Soutenance de thèse de Caroline Puaud: “Histoire des traductions de la poésie yiddish en langue allemande à partir de 1945” (Campus P. et M. Curie / Jussieu, 1er décembre 2022)

Le 1er décembre 2022 à 13h30 (Campus Pierre et Marie Curie, “Jussieu”), Caroline Puaud soutiendra sa thèse de doctorat intitulée: Histoire des traductions de la poésie yiddish en langue allemande à partir de 1945.

Le jury sera composé de : 

  • Mme Marion Aptroot, Professeur à l’Université Heinrich-Heine (co-directrice de thèse);
  • M. Bernard Banoun, Professeur à Sorbonne Université (co-directeur de thèse);
  • Mme Delphine Bechtel, Maître de conférences HDR à Sorbonne Université;
  • M. Marc Caplan, Professeur à l’Université Heinrich-Heine;
  • M. Simon Neuberg, Professeur à l’Université de Trèves (rapporteur);
  • M. Werner Wögerbauer, Professeur à l’Université de Nantes (rapporteur).

La soutenance aura lieu dans la salle 109 (barre 44/45, 1er étage) du Campus Pierre et Marie Curie de Sorbonne Université (4 place Jussieu, 75005 Paris). Elle sera suivie d’un pot. 

Résumé de la thèse: En 1945, la langue yiddish a perdu la majorité de ses locuteurs. La traduction devient alors l’une des conditions essentielles à la médiation et la transmission de la culture yiddish. Pourtant, l’acte de traduction, a fortiori en allemand, se heurte alors à des obstacles d’ordre social et idéologique. Tandis que plusieurs écrivains yiddish refusaient de voir leur œuvre traduite en allemand et publiée en Allemagne après 1945, des premières traductions de poésie yiddish sont publiées dès l’immédiate après-guerre. Ce travail se propose d’étudier ces traductions dans une perspective historique de manière à comprendre l’introduction et la reconnaissance progressive de la poésie yiddish dans l’espace germanophone de 1945 au début du XXIe siècle. La première partie retrace l’histoire des traductions à la lumière du contexte politique et socio-culturel dans lequel elles s’inscrivent et du rôle joué par les différentes figures de médiateur. Il s’agit de comprendre les conditions ayant rendu possible ces projets de traduction, mais aussi de prendre en compte les conflits qu’ils ont pu entraîner. Dans une seconde partie, l’analyse textuelle des traductions et retraductions allemandes de Yitskhok Katzenelson, Itzik Manger, Moyshe Kulbak et Rajzel Zychlinski met en lumière l’évolution des pratiques traductives depuis 1945. Chaque traduction est alors comprise comme la matérialisation d’un rapport à la langue yiddish, un rapport propre à chaque traducteur mais aussi déterminé par le contexte de la culture d’accueil. Il s’agit de voir la façon dont les traducteurs négocient à la fois la proximité des deux langues et les différences culturelles. 



Citer ce billet
U.R. REIGENN (2022, 23 novembre). Soutenance de thèse de Caroline Puaud: “Histoire des traductions de la poésie yiddish en langue allemande à partir de 1945” (Campus P. et M. Curie / Jussieu, 1er décembre 2022). Ailleurs germaniques, nordiques et néerlandophones. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tkim

U.R. REIGENN

Unité de recherche 3556 REIGENN (Sorbonne Université - Faculté des Lettres)

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search