« objets-frontières » du texte, pour le dire dans la terminologie de Star et Griesemer, mais aussi finalement, dans une version esthétisée, un élément central de toutes ces poétologies. Ces dernières s’instituent en héritières, entre autres, de la césure établie par la littérature pop, et se servent des stratégies discursives que cette littérature a utilisées, pour dire le réseau et le contre-réseau, mariant les observations du quotidien et les réflexions de haute volée, déstructurant le texte par le montage, l’énumération ou l’interruption, la citation. Le poème se mue alors en répertoire intertextuel et intratextuel, archivant et associant des séries de perceptions qui s’inversent en vision critique de l’effet réticulaire à double focale, sociale et épistémologique, présenté plus haut. L’auteur n’est pas le démiurge de cet univers mais tout de même il est encore celui qui orchestre cette danse incessante des chaînes de sens tout en permettant au lecteur de constituer ses propres chaînes de signification en une esthétique de la rencontre.



Citer ce billet
U.R. REIGENN (2023, 22 février). Publication: Dossier “Réseaux poétiques. Postmodernité continuée dans la poésie de langue allemande depuis 1980” (Études germaniques 77/2022, n°4 [308]). Ailleurs germaniques, nordiques et néerlandophones. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tkiv

U.R. REIGENN

Unité de recherche 3556 REIGENN (Sorbonne Université - Faculté des Lettres)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search